Dimanche le 05 Novembre 2017 14:37:18 APA Annonce

Cameroun - Tchad. Cameroun-Tchad : le projet d'interconnexion électrique prend corps

Le ministre camerounais en charge de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable, Nana Aboubakar Djalloh, a informé, vendredi par voie de communiqué, de la tenue des audiences foraines du 6 au 11 novembre prochains relatives à l’étude d’impacts environnemental et social du projet d'interconnexion des réseaux électriques entre son pays et le Tchad.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


Lesdites audiences, qui «visent à recueillir les observations du public sur ladite étude», sont prévues pour se tenir dans huit localités de l’Extrême-Nord frontalières avec le voisin tchadien.

Selon le Fonds africain de développement (FAD, Groupe Banque africaine de développement), qui se présente comme le principal financier dudit projet, la ligne d’interconnexion Cameroun-Tchad est reconnue dans le schéma d’échange d’énergie entre les pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) comme l’une des importantes infrastructures à réaliser pour les échanges d’énergie au sein dudit espace.

Ce projet, tel qu’envisagé, comprend d’une part le tronçon Ngaoundéré-Maroua (Cameroun)-N’Djamena (Tchad) d’environ 700 kilomètres, ainsi qu’une bretelle Maroua (Cameroun)-Mogrom-N’Djamena (Tchad) d’environ 250 kilomètres, pour ce qui concerne l’interconnexion proprement dite, et, d’autre part, le volet électrification rurale le long des couloirs des lignes de transport.

Il comporte également la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de Lagdo et la construction de la centrale hydroélectrique de Bini à Warak (Cameroun), la construction de ligne de transport d'énergie haute tension et des ouvrages associés.

Selon l’étude réalisée par cette institution, d’un coût hors taxes estimé à 3,060 millions d’unités de compte (UC), l’interconnexion sera financée par un don et un prêt FAD à hauteur d’un montant cumulé de 2,5 millions d’UC.

Pour leur part, le Cameroun et le Tchad fourniront 0,56 millions d’UC constituées essentiellement de la valorisation des salaires des fonctionnaires dédiés à la réalisation de l’étude, ainsi que les différents locaux et salles mis à disposition pour les réunions de suivi et validation de l’étude.

Lire aussi