La filière huile de palme au sein de la CDC et Pamol impactée par La crise dans le Sud-Ouest du Cameroun

Crise Anglophone. La filière huile de palme au sein de la CDC et Pamol impactée par La crise dans le Sud-Ouest du Cameroun

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Depuis le déclenchement de la crise sociopolitique dans les zones anglophones du Cameroun depuis bientôt deux, ans, la filière huile de palme connaît des perturbations, notamment au sein des agroindustriels que sont CDC et Pamol. Le constat est du Comité de régulation de la filière des oléagineux informe IC.



Emmanuel Nkoulou Ada, président dudit Comité a indiqué qu’au cours d’une assise tenue le 3 juillet à Yaoundé, la crise anglophone a un effet mécanique direct sur la filière, ce d’autant plus que CDC (2è employeur après l’Etat) et Pamol sont des structures de première transformation. « Ces structures n’arrivent pas à produire à leur dimension réelle et ne peuvent pas commercialiser leur production. Et cette situation n’est pas de nature à favoriser la distribution.», a souligné Emmanuel Nkoulou.

Il a ajouté que le poids de ces sociétés va au-delà de la zone anglophone car, elles sont des structures intégratrices qui permettent aux populations de se développer : création d’écoles et hôpitaux, et d’autres infrastructures sociales.

Bien plus, les deux entreprises ont engagé des investissements pour booster leur rendement. 10 000 hectares (ha) de palmiers à huile pour Pamol, et plus de 12 000 ha pour la CDC.

Néanmoins, a rassuré  le président du Comité de régulation de la filière des oléagineux, « on ne devrait pas être inquiet d’une quelconque pénurie, puisque c’est juste un pan de la production qui est bloqué». Il s’est réjoui de ce que le gouvernement en 2017, a autorisé l’importation de 97 000 tonnes pour prévenir les pénuries. Et tout se passe bien jusqu’à présent.

S.A

Société