Samedi le 07 Octobre 2017 07:22:27 APA Société

Cameroun - Economie. Cameroun : l’encours de la dette publique représente 30,6% du PIB (officiel)

L’encours de la dette publique et à garantie publique du Cameroun, de 5464 milliards de FCFA au 30 juin 2017, représente 30,6% du produit intérieur brut (PIB), selon un rapport rendu public jeudi par la Caisse autonome d’amortissement (CAA).

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Cet encours connaît une hausse de 0,5% en glissement trimestriel et 12,5% en glissement annuel, et se compose de 93,5% de dette publique directe évaluée à 5111 milliards FCFA (28,7% du PIB), de 5,4% des avances statutaires auprès de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), d’une valeur de 281 milliards FCFA et de 1,1% de dette avalisée évaluée à 60 milliards FCFA.

 

Le service de la dette publique du Cameroun, au second trimestre 2017, est estimé à 130,4 milliards FCFA dont 49% au titre du service de la dette extérieure, qui a connu une hausse de 12,7% en glissement trimestriel et une baisse de 6,3% en glissement annuel.

 

Pendant la période étudiée, le portefeuille de la dette publique s’est composé de 78,3% de dette libellée en devises étrangères et 21,7% de dette libellée en monnaie locale, traduisant de ce fait «un risque certain de change».

 

Selon le pointage de la CAA le gouvernement camerounais a signé, au cours du 2ème trimestre 2017, 12 conventions de financement pour un montant total de 1048,6 milliards FCFA, portant ainsi le montant total des engagements extérieurs de l’Etat à environ 1382,3 milliards FCFA, hormis la Facilité élargie de crédit du Fonds monétaire international (FMI).

 

Le plafond des nouveaux engagements extérieurs du pays, pour le reste de l’année 2017, est pour sa part fixé à 200 milliards FCFA dont 100 milliards FCFA non concessionnels.

 

Le besoin de financement de l’économie pour 2017, d’un montant de 1145 milliards FCFA, sera couvert à hauteur de 585 milliards FCFA de dette extérieure et 560 milliards FCFA de dette intérieure, dont 300 milliards d’émissions des titres publics et 260 milliards d’emprunts bancaires.

 

Dans le même ordre d’idées, le plafond d’endettement extérieur, initialement fixé à 1000 milliards FCFA, a été relevé à 1700 milliards FCFA en mai à travers une ordonnance du chef de l’Etat.

 

En rapport avec les contraintes du programme conclu avec le FMI, les engagements extérieurs pour la période juillet-décembre 2017 sont toutefois plafonnés à 200 milliards FCFA, dont 100 milliards FCFA non concessionnels.

 

En termes de viabilité, la mise à jour, à fin décembre 2016 et effectuée au 30 juin 2017, a conclu que «la dette du Cameroun demeure viable avec un risque de surendettement modéré, dans la mesure où tous les indicateurs restent en dessous de leur seuil respectif dans le scénario de référence».

 

Le ratio de la valeur actualisée de la dette sur les recettes d’exportation, qui dépasserait son seuil en cas de chocs extrêmes, constitue cependant l’indicateur sensible de l’analyse de viabilité de la dette (AVD) du Cameroun.

 

Pour la CAA, des efforts restent à fournir en termes de réformes et mesures idoines afin d’améliorer les recettes d’exportation nécessaires pour assurer le service de la dette extérieure à long terme, de veiller à la qualité de l’endettement ainsi que de la dépense publique, d’améliorer la notation du pays suivant l’évaluation des politiques et institutions nationales à un niveau supérieur à 3,25, partant de son niveau actuel de 3,2.

 

Ce passage, insiste l’institution,  permettra au Cameroun d’être classé au rang des pays à résultat moyen et de bénéficier des seuils d’endettement plus élevés, nécessaires pour soutenir son vaste programme de développement tout en maintenant la viabilité de la dette avec un risque de surendettement au plus modéré.