Mardi le 02 Janvier 2018 07:42:08 cameroun24.net Sport

Lions indomptables. Cameroun: Oyongo Bitolo s'exprime sur l'avenir des Lions indomptables

Le ministre Bidoung Mkpatt a reçu l’international camerounais mercredi dernier dans son cabinet rapporte CT.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |



Pour remercier le ministre des Sports et de l’Education physique Bidoung Mkpatt de son implication après la blessure dont il a été victime en juin dernier à Yaoundé, Ambroise Oyongo Bitolo s’est déplacé avec une demi-douzaine de personnes parmi lesquelles son père, Michel Oyongo Bitolo et son frère aîné Daniel Bitolo.

L’échange chaleureux s’est déroulé dans le cabinet du Minsep mercredi dernier. Bidoung Mkpatt a confié être heureux de revoir le latéral gauche des Lions indomptables et de le revoir en santé. «Il a fait montre d’un patriotisme exemplaire au Gabon», reconnaît le ministre. «Il est entré à la maison en courant.

Il nous a dit qu’il était de retour sur ses deux jambes alors qu’il était parti avec des béquilles», raconte Michel Oyongo Bitolo, tout heureux du rétablissement de son fils.

Ambroise Oyongo Bitolo avait été victime d’une rupture du tendon rotulien le 10 juin dernier à Yaoundé, à la 17e mn du match Cameroun-Maroc, comptant pour la première journée des éliminatoires de la CAN 2019. C’était la veille du départ pour la Russie via l’Espagne.

A cause de cela, le joueur n’avait pas participé à la Coupe des Confédérations.


Priscille G. Moadougou

 


« On doit oublier tout ce qu’on a perdu »

Ambroise Oyongo Bitolo, Lion indomptable.

Vous revenez de près de sept mois de blessure. Comment s’est passée votre rééducation ?

Ma rééducation s’est très bien passée. Elle a été longue. J’ai été opéré dans un grand centre hospitalier en Espagne par l’un des plus grands chirurgiens d’Europe. Il a su prendre soin de moi jusqu’à la fin. Même quand je suis rentré au Canada, il appelait toujours pour prendre de mes nouvelles. Il voulait notamment savoir comment j’allais et comment ma rééducation se passait. Ensuite, il fallait bénéficier d’un bon encadrement et être costaud dans la tête. J’ai pu l’être grâce aux appels et aux messages du peuple camerounais, qui m’a beaucoup encouragé. Je pense même que c’est tout cela qui a permis que ma rééducation s’accélère. On attendait mon retour dans 9 mois, je suis revenu bien avant.

Sur le plan professionnel, vous rebondissez à Montpellier, après l’expiration de votre contrat avec Impact de Montréal. Pourquoi avoir choisi ce club français ?

Ça a toujours été mon rêve de jouer en Europe. Et quand l’occasion s’est présentée, je l’ai saisie. Montpellier est le club qui m’a fait confiance, qui m’a sollicité. Depuis un an, ils me suivent. Je pense que c’est un club dans lequel je peux m’épanouir et donner le meilleur de moi-même. J’ai déjà rencontré les dirigeants du club. Les contacts avec eux se sont bien passés. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de visiter la ville. Et tout ce que j’ai vu, me permet de penser que je vais beaucoup m’y plaire. Après trois ans aux Etats- Unis, il était temps de donner un nouveau sens à ma carrière footballistique.

Vous avez gagné la CAN 2017 avec les Lions indomptables. Puis, il y a malheureusement eu une Coupe des Confédérations décevante et une non qualification pour la coupe du monde Russie 2018. Que pensez-vous des Lions indomptables aujourd’hui ?

Je suis Camerounais et je reste disposé à défendre les couleurs nationales. On est une jeune équipe. On va continuer à travailler. On a disputé des matches qui nous ont permis de gagner en expérience. La Coupe des Confédérations et le rendez-vous manqué de la Coupe du monde Russie 2018 relèvent désormais du passé. On doit oublier tout ce qu’on a perdu. Il faut laisser le passé et penser à l’avenir. Il y a une CAN qu’on organise à la maison, et qu’on doit gagner. Il est possible de regagner tout ce qu’on a perdu et pourquoi ne pas se qualifier pour la coupe du monde Qatar 2022.
 

Priscille G. Moadougou