Cameroun: L'aéroport international de Douala fait peau neuve suite aux plaintes des compagnies aériennes

Cameroun - Transports. Cameroun: L'aéroport international de Douala fait peau neuve suite aux plaintes des compagnies aériennes

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Près de trois mois après des plaintes des compagnies aériennes (Air France, Turkish Airlines, South African Airways, Ethiopian Airlines, Royal Air Maroc, Asky, Rwandair…), l’entreprise publique Aéroports du Cameroun (ADC) annonce qu’elle poursuit sereinement la cure de jouvence de l’aéroport international de Douala.


«Les toilettes ont été entièrement rénovées, le poste de santé aux frontières est fonctionnel et entièrement équipé. Le dispositif sécuritaire est rassurant et un système informatique satisfaisant. Les bureaux des compagnies ont fière allure.», informe ADC qui ajoute que, de même,  les jetées A et B, les salles de formalités départs et arrivées ont pris un coup de neuf. Tout comme les chaussées aéronautiques, entièrement rénovées dans le cadre de la première composante du Prad (Projet de réhabilitation de l’aéroport international de Douala), la salle d’arrivée bagages illumine par la qualité des travaux réalisés relate IC.

Pour mémoire, l’Association des compagnies aériennes de Douala a adressé une correspondance, le 5 février, à Thomas Owona Assoumou, le directeur général de « ADC ». Dans cette lettre, l’association épinglait le bâtiment « d’une saleté repoussante : peintures défraîchies, murs décrépis, toilettes infréquentables, faux plafonds sales ou manquants, travaux d’aménagement abandonnés, huisseries fatiguées, branchements électriques ou informatiques incohérents aux circuits, forêt inextricable de câbles extérieurs pendant le long des façades, climatisations absentes ou insuffisantes, matériel informatique et banques d’enregistrement sales et mal entretenus, éclairages défaillants ».

Le ministère des Transports avait alors donné un délai de deux semaines à ADC pour mener des travaux de réfections à l'aéroport de Douala. Trois mois plus tard, la cure de jouvence a commencé.

Sylvain Andzongo
 

Société