Cameroun - Politique. Ne me souhaitez pas Bonne Fête de l'Unité, je ne participe pas au cirque pour oublier nos Martyrs

  • Jean-Paul Pougala |
  • Publié : Samedi le 20 Mai 2017 13:30:10 |
  • 6834 hits |
  • Opinion |

Je ne suis pas un long crayon comme vous et 'est peut-être pour cela que je n'ai pas une grande intelligence pour comprendre comment un pays qui a connu une guerre avec 300.000 morts pour refuser la colonisation et imposer à l'occupant son indépendance peut-il à ce point cultiver l'amnésie collective pour être à ce point hors sujet et préférer fêter l'unité en lieu de place de l'indépendance.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Imprimer | Envoyer cet article à



Dans tous les pays du monde, la plus grande fête qui mobilise tout le pays, des forces de l'ordre à la jeunesse, c'est la fête de ce qu'on appelle communément la "libération". Les noms changent d'un pays à l'autre.

L'exemple des USA

On parle de : "Déclaration d'indépendance" du 4 juillet
Tout commence avec la "Guerre de sept ans" de 1756 à 1763 entre la France et l'Angleterre qui se termine par la défaite de la France par le Traité de Paris de 1763 où la France reconnait perdre toute colonie en Amérique du Nord, c'est à dire la perte de la Louisiane, mais aussi de la Nouvelle France à laquelle le Roi d'Angleterre va donner un nouveau nom : Province du Québec. Mais cette guerre a ruiné le vainqueur qui a besoin d'une présence militaire de 10.000 hommes dans les colonies pour être certain que sa victoire soit effective. Ce qui contribue à rendre catastrophique la situation financière de l'Angleterre qui est obligé de lever des impôts dans ses colonies d'Amérique. On a le Sugar Act en 1764 et le Stamp Act en 1765 qui dit que désormais, il faudra un timbre fiscal sur tout document, même sur les testaments. C'est la colère dans les colonies d'Amérique. En 1773, création du Tea Party qui est opposé à l'importation des produits alimentaires de luxe de l'Angleterre comme le thé. En 1775 les insurgés créent une armée dirigée par un certain George Washington (futur premier président) qui retourne sa veste et passe d'officier de l'armée coloniale britannique au chef des insurgés contre l'Angleterre.

Les treize colonies qui font partie de la rébellion imposent à l'Angleterre leur indépendance. Elles sont : le New Hampshire, le Massachusetts, le Rhode Island, le Connecticut, New York, le New Jersey, la Pennsylvanie, le Delaware, Maryland, la Virginia, la Caroline du Nord, la Caroline du Sud et la Géorgie.

Ils choisissent un comité de membres pour rédiger la déclaration d'indépendance parmi lesquels ; John Adams (futur 2ème président) Thomas Jefferson (futur troisième président). Ils vont tout simplement s'inspirer d'un livre publié par le penseur anti-royaliste britannique John Locke appelé : "Deux traité du Gouvernement Civil" que l'auteur avait écrit en exil en Hollande. Mais ce qui nous intéresse de cette déclaration d'indépendance c'est la deuxième et la troisième partie :

2ème partie : Accusation d'injustice et de tyrannie

The History of the present King of Great-Britain is a History of repeated Injuries and Usurpations, all having in direct Object the Establishment of an absolute Tyranny over these States.

Traduction : L’histoire du roi actuel de Grande-Bretagne est l’histoire d’une série d’injustices et d’usurpations répétées, qui toutes avaient pour but direct l’établissement d’une tyrannie absolue sur ces États (les treize colonies).

3ème partie : rupture avec la Grande Bretagne

WE, therefore, the Representatives of the UNITED STATES of AMERICA (…) solemnly Publish and Declare, that these United Colonies are, and of Right ought to be, FREE AND INDEPENDENT STATES; that they are absolved from all Allegiance to the British Crown, and that all political Connection between them and the State of Great Britain, is and ought to be totally dissolved.

Traduction : En conséquence, nous, les représentants des États-Unis d’Amérique (…) publions et déclarons solennellement au nom et par l’autorité du bon peuple de ces Colonies, que ces Colonies unies sont et ont le droit d’être des États libres et indépendants ; qu’elles sont dégagées de toute obéissance envers la Couronne de la Grande-Bretagne ; que tout lien politique entre elles et l’État de la Grande-Bretagne est et doit être entièrement dissouts.

Nous sommes le 14 Juillet 1776. Mais ce n'est pas ce jour là que les 13 états des USA sont indépendants. Ce jour là, ils officialisent la rupture bien évidemment refusée par la Grande Bretagne qui va déclencher une guerre qui durera 7 ans et ne se termine qu'en 1783 avec la victoire des indépendantistes avec le Traité de Versailles. La France qui pour se venger de la Grande Bretagne va financer et armer les rebelles se retrouve à la fin de la guerre elle même en catastrophe financière et le 14 juillet 1789 aura sa propre indépendance coupant la tête du roi pour devenir une République.

L'histoire de l'indépendance américaine est proche de l'indépendance du Cameroun. Relisez les mémorandums de l'Union des Populations du Cameroun (UPC) et vous retrouverez les mêmes mots de John Locke utilisés par les indépendantistes américains.

Sauf qu'il y a une différence : à l'indépendance nous avons les 3 présidents tous faisant partie de ceux qui se sont opposés à la Grande Bretagne. Au Cameroun, le premier président avait été comme le lapin que le prestidigitateur sort de son chapeau, catapulté là par la France qui n'a jamais voulu reconnaitre dans son histoire moderne que le Cameroun avait dit Non à sa mise sous tutelle. Encore moins, les 300.000 morts. C'est ce qui explique qu'elle a demandé et obtenu que la fête nationale pour honorer nos martyrs du 1er Janvier 1960 soit oubliée, enterrée pour en inventer une autre sans aucune valeur symbolique de l'émancipation de l'humain tel que décrite par Locke.

Certains objecteront au Cameroun disant que le 1er Janvier, ce n'est pas tout le Cameroun qui avait été libéré et donc fêter la libération du pays à cette date est comme diviser le pays et exclure les anglophones. Cette thèse ne tient pas debout une seconde. Et j'en veux pour preuve toujours l'indépendance américaine. Ils n'étaient que 13 états à prendre les armes contre la Grande Bretagne. Est-ce pour cela qu'il aurait mieux fallu fêter les dates auxquelles les autres Etats ont rejoint l'Union et non la date qui fait le pays comme entité souveraine dans les décisions qui regardent son présent et son avenir ?

QUELLES LEÇONS POUR LES ENFANTS DU CAMEROUN DE DEMAIN ?

Je sais que l'histoire ne s'écrit pas quand sont encore vivants les personnages et les protagonistes qui y ont participé.

Mais il faudra un jour que le Cameroun revienne à sa vraie fête de libération, à la fête de l'indépendance du 1er Janvier 1960 afin que tous les enfants de ce pays sachent que des patriotes ont sacrifié leurs vie afin que nous soyons libres de posséder nos terres et d'en faire ce que nous voulons, même de jouer aux paresseux avec.

Il faudra un jour revenir à commémorer notre indépendance afin de rappeler aux enfants de ce pays que nous n'oublions pas ceux là qui ont eu le courage et ont payé de leurs vies pour dire qu'ils ne voulaient plus qu'on nous coupe un bras parce que la production d'hévéa n'était pas suffisante pour alimenter les usines en France.

Il faudra un jour défiler à la vraie date commémorative de notre indépendance pour rappeler à nos enfants qui cherchent les raisons de croire à leur Nation et à ceux qui veulent diviser notre pays que du sang a coulé pour faire de ce territoire une Nation fière et non pas pour nous voir divisés entre Bassa et Haoussa, ou entre Anglophones et Francophones.

Nous avons été contraints à devenir chrétiens et musulmans, pour nous pousser à oublier nos morts pour honorer ceux de nos bourreaux érigés en saints et pire encore, en dieu et fils de dieu.

Plutôt que de nous appeler des Crevettes (Camaroes), je préférerais qu'on change de nom un jour pour devenir par exemple le "pays de Um". Trouvez la meilleure appellation dans la langue régionale que vous voulez. peu importe. Le sentiment patriotique d'une Nation vient aussi de ces émotions que doivent dégager la douleur des plaies du passé. Et Um Nyobe était selon moi le meilleur symbole.

Pour payer la dette de sang que chaque camerounais doit à nos martyrs, je souhaiterais qu'on impose à tous les maires du Cameroun de dédier la principale rue de leur ville à Um Nyobe. Et les rues secondaire à Moumié, à Abel Kingue, à Takala etc. C'est selon moi la voie royale à l'intégration nationale, loin de tout défilé inutile, scandant à tue-tâte: Unité, Unité ! Car ces martyrs seraient à mes yeux les plus puissants collants de l'Unité Nationale, à partir du moment où leurs batailles et leurs sacrifices ultimes seraient érigés à tous les enfants de la république en exemple du courage et de l'engagement patriotique.

Un enfant de Bamenda ou de Buea qui comprendra qu'un Bassa était main dans la main avec un Bamoun, un Sawa et un Grassfield (Bamiléké) pour défendre le Cameroun ne pourra pas céder facilement à la haine tribale ou linguistique que certains voudront utiliser comme capital politique. Parce qu'il faudra en même temps lui expliquer qu'un Buea c'est aussi un Sawa comme un Douala, qu'un Bamenda est un Grassfield (Bamileke) comme un Bafoussam.

Rendre hommage à nos martyrs c'est la plus grande communion de la Nation qu'on peut avoir. Tout le reste à mes yeux n'a pas grande importance et ressemble plus à de la diversion dont le résultat est connu d'avance : absence totale de patriotisme de la jeunesse, quelque soit l'euphorie des nombreuses victoires des Lions Indomptables. Et chez les plus âgés, corruption généralisée des moeurs de la société due à un manque criant de sentiment patriotique qu'un défilé pour l'unité nationale ne saurait faire naître.

CONCLUSION

Les USA ont de la valeur aux yeux des américains parce que les gens se sont sacrifiés pour la nation, la Russie a de la valeur parce que des Russes sont morts pour qu'ils ne soient pas une colonies allemande sous Hitler. Qu'est-ce qui donne de la valeur au Cameroun ? Le courage de ces prédécesseurs, et leur altruisme de mourir pour notre liberté qui auraient dû donner la valeur à la Nation camerounaise ont été tout simplement effacés.

C'est tout simplement l'histoire des Noirs qu'on veut effacer depuis l'esclavage arabo-musulman et remplacer par une pseudo bienfaisance des bourreaux. Combien sont les musulmans africains qui savent qu'ils le sont devons à cause de la violence inouïe allant jusqu'à la castration de leurs ancêtres ?
Cette violence millénaire arabo-musulmane a été remplacée par la violence euro-chrétienne de l'esclavage jusqu'à la colonisation. Comme pour la fête nationale de l'indépendance du Cameroun remplacée par une fête inutile dite de l'Unité, combien de pays africains commémorent-ils l'abolition de l'esclavage ? C'est bien parce qu'on ne nous a jamais signifié que l'esclavage était terminée dès lors que la colonisation avait pris son relai et le néo-colonialisme ensuite symbolisée par cet efface d'une commémoration du 1er janvier qui ne plaisait pas au bourreau. A l'indépendance américaine le 4 juillet 1776, la première partie stipule :

We hold these Truths to be self-evident, that all Men are created equal, that they are endowed by their Creator with certain unalienable Rights, that among these are Life, Liberty and the Pursuit of Happiness.

Traduction : Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur.

Problème : Tous les signataires étaient propriétaires d'esclaves noirs et selon eux, ces beaux mots ne concernaient que les blancs. Il faut attendre près de 100 ans en 1865 pour que le 13ème président Abraham Lincoln, après la guerre sanglante dite de sécession avec 600.000 morts, (qui mettait à mal l'indépendance) pour que le Noir soit déclaré libre. Et l'esclavage enfin aboli. Aujourd'hui notre liberté nous nié en nous refusant de commémorer nos morts et de célébrer notre indépendance comme point de départ d'une nouvelle prise de conscience de qui nous sommes et surtout, qui nous ne voulons plus être.

Jean-Paul Pougala

Paris le 20 Mai 2017

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Politique

Cameroun - Politique : SUD,Comment rendre attrayant une offre politique (1766)
Cameroun - Politique : La déstabilisation imminente du Cameroun marquera la fin des agresseurs imbéciles au pouvoir (6497)
Cameroun - Politique : Le jour où Paul Biya a renoncé à devenir prêtre (6792)
Cameroun - Politique : Préparation du budget 2018: les directives du chef de l’Etat (8007)
Cameroun - Politique : Partis politiques: l’effervescence (7561)
Cameroun - Politique : Paul Eric Kingue: «Nous sommes un parti républicain» (8357)
Cameroun - Politique : Les Camerounais pessimistes sur l’avenir du pays auront raison dans un an et demi (14504)
Cameroun - Politique : Le CPP exclut Ndebi Jean Roger Gérard de ses rangs (11609)
Cameroun - Politique : Y a-t-il trop de partis politiques au Cameroun ? (6207)
Cameroun - Politique : Paul Eric Kingué lance son parti politique (14164)
Cameroun - Politique : La police disperse une conférence de presse d’Amnesty à Yaoundé (17167)
Cameroun - Politique : Boycott de la fête nationale : foncièrement antipatriotique (7339)
Cameroun - Politique : A ETOUDI. La garden-party sous haute-surveillance (7224)
Cameroun - Politique : Une réception fusionnelle au palais (3661)
Cameroun - Politique : Fête de l'unité: faste et solennité (5883)
Cameroun - Politique : SUD,Fête de l’unité : la coopération transfrontalière en marche (5892)
Cameroun - Politique : Ne me souhaitez pas Bonne Fête de l'Unité, je ne participe pas au cirque pour oublier nos Martyrs (6836)
Cameroun - Politique : Le Cameroun célèbre samedi les 45 ans de l’Etat unitaire (11665)
Cameroun - Politique : Plan de circulation à Yaoundé (10785)
Cameroun - Politique : Programme officiel de la 45e édition de la fête nationale (11058)

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

CC Russie 2018 : Hugo Broos : « Nous avons encore une petite chance » (8186)
Qatar : Qatar: des conditions de sortie de crise (8060)
CC Russie 2018 : Groupe B : Quelles équations pour les Lions ? (8107)
CEMAC : Cameroun : Une perte de 600 millions f cfa moins d'un an après l'entrée en vigueur des APE (7959)
Sciences : Chirurgie de pointe: la première greffe de tête aura lieu en Chine (5438)
Syrie : La Marine russe tire des missiles Kalibr contre Daech en Syrie (6390)
Syrie : Moscou: on peut affirmer avec un «haut degré de certitude» qu’Al-Baghdadi est mort (5588)
Cameroun - Politique : La déstabilisation imminente du Cameroun marquera la fin des agresseurs imbéciles au pouvoir (6497)
CC Russie 2018 : Fabrice Ondoa: «Nous sommes une vraie équipe» (6681)
CC Russie 2018 : Le match à ne pas perdre (6649)
Cameroun - Economie : Cameroun : comment Pius Bissek a fait plier le géant Nestlé (6778)
Cameroun - Politique : Le jour où Paul Biya a renoncé à devenir prêtre (6792)
Cameroun - Football : Accusations: Eto’o répond à Bernard Tchoutang (7346)
CC Russie 2018 : Fifa : Gianni Infantino «extrêmement heureux» de l'assistance vidéo à la Coupe des Confédérations (6685)
Cameroun - Communication : Economie et Coupe des confédérations en couverture des journaux camerounais (6535)
Cameroun - Communication : Économie et gouvernance en couverture des journaux camerounais (6085)
CC Russie 2018 : Hugo Bross : ''je m'attends à un match difficile contre l'Australie '' (6037)
CEMAC : Le Maroc finalise son entrée au capital de la BDEAC pour un montant global de 4,52 milliards de FCFA (3856)
Cameroun - Santé : L’Institut européen de coopération a permis en 2 ans de dépister 16 000 nouveau-nés victimes de drépanocytose au Cameroun (3433)
Cameroun - Finance : Pour booster la DSX, la Commission des marchés financiers du Cameroun propose d’obliger les banques à se faire coter (7795)