Déculottée : Réveillez Paul Biya, le football camerounais va à vau-l’eau

Cameroun - Football. Déculottée : Réveillez Paul Biya, le football camerounais va à vau-l’eau

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

La décision de la Confédération africaine de football de disqualifier le futur vainqueur de la Coupe du Cameroun 2018 de ses compétitions interclubs, est un acte inédit qui révèle aux yeux du monde entier le comportement apathique du Chef de l’Etat Paul Biya, préjudiciable au sport- roi camerounais lit-on dans les colonnes du quotidien privé La Nouvelle Expression.



Depuis l’année dernière et avant le coup d’envoi d’une nouvelle saison sportive dans ses pays membres, la Confédération africaine de football a fait savoir que ses compétitions interclubs vont désormais démarrer plus tôt que par le passé, précisément au mois de novembre et non plus en février comme de coutume.

Au Cameroun, la Ligue de football professionnel (LFPC), afin de s’arrimer à la nouvelle directive de la CAF, a déroulé au pas de course son championnat d’élite one. La compétition s’est achevée au mois de juillet avec un podium constitué respectivement de Coton sport de Garoua (Champion), UMS de Loum (Vice-champion) et New stars de Douala (3e). Soit trois des quatre représentants du pays de Roger Milla pour la Ligue africaine des champions et la Coupe de la Confédération édition 2018/2019.

Afin de désigner le quatrième et dernier ambassadeur, la Fédération camerounaise de football a organisé à un rythme effréné les éliminatoires de la Coupe du Cameroun. Pour la première fois, tous les matches, même les demi-finales ont été disputés en « aller simple » dans le but de respecter les dates butoirs imposées par la CAF.

Ainsi, depuis le dimanche 02 septembre 2018, l’affiche de la finale est connue. La Fecafoot a saisi le cabinet civil de la présidence de la République pour l’informer que Lion blessé de Fotouni et Eding FC de la Lekie sont les finalistes de l’édition 2018 de la Coupe du Cameroun. La balle est donc depuis plus de deux mois dans le camp de Paul Biya qui doit, comme il l’exige, fixer en fonction de ses humeurs, une date pour le déroulement de la finale.

Ainsi, « le premier sportif » camerounais, au pouvoir depuis 36 ans et réputé pour son indifférence face aux pressions, prend toujours tout son temps pour déclarer sa disponibilité. Une attitude qui a amené le Secrétariat général de la CAF à disqualifier le futur vainqueur de la Coupe du Cameroun de la prochaine Coupe de la Confédération africaine dont les préliminaires démarrent le mardi 27 novembre 2018. Une sanction inédite qui porte non seulement un coup dur au football camerounais mais, écorne aussi la réputation du pays.

La CAF, sous le règne du Camerounais Issa Hayatou, a subi pendant près de 30 ans, ce comportement apathique de l’homme du Renouveau, qui est aux antipodes de son prédécesseur Ahmadou Ahidjo. Endormi par sa prépotence, le président Paul Biya 85 ans, récemment élu pour un nouveau mandat de sept ans, ne s’était pas encore rendu compte, semble-t-il, que le régime a effectivement changé à la CAF, qu’il n’y a plus de place aux actes de népotisme en faveur des clubs camerounais.

Cette décision de l’administration de la CAF tombe au plus mauvais moment pour le gouvernement camerounais. Le Comité exécutif de la Confédération africaine de football s’apprête à rendre son verdict sur le retrait ou non de l’organisation de la phase finale de la CAN 2019 au Cameroun. Selon des indiscrétions, l’instance que dirige le Malgache Ahmad, aurait encore l’intention de retirer la compétition au Cameroun en raison « du retard important dans la réalisation des infrastructures ». Encore une affaire de retard ? Toute une histoire avec le régime Biya!!!

Nana Paul Sabin

Opinion