Vendredi le 13 Janvier 2017 08:14:51 Investir au Cameroun Société

Cameroun - Agriculture. OCP Cameroun, filiale du groupe marocain OCP Africa, veut sensibiliser 5000 producteurs sur la fertilisation dans la filière maïs

Le 19 décembre prochain, l’Office chérifien des phosphates (OCP) Cameroun, filiale du groupe marocain OCP Africa, leader mondial du phosphate, va organiser dans la ville de Bafoussam, une conférence réunissant plus d’une centaine de producteurs agropastoraux, dans le cadre d’un programme de vulgarisation de bonnes pratiques agricoles pour une fertilisation raisonnée dans la filière maïs.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


Selon OCP Cameroun, le choix opportun de commencer par la filière maïs se justifie par une logique socio-économique. Car, la production nationale de maïs qui demeure encore en dessous de 2 tonnes à l'hectare ne répond toujours pas à la demande nationale, d'où l'importance d'améliorer et enrichir la qualité des sols par des engrais de qualité mais aussi par un matériel végétal adapté et performant. « L’un des défis majeurs pour le passage d’une agriculture extensive vers une agriculture intensive au Cameroun sera l’adaptabilité des intrants qui s’intègre dans une approche globale de fertilisation raisonnée en se préoccupant de l’avenir des terres agricoles et en prenant en compte les exigences nutritionnelles des plantes.», explique Jean-Bosco Onguene, directeur du département agronomique d’OCP Cameroun et directeur du programme de vulgarisation.

Ainsi, OCP Cameroun ambitionne de sensibiliser plus de 5500 petits producteurs dans le grand Ouest (Nord-Ouest, Ouest et Littoral) aux bonnes pratiques de fertilisation raisonnée pendant la prochaine campagne de maïs. La sensibilisation se fera au travers de la mise en place d’une trentaine de parcelles de démonstrations dans les deux zones agro-écologiques que compte le grand Ouest pour expérimenter des couples d’intrants : semences hybrides à haut rendement, engrais et/ou pesticides en fonction de la spécificité des sols.

Sylvain Andzongo