CEMAC. Plus 80% des injections de liquidités de la Beac captés illégalement par trois banques

cameroun24.net Le 10 octobre 12192 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Le Fonds monétaire international (FMI) révèle, dans un récent rapport consacré à l’économie de la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabo, Guinée Équatoriale et Tchad) qu’« environ 80% du total des injections de liquidités de la Beac est destiné à trois banques d’importance systémique ».


Le problème c’est que ces établissements qui sont certes « en proie à des difficultés de liquidité », « disposent de garanties suffisantes pour accéder aux opérations monétaires normales ». Or, selon le gouverneur de la Beac, Abbas Mahamat Tolly, l’apport de liquidité de la Banque centrale, vise des banques qui, « en plus des problèmes ponctuels de liquidité », « n’auraient pas des collatéraux de bonne qualité pour venir au marché monétaire se faire financer ».

L’institution de Bretton Woods ne dévoile pas l’identité des trois banques qui capte illégalement les injections de liquidités de la Beac. Mais la liste des établissements de crédit d’importances systémiques dans la zone Cemac, publiée par la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), permet de circonscrire le périmètre de recherche. Selon cette source, les 10 banques d’importances systémiques de la sous-région sont : Afriland First Bank, BGFIBank Gabon, BGFIBank Congo, Bicec, CCEI Bank Guinée Équatoriale, Commercial Bank Tchad, Ecobank Cameroun, Société commerciale de Banque Cameroun, Société Générale de Banques au Cameroun et Standard Chartered Bank Cameroun rapporte IC.

Réformes

Pour résoudre le problème, informe l’institution de Bretton Woods, la Banque centrale devrait, depuis fin juillet 2019, élaborer une nouvelle réglementation pour surveiller et aider les banques de la sous-région qui se heurtent à des problèmes de liquidité.

Cette nouvelle réglementation devrait établir des critères spécifiques pour déterminer si une banque rencontre des problèmes de liquidité (comme la dépendance vis-à-vis des liquidités de la Beac ou des manquements répétés aux exigences réglementaires en matière de liquidité) et exiger de ces établissements la présentation d’une stratégie crédible de financement qui permettrait de réduire, pendant une période raisonnable, leurs besoins en liquidité auprès de la Beac. La mise en œuvre de cette stratégie de financement devrait être contrôlée par la Cobac et les banques devraient faire l’objet de sanctions en cas de manquement.

Par ailleurs, ajoute le FMI, « la Cobac, qui surveille la liquidité bancaire au sein de la Cemac, prévoit de réviser le ratio de liquidité prudentielle pour le rapprocher des normes internationales d’ici à la fin 2019 ».

Conséquences

Dans ce contexte, constate le FMI, les injections totales de liquidités de la Beac n’ont diminué que d’environ 100 milliards de FCFA entre juin 2018 et mai 2019. Cette diminution n’a pas suivi le rythme de l’accumulation de liquidités excédentaires qui a atteint environ 1 500 milliards de FCFA au premier trimestre 2019.

Néanmoins, la réduction des injections de liquidités a entraîné une hausse du taux moyen pondéré des adjudications de liquidités (de 3,52 à 5,85%) et une augmentation du recours à la facilité de prêt marginal à un taux d’intérêt de 6%.

Sylvain Andzongo et Aboudi Ottou
 

Regardez

SUR LE MEME SUJET : CEMAC

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • La BEAC s’engage à examiner les préoccupations du secteur pétrolier dans la règlementation des changes

    Au moment où les entreprises pétrolières opérant en zone CEMAC souhaitent être exemptées des dispositions de la nouvelle réglementation sur leur activité, la Banque des Etats de l’Afrique centrale se dit...

  • Nathalie KOAH répond à Samuel ETO'O

    C'est par le biais d'une citation de Jean-Paul Sartre qu'elle s'est exprimée sur sa page Facebook.

  • Le PCRN et l'UDC vont faire front commun à Wouri 1er

    L'annonce a été faite ce jour par Cabral LIBII, le président du PCRN sur sa page officielle.

  • La France accuse Salif Keïta de diffamation

    Les propos du musicien malien, qui invite le président Ibrahim Boubacar Keïta, à ne plus obéir au "petit Macron", ont un "caractère infondé, diffamatoire et outrancier", selon l'ambassade de France au Mali...

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé