Coupe du monde : Jour de non match !

Russie 2018. Coupe du monde : Jour de non match !

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Voici venu le temps du « meublement » d’antenne. Avec le début des phases éliminatoires, si les affiches des rencontres gagnent en qualité, les chaînes de télévision doivent composer avec moins de matchs à proposer et surtout plus de journées sans rencontre disputée indique CT.


Tout en ayant autant de temps d’antenne à gérer, notamment pour les « émissions spéciales » et les éditions de journaux qui doivent respecter le rendez-vous de « page mondial ». Heureusement dans l’art de la broderie, les télévisions savent y faire.

Notamment les chaînes françaises, qui sont – Canal Sat et abonnements par câble oblige- celles sur lesquelles les téléspectateurs camerounais suivent le plus le Mondial russe et ses à-côtés.

Evidemment, l’équipe de France étant toujours en lice, il y a de quoi faire avec les longues, longues plages de reportages « inside » sur la préparation, les conférences de presse, l’ambiance, les épouses, les repas, les jeux, les supporters et tous les autres mille et un aspects qui entourent la campagne des « Bleus ».

Mais y a aussi les traditionnels « bilans et perspectives », où l’armada des consultants journalo-sportifs re-décryptent à l’envie les matchs passés, les grandes tendances (l’hégémonie de l’Europe sur le monde du foot avec ce dernier carré) et évidemment donnent les clés des affiches à venir.

Et puis il y’a tout le reste ! Découvrez quelques spécialités des principaux restaurants des pays encore en lice implantés en Russie, le clin d’œil africain sur le retour au pays des joueurs sénégalais après leur participation « courageuse », incursion dans les familles de quelques révélations du Mondial à l’instar du gardien des « Three lions » d’Angleterre, etc.

Autant dire, pas de souci ! Même avec une semaine entière sans match, la matière ne manquera pas pour « meubler » et satisfaire les faramineux écrans publicitaires adossés à tous ces programmes spéciaux.

Eric ELOUGA
 

Opinion