Cameroun - Politique. La danse du ventre

  • Georges Alain Boyomo | Mutations |
  • Publié : Vendredi le 05 Février 2016 08:43:35 |
  • 22499 hits |
  • Opinion |

Le 15 octobre 2015 s’est tenu au palais de l’Unité l’un des rares conseils ministériels depuis le 6 novembre 1982.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Imprimer | Envoyer cet article à

A l’écoute de la communication spéciale de circonstance du président de la République, beaucoup de Camerounais se sont laissés bercer par l’idée qu’un nouveau cap est fixé dans l’action gouvernementale et que leurs conditions de vie allaient changer, tout au moins connaître un léger mieux.

Que prescrivait Paul Biya à l’équipe Yang III ? Assumer pleinement sa lourde responsabilité et donner à l’action gouvernementale davantage de force et d’efficacité. « Nous avons une vision à long terme qui doit nous conduire à l’émergence à l’horizon 2035. Nous avons une stratégie pour la croissance et l’emploi qui vise à moderniser notre pays et à améliorer les conditions de vie du peuple camerounais. Nous avons enfin un plan d’urgence pour répondre aux besoins qui ne peuvent attendre. Comme vous le voyez, le cadre est donc tracé, les objectifs fixés et connus. L’action doit se poursuivre résolument. Je le dis clairement. Nous devons faire plus. Nous devons faire mieux », martelait le chef de l’Etat.

Plus de trois mois après la tenue du dernier conseil ministériel, le citoyen lambda s’attend logiquement à un premier bilan de l’action du gouvernement, après le recadrage d’octobre 2015. Silence radio sur le sujet. Pire, le dernier conseil de cabinet du mois de janvier s’est appliqué à rallonger la liste des incantations (notamment dans le domaine de l’énergie et de l’eau) du pouvoir vis-à-vis d’un peuple déprimé, désabusé et déboussolé. De plus, les chantiers des Can 2016 et 2019 piétinent, le plan d’urgence est fantomatique. Le président Biya avait pourtant donné l’impression que ces dossiers lui tiennent particulièrement à cœur.

En revanche, l’espace public est envahi depuis l’aube de 2016 par des appels d’une certaine élite qui, dans une procession moutonnière, invite Paul Biya à se présenter à la prochaine élection présidentielle. Les artificiers les plus zélés du parti au pouvoir vont jusqu’à lui demander d’anticiper ce scrutin prévu en 2018.

Ces supplications résonnent tant et si mal que les douleurs infligées par la secte Boko Haram aux populations de la région de l’Extrême-Nord sont de plus en plus muettes. La banalisation de l’horreur s’installe. Pas de minute de silence pour les compatriotes civils et militaires tombés sur le champ d’honneur en conseil de cabinet, pas de communication gouvernementale mobilisatrice de l’ensemble des citoyens sur le drame de l’Extrême-Nord.

Interpellé sur la concomitance entre la montée en puissance de Boko Haram et la litanie d’appels à candidature,  un membre du gouvernement a même lâché sur les antennes de télévision nationale : « la vie continue ». Trois mots qui sonnent faux dans un contexte où une partie du Cameroun est en proie à la barbarie d’une horde d’illuminés. Même l’élite du grand Nord, théâtre des atrocités de la nébuleuse djihadiste, aurait pu sonner le tocsin sur cette indifférence nationale, qui gagne du terrain. Mais, à Yaoundé, sous la conduite du président de l’Assemblée nationale Cavaye Yéguié Djibril, cette élite a plutôt opté pour la danse du ventre.

La bourgeoisie régnante au Cameroun est donc incorrigible et insatiable. Mais entre un mandat de plus et l’avenir d’une nation, le destinataire des « appels du peuple » doit intégrer cette maxime de James Freeman Clarke : « la différence entre le politicien et l’homme d’Etat est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération».


 

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Politique

Cameroun - Politique : La déstabilisation imminente du Cameroun marquera la fin des agresseurs imbéciles au pouvoir (843)
Cameroun - Politique : Le jour où Paul Biya a renoncé à devenir prêtre (4653)
Cameroun - Politique : Préparation du budget 2018: les directives du chef de l’Etat (5976)
Cameroun - Politique : Partis politiques: l’effervescence (7486)
Cameroun - Politique : Paul Eric Kingue: «Nous sommes un parti républicain» (8271)
Cameroun - Politique : Les Camerounais pessimistes sur l’avenir du pays auront raison dans un an et demi (14414)
Cameroun - Politique : Le CPP exclut Ndebi Jean Roger Gérard de ses rangs (11512)
Cameroun - Politique : Y a-t-il trop de partis politiques au Cameroun ? (6139)
Cameroun - Politique : Paul Eric Kingué lance son parti politique (14099)
Cameroun - Politique : La police disperse une conférence de presse d’Amnesty à Yaoundé (17097)
Cameroun - Politique : Boycott de la fête nationale : foncièrement antipatriotique (7264)
Cameroun - Politique : A ETOUDI. La garden-party sous haute-surveillance (7119)
Cameroun - Politique : Une réception fusionnelle au palais (3585)
Cameroun - Politique : Fête de l'unité: faste et solennité (5780)
Cameroun - Politique : SUD,Fête de l’unité : la coopération transfrontalière en marche (5787)
Cameroun - Politique : Ne me souhaitez pas Bonne Fête de l'Unité, je ne participe pas au cirque pour oublier nos Martyrs (6756)
Cameroun - Politique : Le Cameroun célèbre samedi les 45 ans de l’Etat unitaire (11574)
Cameroun - Politique : Plan de circulation à Yaoundé (10695)
Cameroun - Politique : Programme officiel de la 45e édition de la fête nationale (10973)
Cameroun - Politique : Qui veut et peut vraiment déstabiliser le Cameroun ? (6034)

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Syrie : La Marine russe tire des missiles Kalibr contre Daech en Syrie (131)
Syrie : Moscou: on peut affirmer avec un «haut degré de certitude» qu’Al-Baghdadi est mort (166)
Cameroun - Politique : La déstabilisation imminente du Cameroun marquera la fin des agresseurs imbéciles au pouvoir (843)
CC Russie 2018 : Fabrice Ondoa: «Nous sommes une vraie équipe» (4575)
CC Russie 2018 : Le match à ne pas perdre (4558)
Cameroun - Economie : Cameroun : comment Pius Bissek a fait plier le géant Nestlé (4672)
Cameroun - Politique : Le jour où Paul Biya a renoncé à devenir prêtre (4653)
Cameroun - Football : Accusations: Eto’o répond à Bernard Tchoutang (4962)
CC Russie 2018 : Fifa : Gianni Infantino «extrêmement heureux» de l'assistance vidéo à la Coupe des Confédérations (4600)
Cameroun - Communication : Economie et Coupe des confédérations en couverture des journaux camerounais (4527)
Cameroun - Communication : Économie et gouvernance en couverture des journaux camerounais (4074)
CC Russie 2018 : Hugo Bross : ''je m'attends à un match difficile contre l'Australie '' (4045)
CEMAC : Le Maroc finalise son entrée au capital de la BDEAC pour un montant global de 4,52 milliards de FCFA (1817)
Cameroun - Santé : L’Institut européen de coopération a permis en 2 ans de dépister 16 000 nouveau-nés victimes de drépanocytose au Cameroun (1417)
Cameroun - Finance : Pour booster la DSX, la Commission des marchés financiers du Cameroun propose d’obliger les banques à se faire coter (5792)
CEMAC : Quel crédit faut-il accorder aux rumeurs de dévaluation imminente du FCFA d’Afrique Centrale ? Analyse. (5892)
Cameroun - Politique : Préparation du budget 2018: les directives du chef de l’Etat (5976)
Cameroun - Communication : La diversité en couverture des journaux camerounais (5723)
CC Russie 2018 : Coupe des confédérations : Pierre Batamack, abandonné à l’hôtel des Lions. (6153)
CC Russie 2018 : Où sont passés les journalistes camerounais ? (6006)