Cameroun : des produits frauduleux saisis par la Douane

Cameroun - Economie. Cameroun : des produits frauduleux saisis par la Douane

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

La prise a eu lieu dans le cadre de l’opération FASCIL lancée le 5 juin dernier par le secteur Littoral 2 rapporte le quotidien gouvernemental.


Près de 3 tonnes de cartons et de bidons d’huile végétale raffinée, une tonne de pâtes alimentaires et environ 100kg de sucre en poudre dissimulés dans un conteneur de brocante.

294 cartons et palettes de boissons alcoolisées et non alcoolisées, de couches jetables, cachés dans un véhicule de transport en commun. Des centaines de pneus, plus de cent bouteilles de vin rouge et mousseux, etc.

Les diverses saisies de ces marchandises de contrebande à Douala sont les premiers résultats de l’opération FASCIL (Fight Against Smuggling, Counterfeiting and Illegal Trade), lancée le 5 juin 2018 par le secteur des Douanes du Littoral II.

Une initiative spéciale mise sur pied dans le cadre des missions habituelles de surveillance de la Douane, afin de remobiliser les troupes, garder les agents en éveil, après la suspension momentanée de l’opération nationale HALCOMI (Halte au commerce illicite).

Le but de la mission FASCIL, qui va durer trois mois, est donc d’appuyer les unités opérationnelles afin de quadriller toute la circonscription d’exercice du groupement actif du Littoral 2 (ensemble des agents de douane en tenue du secteur Littoral 2), densifier l’application des mesures de lutte contre la contrebande et la contrefaçon, renforcer les dispositifs de surveillance et de lutte contre la fraude des unités.

Les marchandises ont été saisies entre autres lors de contrôles de conteneurs à Bonabéri et à Akwa-Nord. Lors de leur quadrillage de la cité économique, les éléments du chef de secteur Littoral 2, Sophrey Hamilton Fru, ont également mis la main sur un châssis et des carrosseries découpés d’un véhicule Toyota pick-up, ainsi que sur une Toyota Corolla censée être en transit pour la RCA, mais qui circulait en ville avec des documents périmés.

A la suite des saisies, la prochaine étape est constituée des procès-verbaux qui sont dressés, signés par le déclarant et le propriétaire. Les amendes sont fixées après l’évaluation des droits compromis.

Et pour le cas des produits alimentaires, des vérifications par les administrations compétentes vont être effectuées pour déterminer qu’ils sont propres à la consommation. Si ce n’est pas le cas, destination destruction !

L’autre évaluation, c’est celle de l’opération dans sa globalité. Ainsi, à la fin de chaque semaine, les équipes apprécient le travail sur le terrain afin de voir s’il y a des ajustements à faire pour atteindre les objectifs d’efficacité.

Rita DIBA

Société