Impasse pour la Société de transport de l’électricité du Cameroun

Cameroun - Energie. Impasse pour la Société de transport de l’électricité du Cameroun

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Le fonctionnement de la Société nationale de transport de l’électricité (SONATREL) se trouve actuellement dans l’impasse, du fait de multiples tiraillements entre le gouvernement et l’opérateur Eneo, a-t-on appris de sources introduites.


Créée en octobre 2015, avec pour principales missions le transport et la gestion du réseau, des domaines jusque-là dévolus à la filiale du fonds d’investissement britannique Actis, l’entreprise publique ne peut démarrer ses activités relate APA.

«Eneo pose au gouvernement des exigences structurelles et financières avant de libérer totalement le secteur», a confié à APA, sous le sceau de l’anonymat mais sans pouvoir en dire davantage, un haut responsable des services du Premier ministre.

En février 2017 et à l’issue de la 4ème session ordinaire de son conseil d’administration, la SONATREL s’était pourtant dotée d’un budget de 20 milliards FCFA, le tout premier de son existence, dont 16 milliards FCFA devaient être consacrés à l’investissement.

Moins d’un an auparavant, des experts des consortiums internationaux CPCS-Eia Grid International-Jing & Partners et RTE International, choisis au terme d’un appel d’offres, s’étaient engagés à aider au processus de mise en marche de l’entreprise, qui entre-temps a aménagé dans des bureaux flambants neufs au cœur de la capitale, Yaoundé.

Le 27 avril dernier, Eneo et la SONATREL avaient signé un contrat de concession finalisant le transfert de 230 agents à qui, le 1er mai suivant, à l’occasion de la Fête du travail, le directeur général de la première entité citée, Joël Nana Kontchou, a solennellement fait ses adieux.

«Nous ferons dorénavant maison commune, chambres à part. Nous leur souhaitons à tous bon vent !» avait-il alors déclaré, en même temps que l’on apprenait que les syndicalistes du secteur de l’électricité avaient obtenu d’Eneo le paiement d’une indemnité de départ, mais également l’assurance qu’ils conserveraient le même niveau de rémunération, les mêmes avantages et acquis que précédemment.

En mi-novembre 2017, la Banque mondiale et la SONATREL avaient signé un accord de financement, d’un montant de 190 milliards FCFA, relatif à la construction pour la période 2016-2022 de lignes de transport dans les régions du Centre, de l’Est, du Littoral et de l’Ouest.

La même institution financière internationale avait, au lendemain, de la création de la SONATREL, marqué sa disponibilité à appuyer le lancement de ses activités à travers une ligne de financements d’environ 660 milliards FCFA.

Félix Cyriaque Ebolé Bola

Société