Mercredi le 19 Avril 2017 15:19:56 Angèle BEPEDE | Cameroon-tribune Sport

Lions indomptables U15. Mondial football Montaigu: dans les couloirs du tournoi

66 nations ont participé au moins une fois à cette compétition de football clôturée lundi dernier en France

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Le beau temps, les débuts, ils s’en souviennent comme si c’était hier. Ils sont nonagénaires ou plus jeunes. Ils sont pionniers, inconditionnels, bénévoles (plus de 400). Ils ont un minimum de quarante années au service du Mondial football Montaigu. Vendredi dernier, 45 après le tout premier Mondial en 1973, Michel Allemand, aujourd’hui, sexagénaire et président de cette compétition mythique de football, a réuni des anciens sur le premier site de la compétition. Le champ de patate sur lequel se déroulait la compétition a cédé la place à une somptueuse salle de théâtre. Michel Vautrot, le « méchant Michel », pour les Camerounais, ancien arbitre international, a une brochette d’anecdotes à partager. Avec Roger Milla et Maxime Bossis (France), ils ont refait une partie de l’histoire du foot.


Le Tournoi de Montaigu, remporté par le Portugal face à la France (3-1), c’était du 11 au 17 avril. Le stade de football inauguré dans la foulée porte le nom de son fondateur, le Néerlandais André Van den Brink. Depuis la création, 3000 footballeurs y ont fait le tour. Cette année, 12 équipes ont participé, contrairement aux huit des années précédentes. La compétition compte un challenge des clubs et celui des nations. Les matchs se jouent deux mi-temps de 40 minutes, dans la catégorie des moins de 16 ans.


Guy Rineau a commencé le tournoi en 1977. L’histoire sportive, il la maîtrise par cœur. C’est lui le responsable du site Internet, la vidéothèque, voire photothèque du groupe. Sur le passage des joueurs, il est calé. Il sait tout ou presque et parle avec emphase. La salle « des partenaires », une pièce non loin du secrétariat, est une espèce de musée. Des fanions, des affiches, quelques vestiges sont préservés, le mur sert d’affichage. Sur l’une d’elle datée de 2000, le drapeau du Cameroun est bien visible. Des joueurs de l’équipe des Brasseries aussi. Difficile de coller un nom aux visages. Le complexe sportif, construit sur 2 hectares, est la propriété de la bourgade de Montaigu. Il faut bien faire vivre le tournoi. Du coup, un document de 12 pages avec la liste des 12 nations est vendu à 1 euro (655 F), l’unité. Des partenaires privés sont présents depuis 40 ans.


Le rendez-vous du week-end de Pâques est né d’un Néerlandais, vendeur de chaussures, André Van den Brink, installé dans la région. D’où il vient, le football total a bien germé. En France, il veut implanter sa graine. Et 45 ans après, elle continue de germer. La compétition est devenue incontournable.

Lire aussi