Crise Anglophone. Certains anglophones camerounais sont contraints et forcés de financer la guerre de sécession

cameroun24.net Le 18 juillet 542 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Plusieurs ressortissants des régions anglophones camerounaises du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ont confié à APA qu’ils vivaient sous la pression permanente des milices sécessionnistes armées qui leur exigent des transferts d’argent en vue de soutenir la guerre engagée contre le pouvoir central.


Disposant d’un vaste répertoire, ils joignent leurs victimes par téléphone, lui indiquent le montant à expédier par voie électronique avec injonction de garder le secret de la transaction, sous peine de représailles.

«Personne n’échappe à leur chantage, et ceux qui ne s’exécutent pas dans les délais fixés doivent s’attendre à voir leurs maisons incendiées dans leur fief, ou des membres de leur famille pris en otage avec demande de rançon, allant parfois jusqu’à exécuter les captifs», raconte Fidelis N., vendeur de pneus d’occasion à Mvog-Ada, un quartier de la capitale, Yaoundé indique encore APA.

Et d’ajouter que «même les dignitaires du pouvoir sont astreints, dans le plus grand secret, au financement de la lutte armée que mènent les milices de la république autoproclamée d’Ambazonie».

Comme lui, ils sont nombreux, les natifs des zones sous conflit ayant dû se résoudre à mettre leur famille à l’abri, hors du Cameroun. Une précaution loin de les épargner des incessantes demandes d’envoi de fonds.

Président du Front social démocratique (Sdf), le premier parti de l’opposition, Ni John Fru Ndi a confirmé, en fin juin dernier, ce chantage auquel sont soumis les élites et anonymes : «Ils m'ont kidnappé deux fois. Ils ont kidnappé deux fois mon frère, une fois ma sœur. Ils ont brûlé ma voiture, mis le feu à l'une de mes parcelles. Ils font tout ça parce qu'ils m'accusent de ne pas les soutenir, et ils veulent aussi que je retire mes députés du Parlement camerounais.»

«La cause anglophone a été détournée par des bandits. Ils me demandent de financer les combats, je ne verserai pas un centime», martèle-t-il.

En dehors de cet effort de guerre exigé sous la contrainte, les sécessionnistes, selon des sources introduites, jouissent aussi du soutien financier actif de la diaspora anglophone installée en Europe et aux États-Unis.

Félix Cyriaque Ebolé Bola

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Crise Anglophone

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Le Port Autonome de Douala débouté par la Cour suprême

    La Chambre Administrative de la Cour suprême a donné gain de cause à Bolloré en rejetant le pourvoi en cassation du PAD a appris cameroun24.

  • Plusieurs ministres camerounais interdits de sortir du territoire national

    L'information est rendue publique par le journaliste d'investigation David Eboutou.

  • Le corps sans vie d'une princesse mariée trouvé dans une auberge à l'Ouest

    Le cadavre sans vie de la fille du Chef Bagnoun, une localité située dans le département du Nde, Région de l'Ouest a été retrouvé lundi dernier à l'hôtel Mbatchou à Bazou toujours dans la région de l'Ouest,...

  • Un journaliste de la télévision canal 2 international violemment agressé

    Julio Tresor Tanon en service dans cette télévision privée camerounaise fait le récit de l'agression dont il a été victime.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé