Elogbatindi: Le litige foncier est terminé

Cameroun - Environnement. Elogbatindi: Le litige foncier est terminé

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Après constat de ce que les 04 km de l’espace vital des populations ont été rétrocédés par Hévécam, l’administration s’engage à faire respecter les clauses du cahier des charges relate le journal Mutations.

Grosse victoire au terme d’une bataille de longue haleine. Elle est celle des populations d’Elogbatindi face à l’agro-industriel Hévéa du Cameroun (Hévécam), à travers l’association Nyong Lokoudje-Survival  (Nls) dont le Pr émérite TetanyeEkoe en est le président exécutif. Depuis 2014, ces riverains de l’arrondissement de Lokoundje dans le département de l’Océan ( sud ) mènent un combat acharné contre la société d’hévéa pour la préservation d’un espace vital de 4 kilomètres devant leur revenir dans la concession provisoire accordée par l’Etat à cette entreprise en 2012. Le bloc 4 composé des  villages  Elogbatindi, Mbebe, Dehane, et Donenda couvre une superficie totale de 3972 hectares.


 On aurait cru que ce combat se serait terminé le jeudi 21 avril 2016 lors de la descente d’une commission cadastrale et préfectorale sur le terrain. Ladite commission s’y est rendue pour délimiter l’espace vital réservé aux activités vivrières et agropastorales des riverains, au moment où ces derniers manifestaient leur ras-le-bol vis à vis de l’attitude de l’administration suspectée de complicité pour l’accaparement de leurs terres.


Que non! Plus de deux ans après, un nouvel épisode vient en rebondissement. Vendredi, 07 septembre dernier, à la demande cette fois-ci de la société Hévécam, qui estimait que les populations empiètent sa concession, une commission venue de Kribi, à laquelle se sont ajoutés les populations riveraines et les dirigeants de ladite société, s’est rendue sur le terrain en vue de faire établir le constat.


Nous sommes rendus à un peu plus de 13h ce vendredi 7 septembre. Le long cortège qui conduit les membres de la commission fait uneescale à un petit carrefour en forêt.Sur une banderole accrochée sur les arbres, on peut lire très visiblement :«Avec Paul Biya le père de la nation, populations Dehane-Elogbatindi-Mbebe: Hévécam, rendez-nous notre  espace vital de 4 km ».  Non loin de la chaussée, une petite plaque attire l’attention. Elle y est apposée depuis des années par Hévécam. D’après les coordonnées, c’est le point marquant les 4 km de l’espace vital à partir de la dernière case. Un métrage que désapprouvent les populations. Puisque, sur place, les gps des deux géomètres venus pour la circonstance marquent 2.19km. Il faut aller plus loin.


Nouveau départ du cortège. Mais après cinq minutes de route, plus moyen d’avancer en voiture. Le chemin est très enclavé. Obligé d’évoluer à pied. Exercice cependant difficile et périlleux sur une piste marécageuse. Après une trentaine de minutes de marche à pied, on arrive tout épuisé, trempé de sueur. Les gps affichent cette fois-ci 4.026 km. Tout le monde est d’accord que c’est la délimitation exacte marquant la fin de l’espace vital des populations riveraines et le début de l’espace exploitable par l’agro-industriel. La matérialisation de la limite est faite des marques sur un arbre fruitier sauvage placé tout près.


C’est ainsi que, grâce au dynamisme des riverains d’Elogbatindi sous la houlette de l’association  Nls, prend fin, le feuilleton qui aura duré plus de quatre ans. Les autorités administratives, les dirigeants d’ Hévécam S.A  et les représentants de  Nls ont convenu de poursuivre dans les prochaines semaines le même exercice dans les villages voisins [Dehane et Mbebe]. Le résultat final de cette opération sera la modification de la carte de la concession et la réintégration de l’espace vital des trois villages voisins dans le domaine national. Le retour des conditions d’une paix sociale entre Hévécam et les populations riveraines est en bonne voie.
 

Lazare Kingue

Société

Lire aussi