Discours Bilan 2017 de JEAN CLAUDE NGBWA Président de la CMF/présentation des vœux 2018

Cameroun - Economie. Discours Bilan 2017 de JEAN CLAUDE NGBWA Président de la CMF/présentation des vœux 2018

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Le Président de la CMF discours donne ici les grandes lignes de l'action de la Commission au cours de l'année 2017 et la projette dans la perspective de la mise en oeuvre du processus d'intégration des marchés financiers d'Afrique centrale, conformément à la décision des chefs d'Etats de la CEMAC à Ndjamena le 31 octobre 2017.

 CÉRÉMONIE DE PRÉSENTATION DES VOEUX 2018 AU PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DES MARCHÉS FINANCIERS DISCOURS DU PRÉSIDENT DE LA CMF JEAN CLAUDE NGBWA

....................................

 

Monsieur le Secrétaire Général, En vous remerciant pour les voeux que vous avez bien voulu m’adresser en votre nom et au nom du personnel de la Commission des Marchés Financiers pour l’année 2018,

Qu’il me soit permis, avant d’y donner suite, de revenir sur le bilan de la CMF au cours de l’année qui s’achève.

Lors de notre prise de service au mois d’août 2016, la Commission s’est donnée pour boussole, le cadre de développement du marché nancier du Cameroun à travers l’élaboration du plan stratégique 2017-2020. La mise en oeuvre de ce plan stratégique ambitieux doit permettre d’impulser la relance d’un marché atone à travers une mise en perspective ambitieuse de la fonction de régulation du marché. Notre vision se résume en quatre axes : Faire du marché un outil de nancement de l’économie (1), accroître l’attractivité du marché nancier (2), améliorer l’ancrage institutionnel du marché, renforcer sa sécurité et la protection des épargnants (3), aligner la gestion et la gouvernance de l’institution sur sa vision stratégique (4).

Au cours de l’année 2017 écoulée, la Commission des Marchés Financiers s’est résolument engagée dans la mise en application des actions sur les plans organisationnel,

réglementaire, opérationnel et communicationnel dans le but de : - créer les conditions favorables à l’expression du potentiel des acteurs,

- informer, sensibiliser, sécuriser des investisseurs, des partenaires des secteurs productifs nationaux,

- coopérer avec des régulateurs régionaux et internationaux,

- être présente aux rencontres internationales où les expériences se partagent, et les tendances et bonnes pratiques en matière de régulation des marchés de capitaux se dessinent et se diusent.

Dans le détail, au regard de nos axes stratégiques, qu’avons-nous fait ?

Nous avons oeuvré pour faire de notre marché un outil moderne de nancement de l’économie (axe 1) à travers :

- l’admission de la CMF à l’Organisation Internationale des Commission des Valeurs (OICV) comme membre associé ;

- l’organisation d’un « Brunch des marchés nanciers » avec l’Association des Compagnies d’Assurance du Cameroun (ASAC) pour lui présenter les opportunités de nancement liées à l’obligation dès cette année d’augmenter leur capital social au regard de la nouvelle règlementation de la CIMA ;

- une conférence publique sur le développement des marchés nanciers et la protection des épargnants qui a été organisée, conférence animée par des experts de la Commission de Supervision des marchés nanciers Allemands (BaFIN) et la Deutsche Bundesbank ;

- l’introduction du capital investment américain sur notre marché au moyen de la mise en place d’un écosystème de préparation et de mentoring des PMEs au sein d’un marché alternatif à DSX, ainsi que la formation sur le Emerging Economy Growth Framework (E2GF) SWOT Analysis et le ICP REPORT (International Comparision Program) ;

- la nalisation et la transmission d’une convention de coopération et d’échanges d’informations entre la CMF et la COSUMAF conformément aux principes de l’OICV ;

- au niveau de la coopération internationale comme levier du développement du marché, la CMF, le bénéce d’une formation sur les OPCVM d’un expert du régulateur ouest-africain (CREPMF). Nous avons eectué une visite d’étude et de benchmark auprès du régulateur nigérian (SEC), et avons participé à l’Assemblée annuelle de l’IFREFI (Institut Francophone de la Régulation Financière). - la participation à la réunion de la zone Franc à Paris, ainsi qu’au congrès annuel de l’OICV en Jamaïque.

Nos actions menées, conformément à l’axe numéro 2 de notre plan stratégique, ont visé l’accroissement de l’activité du marché. Ainsi : - le siège de la Commission a été matérialisé à travers la pose de supports signalétiques externes, entrainant un accroissement de sa visibilité publique, médiatique et auprès de ses partenaires ;

- la veille et la surveillance du marché ont été sanctionnées par plusieurs mises en garde, aler tes, communiqués en direction du public pour les prévenir des opérations de levées de fonds douteuses et non autorisées par la Commission ;

- une rencontre avec le Groupe DANGOTE a été eectuée à Lagos, en marge de la visite de travail auprès du régulateur nigérian en vue de présenter les opportunités d’investissement des entreprises du Groupe sur le marché nancier du Cameroun ;

- nous sommes intervenus dans le dénouement du défaut de payement de la troisième échéance de l’emprunt obligataire « Etat du Tchad 6% net 2013-2018 » ;

- une semaine nationale de l’investisseur a été organisée par la CMF, en écho à la semaine internationale éponyme lancée en 2017 par l’OICV ;

En ce qui concerne l’axe stratégique numéro 3, qui vise l’amélioration de l’ancrage institutionnel du marché, le renforcement de sa sécurité ainsi que celle des épargnants, en 2017 :

- des réunions de prise de contacts ont permis de recueillir des acteurs leurs préoccupations et leurs attentes vis-à-vis de la Commission ;

- nous nous sommes rapprochés de l’Advanced School of Translators and Interpretors (ASTI) de l’université de Buea en vue de la traduction de nos textes et documents de travail en langue anglaise ;

- nous avons produit et édité un bulletin ociel, et mis en ligne le premier bulletin ociel datant de 2006, ainsi que six (06) projets de textes d’application de la loi sur les OPCVM ;

- nous avons établi un partenariat avec l’ONECCA (Ordre National des Experts Comptables du Cameroun) en vue de la réalisation d’un plan comptable pour les OPCVM ;

- la Commission a procédé au recrutement de 04 nouveaux cadres. Enn, s’agissant de l’axe 4 qui consiste à aligner la gouvernance et la gestion de l’institution sur sa vision stratégique, la Commission :

- s’est dotée d’un nouvel organigramme ;

- a mis en route un programme de formation du personnel de la Commission et des membres du Collège ;

- a tenu des rencontres avec le GICAM et le syndicat des pétroliers;

- a produit une instruction générale sur les conditions de publication et de mise à disposition au public de la notice d’informations exigées des émetteurs se constituant par appel à l’épargne ;

- a produit des textes sur la tarication des opérations et la dématérialisation, des accords de place, les conditions tarifaires des opérations sur le marché.

Le 31 octobre 2017 à Ndjamena, au terme d’une session extraordinaire, les Chefs d’Etat de la CEMAC ont décidé de xer le siège du régulateur régional à Libreville au Gabon et celui de la bourse des valeurs régionale à Douala au Cameroun.

La CMF a pris note des bienfaits de cette annonce historique, et intégré dans l’agenda de ses activités, cette nouvelle donne qui implique des ajustements et une projection stratégique vers l’horizon proche de l’intégration des deux marchés nanciers d’Afrique centrale. Cette nouvelle vision de l’intégration, est une bonne approche pour la Communauté.

C’est une grande victoire diplomatique pour le Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA et pour son pays, le Cameroun, dont la capitale économique devient la principale place nancière de la CEMAC. Dans cette nouvelle vision, la CMF, régulateur national, va apporter toute sa contribution pour bâtir, sous la supervision du Gouvernement, un marché nancier régional digne, susceptible de représenter toutes les potentialités économiques de la sous-région.

D’ores et déjà, des démarches ont été engagées à l’issue de la quatrième réunion du PREF-CEMAC, tenue le 2 février dernier, pour organiser la fusion des deux places nancières. C’est un processus nouveau dont la mise en oeuvre nécessite des clarications. Dans l’attente des hautes instructions de la hiérarchie, nous nous engageons d’ores et déjà pour accompagner le processus tout au long de la période transitoire, en préservant le mieux possible, les intérêts de la CMF et les acteurs du marché nancier national, dans cette nouvelle conguration de l’intégration régionale.

Aussi, je vous engage à travailler davantage au rayonnement de notre institution, qui est appelée dans les mois à venir, à mettre son dynamisme, son ecacité et son potentiel au service d’un marché plus grand, celui de l’ensemble des Etats et des populations d’Afrique Centrale.

Monsieur le Secrétaire Général, permettez-moi à présent, en réponse à vos voeux ainsi que ceux du personnel, de souhaiter en retour, à vous, votre famille, ainsi qu’à l’ensemble du personnel et leurs familles, les voeux de santé et de succès que mon épouse et moi, vous adressons pour l’année 2018 qui commence. Je vous remercie pour votre bienveillante attention.

Opinion