Cameroun - Education. Le nouveau top management du CEPER limoge Charles Etoundi et son épouse

cameroun24.net Le 31 octobre 22841 Culture Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
L’ancien membre du gouvernement et président du conseil d’administration de cette entreprise depuis près d’une vingtaine d’années, vient d’être débarqué par les nouveaux dirigeants.

C’est à travers un communiqué publié vendredi 25 octobre 2019 dans les colonnes du journal gouvernemental Cameroon Tribune que la nouvelle a été rendue publique. Charles Etoundi, enseignant et ancien ministre de l’Education nationale, vient d’être débarqué du poste de président du conseil d’administration du Centre d’édition et de production pour l’enseignement et la recherche (CEPER).

« M. Charles Etoundi, ex-PCA et son épouse, dame Etoundi née Ebogo Christine Jeanne Marie, légalement ne sont plus habilités à agir au nom et pour le compte du CEPER SA », écrit en effet Christian Hebrard, président directeur général de cette structure dans le communiqué susmentionné. Cette décision a été prise au terme d’une assemblée générale et d’une session du conseil d’administration durant lesquels de nouveaux administrateurs ont été élus, apprend-on. Le PDG du CEPER précise que les travaux se sont déroulés en exécution de deux décisions de justice, en l’occurrence les ordonnances 1376 du 13 septembre 2018 et 1766 du 25 novembre de la même année indique encore Ecomatin.

Première entreprise introduite dans le champ de la privatisation au Cameroun, le CEPER avait été repris par un groupe de financiers constitué d’enseignants camerounais, de la Banque monétaire et financière du groupe Banques populaires, de l’Organisation internationale de la Francophonie, et d’un groupe de privés camerounais. Sa situation financière s’est dégradée au fil des années, principalement à cause de la concurrence jugée déloyale par ses dirigeants. Charles Etoundi, président du conseil d’administration depuis 2003, annonçait dans une interview accordée au quotidien Mutations le 18 mars 2010, avoir « repris les choses pour la restructuration ».

Aujourd’hui, non seulement le CEPER n’a pas repris des couleurs – les éditeurs locaux dont il fait partie se contentent actuellement de 5% des parts de marché du livre scolaire –, mais celui qui avait porté le projet du temps où il était proviseur du Lycée général Leclerc de Yaoundé dans les années 1990 n’est plus de la maison. Il faut dire que sa gestion au sein du CEPER a longtemps été décriée. On se souvient notamment de la vive crise sociale au sein de l’entreprise en fin 2017, lorsqu’il avait été accusé par les employés de s’être accaparé 600 millions de FCFA.

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Education

DANS LA MEME RUBRIQUE : Culture

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Les médias tanzaniens préfèrent recruter DJ et comédiens au lieu de vrais journalistes

    Dans un pays où les médias préfèrent recruter des DJ et comédiens, le gouvernement exige des médias de n'employer désormais que des journalistes rapporte BBC.

  • Le premier ministre met fin aux doctorats professionnels au Cameroun

    Le Premier ministre Joseph Dion Nguté a signé en date du 5 novembre 2019, une correspondance adressée à Jacques Fame Ndongo, ministre des Enseignements supérieurs.

  • La seconde jambe de l'artiste camerounaise Mama Nguea amputée

    L’artiste musicienne, malade depuis des mois, se trouve désormais dans un état critique à l’hôpital Laquintinie rapporte le quotidien privé Mutations.

  • La chanteuse camerounaise Daphné est hors de danger

    Après s'être écroulé sur scène lors d'un show aux Etats-unis, les rumeurs sur son état de santé ce sont rependus comme une trainée de poudre dans les réseaux sociaux.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé