Cameroun - Education. Pratique du bilinguisme: des familles ont compris Politique

  • Elise ZIEMINE NGOUMOU | Cameroon-tribune |
  • Publié : Mercredi le 25 Janvier 2017 16:06:40 |
  • 16763 hits |
  • Culture |

«Take this». «Mom, what do you mean ? », demande l’enfant ne voyant rien entre les mains de sa mère. « Ce n’est pas ton anglais-là que je me débrouille à parler», rétorque la génitrice. « Maman, tu demandes quoi exactement ? », insiste l’enfant. « Tu n’as pas compris que je veux que tu m’apportes la bouteille d’huile sur la table ? », ajoute la mère. « Mom, mais ce n’est pas ce tu as dit en anglais », répond le petit, en souriant. Les éclats de rire qui s’en suivent détendent l’atmosphère dans la cuisine de la famille Atangana, au quartier Mendong à Yaoundé, en ce jour du mois de janvier.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Imprimer | Envoyer cet article à



C’est que, dans ce foyer, les parents d’expression française ont inscrit leurs enfants au Complexe scolaire Markesso, malgré leurs propres difficultés à aligner deux phrases en anglais. Précisément dans la section anglophone, où l’on ne s’exprime que dans la langue de Shakespeare. Le premier fils est en Class five (CM1). Les devoirs cassent les pieds à ces géniteurs francophones. Ils se font régulièrement reprendre par leurs enfants, mais tiennent ferme. « Je ne peux pas enlever les enfants de cette école parce que je ne comprends rien. L’anglais est la langue du futur », assure la mère. Elle n’est pas la seule. A l’école maternelle et primaire bilingue Les fleurettes sise à l’entrée Camp-Sic Nlongkak, la petite Caroline Shadey Hoth, fille de Josué Mendouga fait partie des effectifs de la section anglophone. La petite a quatre ans. Elle ne parle que le français à la maison, mais à l’école, c’est l’anglais. « Avec son père, nous avons remarqué que les enfants parfaitement bilingues s’en sortent. L’anglais étant considéré comme la langue la plus parlée dans le monde, nous avons décidé d’envoyer nos enfants dans les écoles anglophones. Nous avons beaucoup plus pensé au futur », explique Holga Mendouga.


Louis Tonyé, electricien et originaire de la région du Centre, a également inscrit ses cinq enfants dans des établissements anglophones. « J’ai un fils à Form 4 (3è) et les autres sont encore au primaire. Comme je ne connais pas grand chose en anglais, ils passent leur temps à me corriger. Je supporte parce qu’avec la nouvelle donne, les enfants doivent être bilingues », concède-t-il. Et une fois en famille, l’anglais et le français se parlent en même temps. « On ne s’arrête pas seulement au Good morning. Je leur parle souvent en français, mais ils répondent en anglais. On se débrouille comme ça. Mais quand je connais la signification d’un mot en anglais, je le prononce, même comme parfois ils éclatent de rire », révèle-t-il. C’est ainsi que va le bilinguisme, dans les familles camerounaises.

 

Réactions

 Eric Myrice Mba: “I Can Interact Anywhere In Cameroon”

Student Catholic University Yaounde.

“Originally, I attended a Francophone nursery school. When it was time for me to attend primary school, my parents, who have francophone background, decided that I should go to an Anglophone primary school. I did all my secondary and higher education in a purely Anglo-Saxon subsystem of education. Presently, I am at the Catholic University in Yaounde, which is more of French studies. But I would have loved to attend a purely Anglo-Saxon university but because there is none in Yaounde and I did not want to stay far away from my  parents, I decided to attend the Catholic University, after spending a year at the Higher Teacher’s Training College studying Biology. My parents do not speak English, but they understand when I speak.”

 

Mme Nadège Effa: « C’est une ouverture sur le monde »

Enseignante, parent d’enfants anglophones.


« C’est en 2005 à Buea, alors que j’y suis en poste avec mon époux, que nous sommes séduits par l’anglais. Mais la scolarisation de l’un de nos enfants dans le système anglophone est un concours de circonstances. En fait, nous avions confié l’enfant concerné à une nounou de la place, à sa naissance. Celle-ci ne s'exprimait qu'en anglais et forcément, les premiers mots que l’enfant a appris et sortis étaient en anglais. Nous avons alors pris l’initiative de le scolariser dans la section anglophone. Forcément, nous étions obligés de faire des efforts pour nous perfectionner dans cette langue, de manière à pouvoir suivre l’enfant et l’aider dans ses études. Il nous a rendus visibles dans la communauté par ses bonnes notes et des tableaux d’honneur ».

 

Armand Bikaï: « C’est un atout pour moi »

Maître d’hôtel, parent d’enfants anglophones.


« A l’école primaire, j’ai eu la chance d’être apprécié et encouragé par mon maître d’anglais. C’est comme cela que je me passionne pour cette langue et je me mets à la pratique sans me brider par les fautes que je commettais. Pour moi, l’essentiel était de m’exprimer et de faire passer le message. Par la suite, j’ai vu les avantages que m’offrait la maîtrise de cette langue dans le cadre de mes études supérieures, puis dans mon travail, étant au contact avec de nombreux étrangers ne parlant que l’anglais. Je me rends donc compte que la connaissance de l’anglais, en plus du français, est un atout qui donne beaucoup d’avantages ».

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Education

Cameroun - Education : Probatoire et Baccalauréat technique: 74 219 candidats à l’assaut (4845)
Cameroun - Education : Baisse des candidats aux examens officiels au Cameroun (6722)
Cameroun - Education : Entrée en 6e, Common Entrance: près de 250 000 candidats ont composé (6229)
Cameroun - Education : Cameroun: la chienlit s’installe dans les rues de Yaoundé contre les élèves (7138)
Cameroun - Education : Orthoga'ffe: la leçon en humour (10105)
Cameroun - Education : 3e trimestre: Départ en vacances en rangs dispersés (7764)
Cameroun - Education : LETTRE OUVERTE À MONSIEUR JEAN ERNEST NGALLE BIBEHE MASSENA, MINISTRE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRES (6471)
Cameroun - Education : SUD,Le génie créateur des apprenants mis en exergue à Ebolowa. (6612)
Cameroun - Education : Examens officiels : les épreuves pratiques démarrent ce jour (13640)
Cameroun - Education : Le Cameroun a besoin de 48 000 enseignants pour combler le déficit actuel (6211)
Cameroun - Education : Education: place au troisième trimestre (5640)
Cameroun - Education : SUD,L’excellence en mathématiques célébrée à Ebolowa (10936)
Cameroun - Education : Don d’ordinateurs aux étudiants: la confection du fichier des bénéficiaires en cours (11321)
Cameroun - Education : FENASSCO ‘A’ Games:Far North, Champion (4488)
Cameroun - Education : Comment on obtient la bourse pour des études au Maroc (17263)
Cameroun - Education : FENASSCO B Games: West Region Is Champion (7332)
Cameroun - Education : Fenasco A Games: Centre Conserves Leadership Position (7252)
Cameroun - Education : FENASCO league B: 38 Athletes Disqualified (6926)
Cameroun - Education : Fenassco ‘A’ Games: Centre Bounces To Top Position (6682)
Cameroun - Education : Nominations : Le Minesec coupe des têtes (8722)

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Cameroun - Réligion : Ramadan 2017: on se prépare (795)
Cameroun - Tourisme : SUD,Biodiversité : Quand les chefs traditionnels s’y intéressent. (2192)
Réligion : «Des revenus divins» pour l’Église d’Angleterre, le meilleur investisseur du Royaume-Uni (2228)
Cameroun - Jeunesse : La start-up africaine de la semaine : Noohkema, le lion des jeux vidéos (5746)
Cameroun - Sciences : Deux équipes camerounaises finalistes du concours Bots for Messenger organisé par Facebook (5008)
USA : Une star du porno US attaquée par un requin en plein tournage (5604)
Livre : Cameroun : l’incroyable histoire du médecin français qui, tel un roi, dirigea le Haut-Nyong dans les années 1940 (5030)
Cameroun - Communication : Aimée-Catherine Moukoury : une passionée à Canal 2 (5834)
Cameroun - Communication : Gare aux « fake news » (5646)
Cameroun - Politique : Communauté Bamendjou: Sa majesté Sokoudjou remercie Biya pour sa distinction (6508)
Cameroun - Education : Entrée en 6e, Common Entrance: près de 250 000 candidats ont composé (6229)
Cameroun - Communication : Messapresse, filiale du groupe français Presstalis au Cameroun, veut augmenter son capital de 40 à 490 millions de FCFA (6164)
Livre : « Les temps de la cruauté » de Gary Victor (5970)
Cameroun - Femmes : Harcèlement sexuel : Les parents interpellés (6592)
Cameroun - Musique : Z-Tra: la Go qui peut... (7539)
Cameroun - Musique : Sanzy Viany: la voix envoûtante (7067)
Cameroun - Réligion : Massi Gams pour une décolonisation de l’Evangile (7488)
Cameroun - Education : Orthoga'ffe: la leçon en humour (10105)
Cameroun - Culture : Etoile montante : entre peau et pinceau (10084)
CEEAC : La Ceeac ressuscite le Centre international des civilisations Bantus (9333)