Samedi le 12 Aout 2017 04:18:14 Blaise Djouokep | Mutations

Cameroun - Politique. Crise:Bicéphalisme au sein du Manidem

Des cadres du parti réhabilitent Anicet Ekanè comme coordonnateur du parti et destituent Dieudonné Yebga qui soutient être le président.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


Dieudonné Yebga n’est plus président du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem). Il est remplacé par Anicet Ekanè qui coordonne désormais le parti. L’information a été donnée par des cadres du parti au cours de la conférence de presse donnée , mercredi 09 juillet 2017 au siège dudit parti. La rencontre avec les hommes de médias était « une réponse à l’attaque de quelques membres du Manidem depuis quelques semaines », a tenu à préciser Charles Nforgang après les propos liminaires de Bédimo Kouo, signataire du communiqué informant de la conférence de presse.

A en croire Denis Nkwébo, l’incapacité du président à diriger le parti a été constaté au cours du 3ème congrès du parti tenu les 22, 23 et 24 mai 2015. « Depuis le dernier congrès tenu en mai 2015, le Manidem fonctionne sans des statuts formellement adoptés par le congrès. Yebga et Dikoumè se sont arrangé à bloquer le travail », soutient Bédimo Kouo.

Ainsi, afin de permettre le fonctionnement du parti, une assemblée extraordinaire des cadres du parti a suspendu, le 1er juillet 2017, l’ensemble des structures du parti jusqu’au congrès et a mis sur pied un Comité de réorganisation (Cr). A en croire Bédimo Kouo, « Dieudonné Yebga n’est plus président du Manidem depuis le 1er juillet 2017 ». Conséquence la décision prise au cours de la session ordinaire du Cnc du le 29 juillet 2017 à Mbankomo excluant quatre cadres du parti (Anicet Ekanè, Bédimo Kouo, Jean Baptiste Ketchateng, Charles Ngah Nforgang) est sans objet, clame t-on ici.

« Les instances du parti ont été dissoutes. Les cadres du parti donne également mandat à Anicet Ekanè de coordonner le parti jusqu’au prochain congrès avec impossibilité de se voir confier ou de postuler au poste de président du parti.
Or, pour Dieudonné Yebga, la conférence de presse est nulle et de nul effet. « Nos textes sont conformes à la loi de 1990 sur les partis politiques. Le congrès met en place le Cnc qui désigne le Bureau politique et le secrétariat. Le congrès et le Cnc peuvent exclure ou suspendre un membre », explique t-il.

Dieudonné Yebga soutient également que ceux qi ont parlé au nom du Manidem font partir de la dissidence. « C’est une dissidence. Ils sont en train de créer leur parti qu’ils ont appelé Comité de réorganisation. Ce n’est pas le Manidem qui a parlé pendant cette conférence de presse », tranche Dieudonné Yebga.