Candidature à la présidentielle: Place à la constitution des dossiers

Présidentielle 2018. Candidature à la présidentielle: Place à la constitution des dossiers

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Les potentiels candidats n’ont plus que huit jours pour déposer ces documents à Elections Cameroon lit-on dans les colonnes de CT.


La convocation du corps électoral en vue de la présidentielle du 7 octobre 2018 laisse désormais la place aux choses sérieuses pour ceux qui aspirent à la magistrature suprême au Cameroun. L’heure n’est plus aux intentions, aux joutes sur les réseaux sociaux et dans les partis pour le choix du plénipotentiaire devant défendre les couleurs du parti à cette élection majeure.

A l’heure qu’il est, tous ceux, hommes et femmes confondus, qui envisagent de briguer les suffrages des Camerounais en octobre prochain ne doivent plus avoir qu’une seule idée en tête : boucler leur dossier de candidature et le déposer au plus tard le 19 juillet 2018 à la direction générale des Elections à Yaoundé ou dans l’un des démembrements régionaux de l’organisme chargé de l’organisation, de la gestion et de la supervision de l’ensemble du processus électoral et référendaire.

Une constitution de dossier qui ne va pas de soi puisque l’obtention des différentes pièces qui le constituent est parfois apparue comme source d’incompréhension pour certains candidats, lors des dernières élections de ce type ou pour les autres scrutins organisés dans notre pays.

S’agissant notamment de la déclaration de candidature revêtue de la signature légalisée, seules les structures de la Sûreté nationale (commissariats de sécurité publique et autres) sont habilitées à procéder à cette opération.

Autre pièce qui ne va pas sans difficultés, l’extrait d’acte de naissance. « Il est différent de la copie d’acte de naissance », précise Virginie Simone Ngah, 3e adjoint au maire de Yaoundé VI : « L’extrait d’acte de naissance est délivré sur la base de la souche de l’acte de naissance, ce qui est différent de la copie d’acte de naissance que nous délivrons sur la base de la présentation, par le requérant, de son acte de naissance».

En clair, comme le bulletin n°3 du casier judiciaire, l’extrait d’acte de naissance s’obtient au lieu de naissance de celui qui en fait la demande. Il n’est pas inutile de rappeler que si l’extrait est délivré par l’autorité municipale, le bulletin n°3 du casier judiciaire, comme son nom l’indique, est de la compétence des autorités judiciaires.

S’agissant du certificat d’imposition ou de non-imposition, il est du ressort des autorités fiscales. Last but not the least, le postulant doit s’assurer qu’il a pu s’inscrire sur une liste électorale avant la convocation du corps électoral intervenu lundi 9 juillet 2018.

Au-delà d’être citoyen camerounais, il doit « justifier d’une résidence continue dans le territoire national d’au moins 12 mois consécutifs », comme le souligne en outre le Code électoral.

Jean Francis BELIBI

Opinion