Assemblée générale: Qui va adopter les textes de la Fecafoot ?

Crise Fecafoot. Assemblée générale: Qui va adopter les textes de la Fecafoot ?

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

La non convocation d’une vingtaine de membres à participer à l’AG extraordinaire suscite déjà la polémique écrit le quotidien gouvernemental.



Le Centre d’Excellence de la CAF à Mbankomo abrite l’assemblée générale extraordinaire de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) samedi prochain, 23 juin 2018.

L’ordre du jour porte sur la validation des statuts de cette association et de son code électoral, proposés par le Comité de normalisation. Les membres de l’assemblée générale de 2009 sont attendus à cet effet. Sauf que parmi ceux-ci, une vingtaine n’a pas reçu de convocation. Contactés, Me Charles Nguini et Alioum Aladji ont confirmé n’avoir rien reçu.

Raison évoquée par le Comité de normalisation : les membres du Comité d’Urgence et du Comité exécutif ne sont pas membres de l’AG. Sur insistance de la Fédération internationale de football association (FIFA), cette modification avait été faite en 2013, puis appliquée en 2015.

Pourtant, l’annonce du choix de l’AG de 2009 indiquait visiblement  que tout le monde était concerné, sauf les personnes déchues de leurs droits. Cette année-là, ils étaient 106 membres parmi lesquels on compte aujourd’hui une dizaine de décédés.

Il ne restera donc que les délégués des ligues régionales, les membres des commissions spécialisées et des corps de métiers, ainsi que les clubs représentants de la Ligue de football professionnel du Cameroun.  Depuis l’arrivée du Comité de normalisation, ce sont les exécutifs de 2009 qui sont en fonction dans les différentes ligues décentralisées.

A cette époque, la disposition de séparation des pouvoirs n’existait pourtant pas. En 2009, on était d’abord membre de l’assemblée générale avant d’être membre des autres instances de la Fecafoot. «De fait, tous les membres de cette AG devaient donc être convoqués », soutient l’un des non convoqués.

C’est certainement pour comprendre ce qu’il se passe que les « bannis » ont adressé une correspondance au président du Comité de normalisation, Me Dieudonné Happi. Celle-ci a été déposée lundi dernier au siège de la Fécafoot. La réponse reste attendue.

Lorsqu’il a fallu réviser les textes de la Fécafoot sous la précédente normalisation menée par le Pr Joseph Owona, tous les membres de l’AG de 2009 avaient été convoqués, sans exception. Pourtant, la disposition de séparation des pouvoirs existait déjà.  

Priscille G. MOADOUGOU ATANGANA
 

Sport