Vendredi le 24 Novembre 2017 04:32:14 cameroun24.net Sport

Cameroun - Ligue 2. Fovu conteste la décision de la CCA dans l'affaire qui l'oppose à Botafogo

Débouté par la commission de conciliation et d’arbitrage du comité national olympique et sportif du Cameroun dans l’affaire l’opposant à Botafogo de Douala au sujet de la fraude sur l’identité du joueur Ndong Penda Marcellin, le club du rocher sacré de l’ouest a contesté le verdict rendu par cette juridiction mercredi aucours d’un point de presse donné par le conseiller du président Serges Kamdem Kouam qu’accompagnait Valery Kenmogne, conseiller juridique de Fovu de Baham.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |



L’affaire Fovu contre Botafogo qui a connu moult  rebondissements est loin de connaitre son épilogue. En effet, lors de la 26e journée en Elite two, Botafogo FC de Douala avait formulé une réserve de qualification à l’encontre du joueur Ndong Penda Marcellin au motif que ce dernier avait fraudé sur son identité. Le club de l’honorable Célestin Ketchanga avait eu gain de cause à travers la décision rendue par la commission d’homologation et de discipline de la LFPC. Insatisfait de ce verdict de l’organe juridictionnel de la LFPC, les dirigeants de Fovu FC avait porté l’affaire au niveau de la Fecafoot où la commission de recours lui donna raison en confirmant le score acquis sur le terrain (1-1). Décidé à avoir raison, ce d’autant plus que, cette décision de la commission de recours de la Fecafoot entraine la descente en ligue régionale de Botafogo et assure le maintien de PWD de Bamenda, le club de Douala, à son tour, a saisi la CCA dont le verdict lui a été favorable, au grand étonnement des dirigeants du club de l’ouest.




Les administrateurs de Fovu de Baham s’étonnent et s’insurgent contre cette décision rendue par la CCA car pour eux, le droit n’a nullement été respecté. « Nous ne sommes pas d’accord avec ce verdict. Le point d’achoppement dans cette affaire était de démontrer la responsabilité de Fovu sur la fraude sur identité de Ndong Penda. Il ne nous a pas semblé que ceux d’en face aient prouvé que Fovu de Baham et les Astres de Douala, son ancien club, étaient complices pour cette fraude puisque les administrateurs des Astres de Douala n’officient pas à Fovu et vice versa. » explique Serges Kamdem Kouam, le conseiller du président. Ainsi le club du rocher sacré de l’ouest n’entend pas lâcher cette affaire qui foule au sol les principes d’équités et de justice. « Nous allons saisir d’autres juridictions pour que le droit soit dit. On en a marre. Le principe du contradictoire n’a pas été respecté avant la publication du verdict par la CCA. On est surpris d’une telle démarche pour un organe qui est sensé garantir la justice. On a comme l’impression qu’il y a comme une sorte d’acharnement de la CCA envers Fovu FC, je vous prends pour exemple l’affaire Fovu vs Renaissance et Fovu contre le Canon. » tempête Valery Kenmogne, conseil du club.

Déjà assuré d’évoluer en Elite one la saison prochaine, Fovu de Baham selon ses administrateurs, se bat pour que le droit soit dit dans cette affaire qui l’oppose à Botafogo FC. Il n’est pas question, selon eux, de laisser passer une autre incohérence de la CCA envers eux. « Nous ne sommes pas là pour nuire à Botafogo ou aider PWD de Bamenda. Nous voulons que la justice soit rendue. Nous sommes dans un pays de droit et le droit doit être respecté. Ce n’est pas parce que nous avons acquis notre montée en Elite one qu’on doit laisser passer une telle décision. Nous allons saisir d’autres juridictions selon que notre PCA établira le timing. » confie Serges Kamdem Kouam. Selon nos indiscrétions, Fovu de Baham saisira le TAS dans les tous prochains jours pour entendre raison. Une autre affaire qui risquerait bloquer le lancement du championnat en Elite two.

Léger Tientcheu

Lire aussi