Cameroun - Justice. Drôle de plainte contre des émeutiers après la mutinerie de Kondengui

cameroun24.net Le 9 aout 1135 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Ephraïm Inoni, Urbain Olanguena Awono et Iya Mohammed accusent 46 détenus de rébellion en groupe, tentative d’évasion en coaction, vol en coaction et blessures légères peut-on lire dans les colonnes du quotidien Mutations.


L’affaire de la mutinerie à la prison centrale de Yaoundé ne cesse de défrayer la chronique. Hier 6 août, sur le babillard du tribunal de première instance de Yaoundé-Centre administratif, une affaire attire l’attention des curieux. Inoni Ephraïm, Urbain Olanguena Awono et Iya Mohammed, tous « prisonniers de luxe », incarcérés dans le pénitencier de Kondengui, traînent en justice 46 autres détenus. Ces derniers étaient initialement embastillés dans le cadre des « Marches blanches » organisées par le Mouvement pour la renaissance du Cameroun(Mrc) ou dans le cadre de la crise anglophone.

Les nouvelles accusations qui pèsent d’ores et déjà contre eux, peut-on lire sur le babillard, sont « rébellion en groupe, tentative d’évasion en coaction, destruction, vol en coaction et blessures légères ». Le 5 août dernier, les premiers mutins de la tentative d’évasion journée du 22 juillet 2019 ont commencé à comparaître devant le juge au tribunal d’Ekounou. Le 22 juillet dernier, des détenus « ambazoniens » ont initié un mouvement d’humeur au sein de prison centrale de Yaoundé. Décidant de protester contre la qualité, et la quantité insuffisante de leur ration alimentation. Ils ont créé un climat de tension au sein de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé.

Le mouvement d’humeur, qui « avait fait l’objet d’une récupération par des détenus du Mrc », s’est rapidement transformé en une insurrection violente. Des dégâts importants avaient alors été signalés. Entre autres, l’incendie de la bibliothèque de la prison, de l’atelier de couture des femmes et du bureau du responsable de la discipline des détenus, le pillage des petits commerces internes du pénitencier et quelques blessés dont trois « prisonniers de luxe ». L’insurrection du 22 juillet a conduit à l’ouverture d’une enquête.

Selon le porte-parole du gouvernement, 184 détenus considérés comme les meneurs ont été interpellés. Outre les faits initiaux qui leur sont reprochés, ils feront par ailleurs face faits à de nouveaux chefs d’accusation qui restent encore inconnus. Les 46 nouvellement accusés, s’ils font partie de 184 mutins précédemment évoqués, font désormais l’objet de trois accusations.
 

Jenner Onana

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Justice

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Le Port Autonome de Douala débouté par la Cour suprême

    La Chambre Administrative de la Cour suprême a donné gain de cause à Bolloré en rejetant le pourvoi en cassation du PAD a appris cameroun24.

  • Plusieurs ministres camerounais interdits de sortir du territoire national

    L'information est rendue publique par le journaliste d'investigation David Eboutou.

  • Le corps sans vie d'une princesse mariée trouvé dans une auberge à l'Ouest

    Le cadavre sans vie de la fille du Chef Bagnoun, une localité située dans le département du Nde, Région de l'Ouest a été retrouvé lundi dernier à l'hôtel Mbatchou à Bazou toujours dans la région de l'Ouest,...

  • Un journaliste de la télévision canal 2 international violemment agressé

    Julio Tresor Tanon en service dans cette télévision privée camerounaise fait le récit de l'agression dont il a été victime.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé