Cameroun - Cinéma. L’Union des Jeunes Elites Bandjoun (UJEB) signe une convention avec le réalisateur camerounais Stéphane Kamdem

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

L’association vient de signer une convention de financement d’un montant de 66 000 000 FCFA avec le réalisateur camerounais Stéphane Kamdem, plus connu sous le nom d’Ousmane Stéphane, pour le financement de la première saison d’une série télé de 13 épisodes de 52 minutes.

Adaptée du livre HISTOIRE DE LA FONDATION DU ROYAUME BANDJOUN de Fréderic Fenkam, auteur des REVELATIONS DE JEAN FOCHIVE, la série TODJOM raconte les origines de Bandjoun en partant de l’installation des Lengs (actuel Baleng) à l’intronisation de Notouom, premier roi bandjoun.


Selon le président d’UJEB Vivien Tatem, cette convention porte plus sur la recherche de financement nécessaire à ce projet que  sur le financement en lui-même.
L'Union des Jeunes élites Bandjoun est une association à but non lucratif et apolitique dont l'objectif principal est la sauvegarde du patrimoine culturel TODJOM à travers l'apprentissage de la langue Ghomala, la promotion de la culture, la réincarnation de notre tradition par l'enseignement des us et coutumes TODJOM. Le festi-Ujeb dont la première édition s’est tenue du 20 au 21 juillet dernier allait en droite ligne avec ces objectifs. Elle avait pour but de récompenser les artistes todjom et qui a vu la participation des grands noms de la culture bandjoun comme André-Marie Talla, Kareyce Fotso, Bissi MAG et bien d’autres. Elle voudrait donc à travers ce projet, regrouper tous les fils todjom et leur permettre une fois de plus de prouver au monde, leur solidarité légendaire dont les origines sont d’ailleurs expliquées dans la série TODJOM.


Quant à savoir pourquoi le choix d’Ousmane Stéphane pour mener à bien ce projet, le président Vivien Tatem a répondu sans détour : « Il est à notre avis l’un des meilleurs au Cameroun et c’est pour cette raison que nous lui avons décerné le trophée de meilleur réalisateur Todjom, ainsi qu’à notre sœur Laure Kamga. Et puis, qui mieux que l’initiateur d’un projet pour le porter ? ». En effet, selon nos informations, Ousmane Stéphane trimballerait ce projet depuis deux ans, mais n’avait jamais trouvé le cadre idéal pour son exécution.
C’est donc à la faveur du Festi-Ujeb qu’Ousmane Stéphane a pu s’entendre avec l’équipe d’UJEB pour le lancement du projet. Les organisateurs du Festi-Ujeb espèrent ainsi présenter le produit fini à l’édition 2019 dont les préparatifs ont déjà commencé.


Une autre inquiétude qui a été dissipées par l’intéressé lui-même a été celle de la disponibilité d’Ousmane Stéphane pendant les 10 mois que va durer le projet, quand on sait qu’il a récemment été promu Secrétaire Général de la Confédération Africaine de Cinéma avec résidence à Cotonou. Il nous a répondu a cet effet : « Nous autres, artistes et techniciens n’avons pas vraiment de résidence. Plus on avance dans le métier, plus on est instable et c’est une chose que nous avons accepté et que nos épouses et nos familles ont accepté. Il surtout question pour nous d’avoir une organisation et un planning très strict. Je mettrai donc tout en œuvre pour respecter le mien qui va m’obliger à passer 5 jours à Bandjoun du lundi au vendredi, le week-end à Buea où je suis également enseignant et une fois par mois je serai à Cotonou où je participe activement à la mise en place de la Confédération Africaine de Cinéma qui vient à peine de voir le jour »


La série TODJOM sera à notre connaissance le premier projet du cinéma camerounais à oser le financement participatif. On peut d’ailleurs accéder aux différentes plateformes créées via le lien www.unicafrik.com/todjom, le compte facebook www.facebook.com/todjom.laserie ou en téléchargeant l’application TODJOM sur Play store.


Vivement donc que le mois de juillet 2019 arrive pour qu’on voie les premières images de la série TODJOM sur les antennes de Canal+ et les autres grandes chaines qui sont la cible de ce projet.

Culture