La fermeture de l'aéroport de Douala est un mensonge (officiel)

Cameroun - Transports. La fermeture de l'aéroport de Douala est un mensonge (officiel)

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Le directeur général des Aéroports du Cameroun (ADC), Thomas Owona Assoumou, s’est inscrit en faux, mercredi, contre la rumeur faisant état de la fermeture de l’aéroport international de Douala, situé dans la métropole économique, par Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).


Dans une mise au point parvenue à APA, il a battu en brèche une rumeur circulant dans certains journaux et télévisions, relayée par les réseaux sociaux faisant état d’un audit de l’organisme international recommandant la fermeture de la plateforme aéroportuaire et principale porte d’entrée du pays.

Selon Thomas Owona Assoumou, le séjour au Cameroun des émissaires de l’OACI, du 18 au 27 avril, à Douala mais aussi dans la capitale politique, Yaoundé, s’inscrit dans le cadre d’un audit de suivi des actions correctives de la mission réalisée en 2015 par cet organisme.


Il s’agit donc, précise-t-il, de la mise en pratique d’un programme de surveillance universelle des États membres, dans la mise en œuvre des mesures de sûreté.

Dans son sillage, l’Association des compagnies aériennes de l’aéroport international de Douala (AOC Douala) a également évoqué une clameur «qui provoque de nombreux remous dans le secteur aéronautique et dans l’opinion publique», l’organisation des transporteurs précisant que l’audit, prétendument à l’origine de ladite fermeture, «n’a pas encore eu lieu» et qu’il est «difficile et mensonger d’en donner déjà les résultats», alors que les inspecteurs de l’OACI n’ont même pas débuté leurs constatations.

Pour l’AOC Douala, il n’y a aucune corrélation entre l’audit de l’Oaci, «prévu de longue date» et sa lettre de février 2018 au gestionnaire de la plateforme, via le ministre des Transports, dans laquelle l’association des transporteurs, qui regroupe 15 compagnies aériennes, exprimait sa «préoccupation» sur l’état général de l’infrastructure.

«Cet amalgame, selon le signataire de la mise au point, A. de Rodez, est préjudiciable à l’esprit même de cette lettre, qui visait à provoquer une prise de conscience et une reprise en main constructive, justement favorable à la bonne marche et à l’avenir de l’aéroport de Douala.»

Cette plateforme, rappelle-t-on, avait été fermée du 1er au 21 mars 2016, puis du 11 au 18 avril 2017 pour des raisons de réhabilitation des chaussées aéronautiques, premier volet d’aménagements financés à hauteur de 30 milliards FCFA, objet d’un prêt non souverain contracté auprès de l’Agence française de développement (AFD).

L’aéroport de Douala, selon les données officielles, accueille annuellement 1,5 million de passagers pour 50.000 tonnes de fret, l’évolution de son trafic international restant modérée de l’ordre de 3,4%.

 

Société