Lundi le 06 Novembre 2017 16:36:21 Yannick ZANGA | Cameroon-tribune Sport

Afrique. Comités olympiques d’Afrique: le président Lassana Palenfo suspendu

L’Ivoirien a été mis à l’écart vendredi dernier en attendant la décision du TAS dans l’affaire Kalkaba Malboum.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |



Le processus électoral à la tête de l’Association des comités nationaux olympiques africains (ACNOA) joue les prolongations. Jusqu’alors président de l’institution sportive panafricaine, Lassana Palenfo a été suspendu de ses fonctions à l’issue de l’assemblée générale extraordinaire de vendredi dernier à Prague (République tchèque). Pour l’heure, la présidence a été provisoirement confiée à l’Algérien Mustafa Berraf, premier vice-président de L’ACNOA. Les 56 pays membres restent attentifs au verdict du Tribunal arbitral du sport. La juridiction sportive indépendante avait été saisie par le colonel Hamad Kalkaba Malboum suite à la disqualification de sa candidature. Dans la capitale tchèque, les comités olympiques continentaux ont décidé d’un retour aux urnes dans le cas d’une décision favorable au candidat camerounais. Dans le cas échéant, Lassana Palenfo retrouvera ses fonctions pour les quatre prochaines années.

En rappel, le bureau exécutif de l’Acnoa conduit par Lassana Palenfo, candidat à sa propre succession, avait invalidé la candidature du colonel Hamad Kalkaba Malboum à la présidence dudit organisme. Il était reproché au président du Comité national olympique et sportif camerounais (Cnosc) d’avoir bénéficié du soutien financier du gouvernement camerounais dans sa campagne électorale. Des accusations portées à l’encontre du candidat camerounais qui avaient été transmises par l’Acnoa à la commission d’éthique du Comité international olympique. Cette dernière s’est déclarée incompétente pour statuer des litiges relevant de l’organisation interne des associations à caractère continentales. Une réponse de l’instance du CIO qui sera notifiée au bureau exécutif de l’Acnoa durant la session de Djibouti et qui sera ultérieurement transmise aux différents comités nationaux olympiques. Un défaut de fair play et de transparence pointés du doigt par Aicha Garad Ali, la présidente du comité olympique djiboutien et une trentaine d’autres comités olympiques africains, toutes désireuses d’avoir des clarifications sur les évènements qui ont sanctionné la 17e assemblée générale élective du 10 mai dernier à Djibouti.