Cameroun :les premiers pas du Parlement

Cameroun - Livre. Cameroun :les premiers pas du Parlement

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Aristide Aymard Teme, jeune administrateur civil vient de commettre un ouvrage à l’effet de d’immortaliser la naissance de cette institution écrit CT.


Paru en octobre 2015 aux éditions l’Harmattan (Paris), « La mise en place du Sénat au Cameroun » est un chef d’œuvre d’Aristide Aymard Teme, jeune administrateur civil diplômé de l’Ecole nationale d’administration et de la magistrature du Cameroun (Enam).

Ouvrage de 262 pages, réparties en deux grands axes, le livre évoque l’avènement du Sénat au Cameroun par sa mise en place effective le 14 mai 2013, quelques années après la modification de la Loi n° 2008/001 du 14 avril 2004 portant révision de la constitution.

Acteur de l'ombre de l'une des Grandes réalisations institutionnelles du septennat actuel, qu'est la mise en place effective de la chambre haute du parlement, l'auteur a eu l’idée d'en relater les faits saillants, pour la mémoire collective.

Deux grands moments sectionnent ainsi son livre. D’abord, l’entrée en scène du Sénat dans le concert des institutions républicaines et par la suite, la  présentation de son règlement intérieur.

Aristide Aymard Teme, à travers cet ouvrage, s’attèle à édifier le grand public sur l'organisation et le fonctionnement de la chambre haute du parlement, en présentant les jalons posés dans la loi constitutionnelle du 18 janvier 1996 consacrant le parlement bicaméral : une chambre représentant la nation toute  entière, et l’autre représentant des entités infra étatiques sans oublier la réflexion menée sur divers autres aspects tels la technique de port de l'écharpe parlementaire et la pertinence du droit de réplique lors des séances de questions orales.

Enfin, dans une approche constructive du bicamérisme, l'auteur suggère une diminution du nombre de commissions générales au Sénat, et souligne surtout l'urgente nécessité de procéder à un rallongement de la durée des sessions ordinaires du parlement, à l'effet de permettre une mise en branle optimale de la navette des textes législatifs entre l'une et l'autre chambres.

Y sont ainsi présentées, les différentes sessions parlementaires de l’année dont : la session de plein droit, ordinaire, et budgétaire. L’ouvrage est donc à lire et à avoir  pour se faire une idée de l’évolution des institutions camerounaises.

Marie Christine NGONO
 

Culture