Cameroun: Paul Biya convie ses compatriotes à la construction nationale dans la paix

Présidentielle 2018. Cameroun: Paul Biya convie ses compatriotes à la construction nationale dans la paix

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Le chef de l’État réélu du Cameroun, Paul Biya, a demandé mardi au peuple camerounais, dont il dit connaître « le patriotisme », de l’«aider à continuer dans la paix l’œuvre de construction nationale» qu’il mène.


«En étant uni, notre pays, fier de ses avancées démocratiques, économiques et sociales, s’engagera avec confiance dans le progrès et la modernité», a-t-il déclaré, en prêtant serment devant le Parlement pour un septième mandat de sept ans à la tête du Cameroun qu’il dirige depuis novembre 1982 relate APA.

À ses jeunes compatriotes, il a demandé de ne pas perdre espoir, car ayant compris leur aspiration profonde à des changements leur ouvrant les portes de l’avenir et permettant leur plein épanouissement.

Ayant tout aussi compris leur désir de mieux participer à la prise des décisions qui engagent l’avenir du Cameroun, Paul Biya a promis d’en tenir compte en ayant à l’esprit que le Cameroun de demain se fera avec eux.

Abordant la crise anglophone, teintée de menaces sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le président de la République a dit comprendre les frustrations et les insatisfactions qui se sont manifestées ces derniers temps, un bon nombre de réponses à ces préoccupations et à ces aspirations devant être apporté, dans le cadre de l’accélération du processus de décentralisation en cours.

Dans les meilleurs délais possibles, a-t-il promis, des mesures seront prises pour élargir le champ de compétences des collectivités territoriales afin de leur donner les moyens d’une plus grande autonomie.

Convaincu que l’écrasante majorité de ses compatriotes des deux régions concernées aspirent à retrouver rapidement la paix au sein de la communauté nationale, il a fustigé les «entrepreneurs de guerre», qui mettent à mal l’unité nationale et prônent la sécession. Ces derniers, a-t-il souligné, se heurteront non seulement à la rigueur de la loi, mais aussi à la détermination des forces de défense et de sécurité.

«Je leur lance un appel à déposer les armes et à retrouver le droit chemin. J’en appelle tout particulièrement aux jeunes qui se sont laissés entraîner dans une aventure sans lendemain.»

Pour le nouveau septennat, Paul Biya a également promis la poursuite des réformes structurelles afin de renforcer l’équilibre budgétaire et de conforter la soutenabilité de la dette.

Il s’agira ainsi de développer les secteurs de l’économie susceptibles de réduire sensiblement les importations de biens et services, de réaliser une véritable «révolution agricole» en modernisant les moyens de production et en transformant davantage les produits agricoles.

Annonçant la mise en pratique du Plan directeur d’industrialisation, M. Biya a aussi évoqué l’exploitation de tous les sites et cours d’eau disponibles, afin de faire du Cameroun un grand producteur d’électricité, le développement des infrastructures de transport, la relance de la croissance économique, créatrice d’emplois, notamment pour les jeunes et susceptible d’améliorer le pouvoir d’achat.

Plus spécifiquement, Paul Biya s’est engagé à promouvoir le rôle des femmes dans la société, à faciliter l’intégration sociale des jeunes en développant encore davantage le système éducatif, à tous les niveaux, et en mettant l’accent sur la professionnalisation, à lutter contre l’exclusion, notamment par une meilleure protection des personnes vivant avec un handicap.

Il s’agira également, pendant les 7 années à venir, d’améliorer l’accès aux services publics de l’eau potable et de l’électricité, de renforcer le système de santé, de mettre en valeur une politique d’habitat social digne de ce nom, de valoriser le patrimoine culturel et d’apporter au secteur sportif le soutien qu’il mérite, pour que les efforts consentis pour accueillir la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019 reçoivent leur juste récompense.

«En étant uni, notre pays, fier de ses avancées démocratiques, économiques et sociales, s’engagera avec confiance dans le progrès et la modernité. C’est pourquoi je demande, ici et maintenant, au peuple camerounais dont je connais le patriotisme, de m’aider à continuer dans la paix l’œuvre de construction nationale», a-t-il conclu.

Félix Cyriaque Ebolé Bola

Opinion