Vendredi le 21 Avril 2017 08:14:20 Investir au Cameroun Société

Crise Anglophone. Paul Biya ordonne le rétablissement d’Internet dans les régions anglophones

Le retour d’Internet est annoncé dans les 2 régions anglophones du Cameroun qui sont privées de connexion depuis le 17 janvier 2017.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

 Dans un communiqué rendu public ce 20 avril, le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, annonce que le président de la République, Paul Biya (photo), « a instruit » le rétablissement de l’Internet dans le Sud-Ouest et le Nord-Ouest.

L’instruction présidentielle a été donnée à la ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, qui doit demander aux opérateurs de rétablir les connexions. Ces derniers avaient coupé l’Internet sur ordre du gouvernement. Dans son communiqué, le ministre de la Communication explique que le gouvernement se devait de prendre cette décision au moment où les 2 régions anglophones étaient secouées par la crise sociopolitique déclenchée en novembre 2016.

Le ministre de la Communication écrit : « Des activités criminelles qui tombent sous le coup de la loi ont été pour beaucoup perpétrées via les réseaux sociaux. Ces technologies de l’information et de la communication, outils essentiels du progrès économique et social, ont malheureusement été dévoyées par les ennemis de la République. En pareilles circonstances, les pouvoirs publics avaient le devoir impérieux de rétablir l’ordre, d’assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens et de garantir le fonctionnement des services administratifs».

Plus loin, Issa Tchiroma Bakary reconnaît que : « les conditions ayant présidé à la suspension provisoire d’Internet dans cette partie du territoire national ont fortement évolué». Toutefois, le ministre de la Communication prévient que « le gouvernement se réserve le droit de prendre les mesures appropriées pour éviter qu’Internet ne soit à nouveau utilisé pour susciter la haine et la discorde entre les Camerounais, et pour créer des troubles à l’ordre public».

Assongmo Necdem