Crise Anglophone. Message des mères de la Nation aux femmes camerounaises

cameroun24.net Le 21 février 14914 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
MESSAGE DES MÈRES DE LA NATION AUX FEMMES CAMEROUNAISES*



*Femmes du Cameroun, levons-nous !*

Mères, Sœurs, Filles !

Il y a une semaine, le vendredi 14 février 2020, une fois de plus et une fois de trop, des Camerounais.es sont morts de la plus horrible des manières. En tant que femmes camerounaises, ce drame nous interpelle directement.

Nous sommes issues d'une longue histoire de femmes qui se sont toujours tenues debout lorsque les choses allaient mal dans le pays.

Nos mères d'Anlu ont combattu le colonisateur britannique, tandis que nos sœurs de l'UDEFEC (Union Démocratique des Femmes Camerounaises) : Gertrude Omog, Marthe Moumie, Marthe Ouandie et bien d'autres ont combattu le colonisateur français.

Nos mères se sont servies de Mevengu, Ko'o et Takumbeng pour redresser les torts de la société. Nous ne pouvons pas rester assises aujourd'hui et ne rien faire alors que la société s'effondre.

Nos enfants sont en train de mourir. 4 000 ou plus dans l'Extrême-Nord, 3 000 et plus dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Nos enfants ne sont pas scolarisés. 600 000 dans les régions anglophones, mais sûrement plus d'un million si nous ajoutons les régions du pays où il n'y a pas d'écoles, où il n'y a pas d'enseignants et où les parents ne peuvent tout simplement pas se permettre de payer les frais de scolarité.

En tant que femmes, nous payons le prix ultime pour les décisions d'un régime qui n'a absolument aucune considération pour nous.

- Nous enterrons les morts.

- Nous sommes battues et violées.

- Nous utilisons tous les moyens possibles et pourtant nous ne pouvons toujours pas gagner assez d'argent pour nourrir nos enfants.

- Nous élevons des enfants uniquement pour ce Régime, qui ne peut pas créer d'emplois pour eux, mais les transforment en soldats, en groupes armés, en bandits. Des gens qui tuent et qui sont tués.

CA SUFFIT !

Femmes du Cameroun, nous sommes réunies aujourd'hui pour vous demander de vous lever.

Nous ne pouvons plus nous asseoir et nous plaindre, nous asseoir et parler, nous asseoir et pleurer. Nous devons nous lever et agir.

Le 8 mars 2020 approche à grands pas. Ce 8 mars, nous devons nous présenter en tant que femmes camerounaises pour dire NON ! à la mort et à la destruction dans notre pays et pour dire OUI ! à la vie. À notre vie et à celle de nos enfants.

Nous devons dire que nous méritons la sécurité et le bien-être dans ce pays qui nous appartient.

Nous devons nous lever et faire entendre notre voix.

En tant que femmes du Cameroun, nous vous demandons de faire ce qui suit :

*1. Ne pas acheter ou porter le vêtement officiel de la Journée de la femme.* Nous serons debout en force et avec détermination. Nous serons en deuil pour les milliers de personnes qui sont mortes. Nous nous lèverons pour demander la vie. Le 8 mars, nous nous lèverons en noir pour exiger la restauration de notre nation.

*2. Ne participez à aucune des cérémonies, fêtes et défilés officiels.* Ce régime ne peut pas nous tuer et ensuite célébrer avec nous. Il ne peut pas refuser à nos enfants du travail, de la nourriture, de l'eau, de l'électricité, des soins de santé et de l'éducation, puis venir faire une parade avec nous.

*3. Réunissez-vous dans vos associations, groupes et organisations de développement.* Venez ensemble comme nous l'avons fait ici. C'est dans l'unité que nous sommes fortes. C'est dans l'unité que nous pouvons planifier et agir. C'est dans l'unité que nos voix seront entendues. Rejoignez-nous, rejoignez d'autres femmes. Réunissons-nous et faisons entendre nos voix le 8 mars 2020. Il est temps de planifier l'action

*4. Appelez-nous au 656 607 414.* Nous vous enverrons des informations. Nous visiterons votre association. Nous discuterons ensemble, nous planifierons et organiserons.

Nous sommes réunies ici aujourd'hui en tant que Mères de cette nation.

Nous sommes réunies ici aujourd'hui en tant que vos sœurs et vos filles.

Nous sommes réunies ici aujourd'hui pour vous appeler à nous rejoindre du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest, les religions chrétienne, musulmane et traditionnelle, TOUTES les femmes du Cameroun.

Nous sommes réunies ici aujourd'hui pour vous demander de vous joindre à nous.

Levons – nous !

Crions !

Agissons !

Jusqu'à ce que nous obtenions un meilleur Cameroun pour nous et nos enfants.

Femmes du Cameroun, le pays nous attend. Nous devons nous lever.

Mères de la Nation
1. Me Alice Nkom
2. Me Michele Ndoki
3. Me Charlotte Tchakounte
4. Mme Kah Walla

Douala le 21 Février 2020

Lire aussi : Bébé éventré en zone anglophone : Maurice Kamto demande une enquête
Lire aussi : Début de la reconstruction du NOSO sans accord de paix
Lire aussi : Le jeune maire de Manfé abattu par les séparatistes

 

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Crise Anglophone

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

CORONAVIRUS AU CAMEROUN
Confirmé : 4288
Décès 156
Guéri: 1678
Actif : 2454
Source MINSANTE
Mise à jour 21/05/2020 à 20:28:11

 

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Célébration de l'Unité 2020 : Discours de Maurice Kamto

    L'intégralité du discours du président du MRC parvenu à la rédaction de cameroun24.

  • Célébration de l'Unité 2020 : Discours de Paul Biya

    L'intégralité du discours du Chef de l'Etat parvenu à la rédaction de cameroun24.

  • Compte-rendu de la journée du Président élu Maurice KAMTO ce lundi 18 mai 2020.

    Compte-rendu de la journée du Président élu Maurice KAMTO ce lundi 18 mai 2020.

  • Mort des quadruplés à l’Hôpital Central de Yaoundé : Entre crime et complicité

    La Vice-présidente du MRC, Tiriane Balbine Noah s'exprime sur ce drame survenue à la maternité de l'Hôpital Central de Yaoundé.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé