Cameroun: la Justice va définir les modalités de rétablissement des droits des victimes de l'Escroquerie présumée de l'ONG Mida

Cameroun - Justice. Cameroun: la Justice va définir les modalités de rétablissement des droits des victimes de l'Escroquerie présumée de l'ONG Mida

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Le gouvernement, par la voix du ministre de la Communication (Mincom), Issa Tchiroma Bakary (photo), a fait le point, le 11 juin, sur l’affaire relative à l’escroquerie présumée de l’ONG « Mission d’intégration et de développement pour l’Afrique » (Mida). L’information majeure est que la Justice vient d’être saisie.



Le ministre de la Communication a saisi l’opportunité de retracer la genèse de l’affaire. « S’agissant de l’organisation dénommée Mida, elle est présentée par ses promoteurs sous plusieurs appellations usurpées, entre autres, la Commanderie d’Afrique de l’Ordre Militaire et Hospitalier de Saint Jean, Missions d’Intégration et de Développement pour l’Afrique – Ordre Apostolique de Saint Jean.», a déclaré Issa Tchiroma Bakary.

Le porte-parole du gouvernement a ajouté que, sous le prétexte d’une formation en secourisme et à l’éducation civique et citoyenne, les promoteurs avaient en réalité mis en place un mécanisme de collecte de fonds à hauteur de 12 500 FCFA, avec la promesse de lui rétrocéder en un temps très réduit de moins d’un mois, une somme alléchante de 65 000 FCFA rapporte IC.

Pour acquérir le statut d’adhérent, chaque postulant devait préalablement s’acquitter d’un paiement de frais divers de l’ordre de 40 000 FCFA. Mais au fil du temps, a relevé M. Tchiroma, « le montage opéré par cette organisation s’est avéré être une entreprise d’escroquerie à grande échelle dans laquelle de nombreux adhérents ayant souscrit des sommes dont les montants ne cessaient d’augmenter au fur et à mesure du cycle de réinvestissement et d’enrôlement de nouveaux souscripteurs, se sont en fin de compte retrouvés sans aucun paiement en retour de leurs mises respectives ».

Au total, au titre de la 7ème et de la 8ème vague de souscription, il est désormais recensé, non plus 12 milliards FCFA mais une somme de 18,8 milliards FCFA collectée et correspondant à 17 301 souscripteurs. 3,8 milliards FCFA ont été saisis par la police. Ce qui fixe le déficit par rapport à la somme collectée à  14,9 milliards FCFA.

À l’issue des investigations menées conjointement par la police, le renseignement extérieur et la gendarmerie, neuf suspects de l’ONG ont été interpellés, puis présentés au parquet du Tribunal de Grande Instance du Mfoundi, à Yaoundé. Cinq autres suspects sont toujours recherchés.

L’enquête administrative étant achevée, le gouvernement, selon le Mincom, a saisi la Justice afin qu’elle établisse les responsabilités des uns et des autres et qu’elle définisse les modalités de rétablissement des personnes concernées dans leurs droits respectifs.

S.A

 

Société