Lundi le 17 Juillet 2017 05:15:33 Jacques Pierre SEH | Cameroun24.net Société

Cameroun - Education. SUD,Education privée de base à l’heure du bilan dans la région du sud.

C’est à l’occasion de la session du comité privé de l’éducation de base pour le compte de l’année scolaire 2016-2017 tenue le 14 juillet dernier dans le hall du tout nouvel immeuble de la délégation régionale de l’éducation de base pour le Sud, en présence du maître de céans et des promoteurs d’établissements privés venus des quatre départements de la région.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


Pour Gilbert Belinga délégué régional de l’éducation de base, le comité régional de l’enseignement privé de base est une occasion qui permet de réunir tous les acteurs agissants dans le secteur de l’enseignement privé de base. A cet effet, il est question d’accorder les violons, et d’affiner les stratégies.

Ce qui permet de coordonner les actions afin, de donner à ce secteur très important du système éducatif, les atouts pour sa performance. D’où le thème, « éducation privée de base au sud performant, pour une éducation de base de qualité ». Ce qui engage un bilan des activités menées l’année scolaire dernière ainsi, 14 nouveaux établissements scolaires ont été créés.

Ajoutés aux établissements existants, ce qui a permis de mieux encadrer de nombreux élèves des écoles maternelles et primaires. Pour le patron de l’éducation de base au Sud, les résultats obtenus à l’issue des examens officiels sont appréciables.  Ce qui permet de dire que l’apport de l’enseignement privé de l’éducation de base est positif, constructif et très encourageant.

Ce qui ne doit pas permettre à oublier les nombreux problèmes qui minent  ce sous-secteur. Il s’agit du fonctionnement clandestin de nombreuses structures de l’enseignement privé de base, notamment des écoles non déclarées.

Certaines écoles ayant un arrêté de création, sans en aboutir à celui d’ouverture. De nombreuses structures qui fonctionnent dans les établissements d’emprunts où de location. Des enseignants qui continuent à exercer sans autorisation d’enseigner. Le non reversement à la Cnps des droits qui sont dus à cette structure.

Egalement, le non reversement aux services fiscaux, les redevances attendues à ces services, et le non reversement des quotes-parts exigibles. Selon le délégué régional, tous ces manquements observés sont mis sous le compte d’un système s’enseignement privé naissant dans la région du Sud. Ce système doit être corrigé en vue d’aller vers une maturité affirmée de ce sous-système du système éducatif.

Pour Bienvenu Chedom promoteur du groupe scolaire bilingue « Percy la réussite » de Kye-ossi, les difficultés sont légions dans l’enseignement privé. Sur le plan pédagogique, il n’y a pas toujours d’enseignants qualifiés à portée de mains, nous souhaitons également le recyclage permanent du personnel. D’où cette invite faite à la hiérarchie de l’éducation de base. Sur le plan infrastructurel, l’absence du courant électrique dans la ville de Kye-ossi oblige les promoteurs à aborder certains enseignants comme l’informatique avec beaucoup de difficultés.

Enfin, l’absence de subventions que si elles arrivaient, devraient nous permettre également d’améliorer la condition de nos enseignants.   Au terme, Gilbert Belinga a invité les uns et les autres à œuvrer avec courage et dynamisme pour s’arrimer aux normes pédagogiques, administratives, fiscales pour être des partenaires de premier choix du système éducatif Camerounais. Il faut noter que cette rencontre a donné aussi  lieu à de nombreux exposés, à des échanges formels et informels devant être l’occasion pour les uns et les autres de s’informer, de se former en vue  d’atteindre un système performant souhaité.