L'éternel reconstruction des Lions indomptables:

Lions indomptables. L'éternel reconstruction des Lions indomptables:

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Les faits. Le sélectionneur national Alexandre Belinga choisit de faire appel à des anciens de la sélection, à côté de nouveaux venus et du noyau qui a remporté la CAN lit-on dans les colonnes de CT.


Pour la deuxième fois au cours de ces dix dernières années, Alexandre Belinga intervient en intérimaire pour pallier l’absence d’un sélectionneur national des Lions indomptables. Il l’avait déjà fait entre 2015 et 2016, après le limogeage du technicien allemand, Volker Finke, dont il était l’un des adjoints.

Le revoici dans le même rôle après la fin du contrat du Belge, Hugo Broos, dont il aura également été l’un des adjoints. C’est dire que depuis 2013, Alexandre Belinga est de manière interrompue dans l’encadrement technique des Lions indomptables.

Il est de nouveau sous les feux des projecteurs à travers la liste publiée le 12 mars dernier, en prélude au match amical que le Cameroun dispute le 25 mars prochain à Koweit City, contre la sélection nationale de ce pays.

Une liste qui se veut conquérante. « Si on est appelé à gérer une situation, on doit le faire avec beaucoup de détermination. Si on peut faire des résultats qui nous permettent de remonter au classement Fifa, je pense que j’aurais fait un grand pas », déclare le coach.

Avec quel effectif ? On note le retour d’Idriss Carlos Kameni, dont la dernière convocation en sélection nationale remonte à novembre 2015. Le Cameroun préparait une double confrontation contre le Niger, comptant pour le 2e tour des éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018.

Plusieurs fois sollicités, André Onana, Allan Nyom et Eric-Maxim Choupo Moting ont souvent opté pour la politique de la chaise vide. Pour sa part, Jean Armel Kana Biyick avait pratiquement claqué la porte de la sélection nationale. « La convocation de ces joueurs s’est faite avec mon accord », précise le sélectionneur.

Ils trouveront un groupe composé de Fabrice Ondoa, Adolphe Teikeu, Ngadeu Ngadjui, Sébastien Siani, Georges Mandjeck, Christian Bassogog, Benjamin Moukandjo et Vincent Aboubakar. Ils ont participé à la Can 2017, à la Coupe des Confédérations, et au dernier match officiel des Lions en novembre dernier contre la Zambie à Ndola. Dans une moindre mesure, on ajoutera à ce groupe Fai Colins, Zambo Anguissa et Clinton Njie.

Depuis 2009, le banc de touche des Lions indomptables a vu se succéder tour à tour, le Français Paul Le Guen, l’Espagnol Javier Clemente, le Français Denis Lavagne, le Camerounais Jean-Paul Akono, l’Allemand Volker Finke, le Camerounais Alexandre Belinga, et le Belge Hugo Broos. A chaque fois, le sélectionneur est arrivé avec son système de jeu, qui nécessite des joueurs précis.

Il faut du temps pour que la cohésion s’installe dans un effectif constant. Beaucoup parmi eux n’ont toujours pas pu être titulaires, à l’instar d’Eric-Maxim Choupo Moting sur qui Paul Le Guen fondait déjà beaucoup d’espoir à son arrivée en 2009.

Le retour de ces joueurs est la matérialisation d’une volonté d’ouverture exprimée par les dirigeants de la fédération, pour qui, le Cameroun doit pouvoir compter sur tous ses fils capables d’apporter une pierre au projet de victoire à la CAN 2019.

Priscille G. Moadougou
 

Sport