Des résultats du Baccalauréat général à confirmer

Cameroun - Education. Des résultats du Baccalauréat général à confirmer

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Des dysfonctionnements ayant été constatés dans le circuit, l’OBC, institution en charge de l’organisation de l’examen, procède actuellement à des vérifications lit-on dans les colonnes de CT.


Des points d’ombre sur les résultats du bac général. Des candidats et des parents se plaignent de certaines incohérences entre les résultats affichés et des informations transmises par le numéro vert : le 8070. Certains ont célébré leur succès avant de se rendre compte que leurs noms ne se trouvent nulle part sur les listes. C’est sûr, des dysfonctionnements ont entaché la session 2018 du baccalauréat. Toutes nos sources le confirment.

Alors que les résultats sont disponibles un peu partout depuis la semaine dernière, les candidats de la série D à Ngaoundéré attendent toujours les leurs. A ce sujet, une source crédible de l’OBC rassure :

« ces résultats seront disponibles au courant de la semaine. Il ajoute : « Il y a du confidentiel dans nos procédures ». Aussi, à l’Office du bac l’atmosphère est-elle loin d’être détendue.

Le personnel travaille déjà sur le probatoire, mais la pression du bac est loin de retomber. Dans une salle spécialement aménagée, des équipes travaillent sur des registres, fiches et autre paperasse. Les responsables contrôlent minutieusement la cohérence entre les listes des admis déposées par les présidents des jurys et les procès-verbaux respectifs.

Elles le font nom par nom. Une source crédible nous renseigne qu’après ce premier niveau de contrôle, il y aura un second où on confrontera ces PV avec les relevés de notes. C’est au terme de ce travail qu’il sera possible d’établir les relevés définitifs qui font foi.

Autre point de contrôle : la cellule informatique. C’est un point névralgique dans l’organisation des examens. On soupçonne même que le dysfonctionnement soit parti de l’informatique. Visiblement préoccupé, Guy Michel Bilé Etoundi, responsable depuis plusieurs années de ce pool répète sans cesse : « On a frôlé la catastrophe…Dieu est grand ».

Il avoue que les premiers signaux inquiétants datent de la confection et de la publication des listes des candidats à cet examen. Face aux défaillances de l’opérateur habituellement commis à cet exercice, il a fallu envisager un plan B, à deux jours de la date butoir pour la publication des listes.
 
Jeanine FANKAM

Culture

Lire aussi