Cameroun: La police saisie une importante somme d'argent en liquide dans l'affaire  d'escroquerie présumée de l'ONG Mida

Cameroun - Corruption. Cameroun: La police saisie une importante somme d'argent en liquide dans l'affaire d'escroquerie présumée de l'ONG Mida

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Il y a rebondissement dans le cadre de l’affaire d’escroquerie présumée de l’ONG « Mission d’intégration et de développement pour l’Afrique » (Mida).



Dans un communiqué publié le 24 avril par le ministre de la Communication (Mincom), Issa Tchiroma (photo) informe qu’à la suite de l’interdiction des activités de cette ONG, et de l’interpellation de ses dirigeants, une fouille de leurs locaux par une équipe mixte de la police et de la gendarmerie a permis la saisie de documents et d’une « importante somme d’argent en liquide ».

 Le Mincom indique que, « l’assistance d’une banque de la place [Yaoundé] a été requise afin de procéder au comptage de l’argent saisi ». Car, précise-t-il, cette opération rendue fastidieuse par la présence de petites coupures se poursuit actuellement dans la plus grande transparence. « Le gouvernement informera l’opinion publique du montant total de la somme ainsi recouvrée à la fin de l’opération de comptage.», affirme Issa Tchiroma Bakary.

Par ailleurs, le membre du gouvernement réaffirme la détermination de l’exécutif camerounais à veiller à ce que l’ONG Mida rétablisse dans leurs droits, toutes les victimes de cette vaste escroquerie.

Une commission de recensement et de remboursement a été mise sur pied sous l’égide du gouverneur de la Région du Centre, et travaillera de concert avec les responsables de l’organisation incriminée.

Pour rappel, la Mida est accusée d’avoir fait usage du système Ponzi. Le mécanisme consistait à collecter auprès de jeunes camerounais, la somme de 12 500 FCFA pour leur rétrocéder, en un temps très réduit de moins d’un mois, une somme de 70 000 FCFA.

Au final, « ce subterfuge a permis aux initiateurs de rassembler pour leurs propres comptes d’importantes ressources financières estimées, à ce jour, à plusieurs milliards FCFA, en violation de toutes les règles en la matière», selon le ministre de la Communication.

S.A
 

Société