Burundi : Le président Nkurunziza emprisone deux personnes après avoir été taclé au cours d’un match de foot

Insolite. Burundi : Le président Nkurunziza emprisone deux personnes après avoir été taclé au cours d’un match de foot

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Sur mandat du procureur de la République près la cour d’appel de Ngozi, Cyriaque Nkézabahizi, l’administrateur du club de football Kiremba et son adjoint, Michel Mutama qui a la charge du sport ont été arrêtés relate AT.



Les deux personnes ont été écrouées le 1er mars à la prison de Ngozi, à 130 km au nord de Bujumbura, la capitale Burundaise. Ils y séjournent encore. La justice burundaise leur reproche de « complot contre le chef de l’État » et « d’atteinte à la sûreté de l’État ».

Leur seule faute c’est d’avoir organisé un match de football au cours duquel le président Pierre Nkurunziza s’est fait malmené physiquement par les joueurs de l’équipe adverse. Or, au Burundi, il est strictement interdit aux adversaires d’approcher le président quand il est en possession du ballon sur un stade à moins de trois mètres. Aussi, Pierre Nkurunziza qui est le capitaine de l’équipe présidentielle, Alléluia Fc, a le droit de marquer un but à chaque rencontre ou du moins il doit être l’auteur d’une action décisive. Bref, le président doit marquer avant la fin du match, pour cela l’équipe adverse doit le laisser faire.

Seulement, ces consignes n’ont pas été respectées la semaine dernière au cour d’une rencontre entre l’équipe présidentielle, Alléluia Fc, et le club de Kiremba. En effet, trois réfugiés congolais faisait partie des effectifs de l’équipe De Kiremba. Ces derniers, ignorant les règles présidentielles, ont sévèrement malmené le président Nkurunziza au stade. A chaque possession de balle, le chef de l’État se retrouvait à terre. C’est au terme de cette rencontre que les deux responsables de Kerimba ont été envoyés en prison.

Comme quoi, même un simple match de football peut envoyer les africains en prison. Pierre Nkurunziza l’a démontré. Le président burundais confond jeux et crimes.

Mballa

Humour