Cameroun - Nanbudo. 2e Tournoi Cemac de nanbudo: le Cameroun remporte 17 médailles d’or

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

La compétition internationale s’est achevée samedi dernier à Yaoundé avec le sacre du pays organisateur.



Dans la sous-région Afrique centrale, le Cameroun continue son règne sans partage en nanbudo. A l’issue de la 2e édition du Tournoi Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), au palais polyvalent des sports de Yaoundé, le week-end dernier le pays hôte a terminé à la première place avec 19 médailles, dont 17 en or et deux en argent rapporte CT.

A la deuxième position, on retrouve le Tchad qui compte 12 médailles, dont une en or, six en argent et cinq en bronze. Tandis que la République centrafricaine occupe la troisième position avec sept médailles dont une en or, autant en argent et cinq en bronze.

Au cours de cette manifestation sportive qui aura duré deux jours, quatre catégories étaient en compétition aussi bien en dames qu’en messieurs : +68kg, -80kg, -90 kg et +90 kg. Tandis que les épreuves soumises à l’adresse des sportifs étaient notamment le combat individuel, le kata individuel.

Idem pour l’Open. A chaque fois, chez les dames et messieurs. Des épreuves par équipes se sont également déroulées. Chez les dames, le Cameroun a occupé la première place en combat et en kata. Idem pour les messieurs.

Parmi les athlètes qui ont tenu à défendre les couleurs de leur pays, il y a Emmanuel Nkurunziza. Le président de la Fédération burundaise de nanbudo est aussi le trésorier de la Confédération africaine de nanbudo. Le week-end dernier, il a glané quatre des 10 médailles en argent décrochées par son pays, notamment en kata individuel chez les -90 kg.

Tandis que Colette Deneram, l’athlète tchadienne, est la seule dame à avoir décroché l’or au cours du combat individuel en open. Les représentants du Congo, du Gabon et de la Guinée équatoriale étaient à Yaoundé en tant qu’observateurs.

«Notre bilan sportif est satisfaisant, puisque nous avons gagné 17 médailles en or. Sur le plan de l’organisation, nous avons aussi connu une belle réussite. L’année dernière, lors de la première édition, il n’y avait que le Tchad et le Cameroun.

Cette année, nous avons vu la présence de sept pays. Une grande mobilisation en somme avec en prime la présence du bureau directeur de la Confédération. C’est la preuve que ce que nous produisons en terme sportif est apprécié par beaucoup.

Ça nous donne la force de continuer à travailler », conclut François Mbassi, le président de la Fédération camerounaise de nanbudo et sambo.



Confédération africaine de nanbudo: le Bureau directeur chez le Minsep

 Le ministre Bidoung Mkpatt a reçu en audience samedi dernier la délégation conduite par François Mbassi.

Quelques heures après la cérémonie de clôture de la 2e édition du Tournoi Cemac de Nanbudo à Yaoundé, le ministre des Sports et de l’Education physique, Bidoung Mkpatt a reçu samedi dernier en audience les membres du Bureau directeur de la Confédération africaine de nanbudo.

Conduite par son président, François Mbassi, par ailleurs président de la Fédération camerounaise de nanbudo et sambo, la délégation est venue exprimer sa gratitude à l’endroit du Minsep pour l’appui accordé à ladite Confédération dans l’organisation du tournoi qui venait de s’achever.

«La jeunesse camerounaise est la chose la plus précieuse. Le nanbudo fait partie des sports à promouvoir. Vous êtes venus permettre qu’on concrétise tout ça», reconnaît le ministre Bidoung Mkpatt.

Chaque membre du Comité exécutif de cette Confédération a exprimé sa satisfaction pour l’implication du gouvernement camerounais dans l’implémentation de ce sport. Parmi eux, deux ont été piqués par le virus du nanbudo et l’ont amené dans leur pays respectif, notamment le Burundi et le Tchad.

Le ministre des Sports a souligné que cette manifestation sportive consacre la célébration de la fraternité dans l’Afrique centrale, dans la dynamique de l’organisation de la CAN 2019. Car, toute compétition permet au Cameroun de démontrer sa capacité à organiser une manifestation internationale.

 
Priscille G. MOADOUGOU ATANGANA
 

Sport