Lundi le 16 Octobre 2017 04:39:12 Yannick ZANGA | Cameroon-tribune Opinion

CAN 2017 Volley-ball. La parole aux championnes d’Afrique

La parole aux championnes d’Afrique

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Henriette Koulla: «Le travail a payé»

Meilleure passeuse du tournoi


«Je ne m’attendais pas vraiment à être sacrée meilleure passeuse du tournoi. Je suis très contente de cette distinction individuelle. C’est vrai qu’on a beaucoup travaillé pour préparer ce tournoi. On a eu la possibilité de développer notre jeu face au Kenya. Et voilà qu’on a gagné la finale de la CAN. C’est le travail qui a payé. Comme on a l’habitude de dire, la vraie magie, c’est le travail».

 

Victoire Ngon Ntame: «Tellement bien de se sentir vainqueur»

Joueuse du Cameroun


«Je suis extrêmement contente. La joie que je ressens aujourd’hui est au-delà des mots. Même les larmes ne veulent pas couler. C’était un rêve qui vient de se réaliser : championne d’Afrique ! Parfois, quand on allait aux CAN au Kenya, il nous est arrivé d’occuper la deuxième place derrière le pays organisateur. Aujourd’hui, la donne a changé. C’est tellement bien de se sentir vainqueur.»

 

Christelle Nana Tchuidjang: «On l’a fait, et c’est mérité»

Capitaine  du Cameroun


«On a réussi à réaliser cet exploit, qui est de devenir championne d’Afrique pour la première fois. Même s’il y avait la pression, on a réussi à la surmonter. En nous qualifiant pour la finale, on savait déjà qu’on était qualifié pour le championnat du monde au Japon. Mais, pour nous, il ne fallait pas s’arrêter là, parce que notre objectif était de remporter le titre chez nous. On l’a fait et c’est mérité».

 

Théorine Aboa: « Le serpent s’est renversé »

Joueuse du Cameroun

«C’est une grande satisfaction parce que vraiment, notre souhait depuis le début du tournoi était de remporter cette CAN. Et par la grâce de Dieu, cela a été fait. Pendant toute la durée de la compétition, nous sommes restées concentrées sur notre objectif. C’est d’ailleurs ce qui a été notre force. Gagner devant le Kenya : oui, le serpent s’est renversé comme on a l’habitude de dire chez nous».

 

Laetitia Moma: «C’est énorme»

Meilleure joueuse de la compétition


«Je suis très contente d’être à la fois championne d’Afrique et meilleure joueuse du tournoi. Tout le monde est content. Nous, professionnelles du groupe, avons tout donné pour permettre que nous devenions Championnes d’Afrique. C’est énorme ce que nous avons fait face au Kenya, les battre par 3 sets à 0. On a travaillé dans l’objectif de déstabiliser le jeu de notre adversaire du jour. On a su trouver la solution kenyane».

 

Estelle Adiana: «Avec le Kenya, on a décidé de se lâcher »

Joueuse du Cameroun


«Je suis très contente de l’issue de ce tournoi. Dès le début, on avait déjà mis en tête qu’on devait gagner tous nos matches. On s’est appliqué à le faire match après match. On s’est dit qu’on est chez nous, et par conséquent, tout est possible. Contre tous nos précédents adversaires, nous étions crispées. Avec le Kenya, on a décidé de se lâcher et de donner le meilleur de nous. Le résultat a suivi».

 

Fawziya Abdoulkarim: « Nous étions prêtes pour la bataille »

Joueuse  du Cameroun


« Je pense que ce qui a fait notre force durant cette finale, c’est notre détermination et notre volonté de gagner. Il nous tenait à cœur de remporter ce trophée au Cameroun. Nous n’avions pas peur du Kenya. Nous étions prêtes pour la bataille. On savait que ça allait être difficile face à une très bonne équipe qui est par ailleurs la meilleure du continent. Maintenant que nous sommes qualifiées pour le championnat du monde, on va se donner le temps de bien se préparer ».

 

Piata Emelda: « Nos efforts récompensés »

Joueuse du Cameroun


« Au début du tournoi, nous avions pour objectif de gagner tous nos matchs. On s’y est mis à fond pour les remporter par tous les moyens. On a toujours clamé que le Kenya est notre bête noire. Nous avons mis du cœur à l’ouvrage sans jamais douter de nos capacités. Ce soir (samedi dernier), nous avons été récompensées de nos efforts. Pour la suite, nous allons mettre le cap l’année prochaine  pour les championnats du monde au Japon ».

 

Madeleine Essissima: «Nous sommes doublement heureuses»

Joueuse du Cameroun


«Dans les différents tournois auxquels nous avons participé les années précédentes, ce n’était pas facile de battre cette équipe. Nous sommes doublement heureuses. D’abord de nous imposer devant ce redoutable adversaire. Ensuite de devenir Championnes d’Afrique. On part au Championnat du monde étant satisfaite. Le rendez-vous japonais est à venir. Pour le moment, on savoure notre sacre gagné de haute lutte».

 

Jean René Akono: « Une finale ne se joue pas mais elle se gagne »

Entraîneur du Cameroun


« Je ressens la joie d’un aboutissement heureux de l’objectif que nous nous sommes fixé. On l’a atteint avec beaucoup de difficultés mais le plus important, c’est la victoire. Une finale ne se joue pas mais elle se gagne. Je pense que durant les matchs face au Sénégal et au Kenya, on a dominé nos adversaires beaucoup plus sur le plan tactique. C’est la première fois que cela arrive dans le volleyball féminin. Je souhaitais toujours aux joueuses qu’elles puissent vivre ce que j’ai vécu en tant que joueur en 1989 avec l’équipe nationale masculine ».

Lire aussi