Cameroun: 32 tonnes de mil de Contrebande saisies

Cameroun - Consommation. Cameroun: 32 tonnes de mil de Contrebande saisies

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Guirvidig (Mayo-Danay) - Depuis le 7 novembre dernier, le délégué régional du Commerce de l’Extrême-Nord a publié une note de service portant contrôle des denrées alimentaires qui sortent de cette région. Et pour donner une âme à cette note, des barrières de contrôle ont été multipliées.



C’est cette disposition araignée qui a permis de mettre récemment la main sur un opérateur économique qui, manifestement s’apprêtait à écouler hors de la région de l’Extrême-Nord, un camion chargé de 320 sacs de mil de 100 kg. Ce mil collecté à Guirvidig, dans l’arrondissement de Maga, département du Mayo-Danay a été intercepté dans la localité de Gaklé à la sortie sud de Maroua écrit CT.

Le transporteur ne disposait pas de facture d’achat de cette spéculation. Selon les clarifications de Boubakary Abdoulaye, le délégué régional du Commerce de l’Extrême-Nord, le contrevenant avait par devers lui, un faux bordereau de transport.

Ces 320 sacs de mil ont fait l’objet d’une vente directe le 22 février 2018 à l’esplanade de la délégation régionale du Commerce de l’Extrême-Nord. C’était en présence de Titus Manga, l’inspecteur régional chargé des collectivités territoriales décentralisées, représentant personnel du gouverneur de la région de l’Extrême-Nord empêché.

Comme une traînée de poudre, l’information relative à cette vente s’est répandue dans la ville de Maroua et ses environs à telle enseigne qu’en moins de quatre heures d’horloge, tout ce mil était vendu aux populations au prix réglementaire de 18 000 Fcfa  le sac et non 25 000 Fcfa comme les spéculateurs le font ces derniers jours dans les marchés de Maroua.

Le fruit de cette vente directe sera versé à cet opérateur économique véreux qui finalement va se contenter du menu fretin contrairement à ses prévisions. Bien plus, il est frappé d’amendes conformément à la réglementation en vigueur. Un avertissement pour tous les commerçants frauduleux.
 
Patrice MBOSSA

Société