Législatives et Municipales 2020. Atanga NJI passera, la raison restera au premier chef

cameroun24.net Le 6 décembre 2019 9686 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Les Allemands aussi, avaient destitué le monarque Douala Manga Bell. Ils sont partis, sur les mots du héros d’août 1914, pendu à Bonanjo, qui leur avait dit : « vous n’aurez jamais le Cameroun ! ». Et la royauté Bell est restée !


Les Français aussi, avaient destitué le roi Njoya, emportant même à Paris, un de ses trônes, hérité du 11e roi des Bamoun. Ils ne sont pas tout à fait partis, mais ont gardé le mot du célèbre roi-génie : « vous n’aurez pas le cœur des Camerounais ». Et la royauté de Foumban est l’une des plus prestigieuses d’Afrique.

M. Atanga Nji, comme les Allemands puis les Français, use et abuse de ce droit léonin et colonial de désigner et de destituer les chefs traditionnels, comme ce qu’il vient de faire au sujet du chef Biloa Effa.
En pratiquant, bien sûr, le deux poids deux mesures, selon qu’on est pro-régime ou pro-Biya ou pro-Kamto ou pro-opposition.

Il partira, pressé comme toutes ces oranges usées par le pouvoir, après avoir accompli tant de forfaits, inutiles d’ailleurs pour l’image de son chef ; tant d’outrances inutiles d’ailleurs pour le régime, dont l’une a mis le feu aux poudres dans le Nord-ouest et le Sud-ouest.

Il partira, comme une kyrielle de Minat avant lui. Et tant de chefferies resteront. Il partira et notre pays construira enfin une culture citoyenne ! Comme chantait l’illustre Charles Lembe qui vient de nous quitter : Essele ponda ponda, laissez du temps au temps. Ou dans le même sens, une autre légende, Jean Bikoko Aladin, avec son fameux « Hikki jam li ngwé nguen ».

Je fais partie des Camerounais à qui M. Atanga Nji ne fait pas peur. Qui peuvent en face de lui, sereinement lui dire que la fonction ministérielle n’est ni un folklore ni une station de zoua-zoua que l’on allume sans conséquences. De ceux qui n’ont pas peur de sa presse à gages. De ceux qui ne craignent aucune de ses représailles, prêt à les assumer ! Et nous devons être plus nombreux à avoir cette cuirasse morale et mentale !

Notre pays a besoin de RÉCONCILIATION ! Et tous ceux qui, sans distinction de partis, d’ethnies et de condition sociale contribuent à mettre le feu doivent être interpellés, au premier chef par le président de la République.

Nous entrons dans une période délicate où il faut penser à l’après, aux solutions à nos problèmes structurels dans tous les domaines. Et tous ces comportements qui embrasent le pays sont ceux qui vont contribuer à mettre le Cameroun comme tant de pays africains sous la coupe des prédateurs occidentaux. Je m’y insurge et nous devons être nombreux à y veiller !

A. Mounde Njimbam

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Législatives et Municipales 2020

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Décès de Me SOUOP Sylvain: Le MRC tient une conférence presse

    Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le porte-parole de Maurice Kamto invite Les hommes et femmes de média à une importante conférence de presse cet après midi.

  • Cameroun: Des dérives barbares

    Le Cameroun refuserait-il la civilisation ? Cette question qui peut paraître incongrue de prime abord revêt tout son sens quand on considère la montée vertigineuse de la violence dans notre société.

  • Le Cameroun peut-il tenir les délais imposés par la CAF pour la réalisation des infrastructures de la CAN 2021?

    La Confédération africaine de football donne encore jusqu’en juin 2020 au pays des Lions Indomptables pour livrer au moins l’ensemble des stades devant abriter les matchs de la compétition.

  • Crise dans les clubs : «Nous ne pouvons pas descendre dans les stades» dixit Pierre BATAMACK

    Salaires des joueurs impayés, recettes minables le président d’Avion FC, Joseph Pierre Batamack pointe du doigt les problèmes qui occasionnent aujourd’hui la colère des dirigeants clubs.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé