Jeudi le 12 Octobre 2017 10:52:17 APA Société

. Le Cameroun annonce le renforcement des mesures de sécurité à la frontière avec la Centrafrique

Les autorités camerounaises ont annoncé le renforcement des mesures de sécurité dans la région de l’Est frontalière de la Centrafrique, pour éviter l’entrée dans son territoire, des « éléments armés » suite à la décision des Nations unies de désarmer des « bandes armées » qui sévissent dans le Sud-ouest de ce pays, a appris mercredi APA de sources sécuritaires.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


Une annonce faite par le Chef d’état-major des armées (CEMA) le général de corps d’armée, René Claude Meka vient de boucler une mission d’inspection dans cette partie du pays, notamment, à Garoua-Boulaï à la frontière avec la République centrafricaine où séjournent des milliers de réfugiés qui fuient des exactions en Centrafrique.

« Nous avons prescrit le renforcement des mesures de sécurité parce que la situation nous l’impose », tant il est vrai que pour l’instant, « nous ne parlons pas de fermeture de la frontière avec la Centrafrique », a déclaré le CEMA.

Dans la pratique, il est question du renforcement des troupes et de la logistique dans les unités de l’armée positionnées ici, entre autres, le 43e Escadron de gendarmerie mobile (EGM), la 123e Compagnie d’infanterie motorisée (CIM) et le 2e Bataillon d’intervention rapide (BIR).

Si la situation est « sous contrôle » selon les autorités militaires, l’on note quand même quelques accrochages au niveau de certains camps de réfugiés.

Dans ce sillage, le général René Claude Meka a prescrit un renforcement des contrôles, « pour extirper de ces camps d’éventuels rebelles qui s’y cacheraient pour semer le trouble ou se livrer à des exactions ».

La présence des hauts gradés de l’armée consistait également à apprécier le dispositif mis en place pour assurer la sécurité des importants investissements consentis pour le barrage hydro-électrique de Lom-Pangar.

« Je suis venu voir si tous nos hommes sont bien en place et dans quelles conditions ils remplissent leur mission. J’ai rencontré des hommes engagés qui, malgré des conditions de travail et de vie pas toujours faciles, s’acquittent honorablement de leurs missions. S’il n’y avait pas cette sécurité ici, vous pouvez imaginer les conséquences que pourrait subir un investissement de cette importance », a déclaré le général Meka.

D’après les mêmes sources, des ajustements ont également été proposés pour améliorer les conditions d’exercice des troupes, ainsi qu’un travail détaillé d’identification des différentes communautés de pêcheurs, composées majoritairement d’expatriés, qui exercent sur les différents îlots en amont du barrage.

La crise centrafricaine a non seulement poussé plus de 200 000 ressortissants de ce pays à se réfugier au Cameroun, mais, provoqué également l’ présence des éléments armés auteurs de plusieurs actes de gangstérisme dans cette partie du pays.