Législatives et Municipales 2020. Cameroun: La guerre des gangs

cameroun24.net Le 6 mars 11544 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Le vaudeville offert à l'occasion de l'élection des maires à la tête des exécutifs municipaux, prouve que les Camerounais, s'ils ne prennent pas en mains le destin de leur pays, vont végéter encore de longues décennies, entre les serres de l'organisation crypto-criminelle qui tient à ce jour, les affaires du pays.



Les affrontements observés lors de ces " élections " nous montrent d'abord que le " parti au pouvoir ", loin d'être un ensemble de personnes ayant en commun une vue sur les lendemains de notre pays, est un conglomérat d'intérêts disparates, avec pour but, la captation et le contrôle des ressources au profit d'une minorité. Dans le Chicago de Al Capone, les jeux étaient concédés à tel petit truand, le contrôle des bordels à tel autre caïd, le racket à la triade d'en face...

À la moindre anicroche, survenait la plus sanglante guerre des gangs...
Ce qui se passe sous nos yeux est ensuite la preuve - la énième- , que le discours ad nauseam des gens du pouvoir de Yaoundé sur" le respect des institutions, le patriotisme et la démocratie " est un simple somnifère, un fumigène, pour endormir les Camerounais et embrouiller les autres. Le dessein de ce pouvoir, c'est la nécessité de mettre en place et de perpétuer le système qui va permettre l'exploitation, encore, l'écrasement, toujours... Aucun mensonge, n'est assez vil, aucune supercherie n'est assez grosse, aucun viol n'est assez traumatisant, tout est bon pour parvenir à leurs fins.

Enfin, et c'est la plus inquiétante des observations, c'est que, le système n'a plus une véritable tête qui le commande. Comme les métastases d'un cancer, ont surgi ici et là, de "petits chefs", souvent bêtes et méchants, qui imposent leur volonté, sur des portions de territoire, qu'il se sont taillées grâce à un décret et à l'argent de la corruption. Sans foi ni loi, ils régentent, surveillent et punissent tous ceux qui expriment la moindre différence.

Aucune tête ne dépassera une autre! Tout le monde, couché !

Dans le plus grand cynisme, on pense que la reproduction du système passera par l'accord de circonstance que ces caporegime feront entre eux, au moment crucial où le " vieux chef" ne sera plus là.

Il faut désormais un véritable sursaut d'amour pour notre pays à ses citoyens pour échapper aux lendemains que ces triades préparent pour le Cameroun.

Haman Mana

Lire aussi : Les militants du MRC libérés ce jour par le tribunal de Banganté
Lire aussi : La requête du SDF rejetée : Le RDPC remporte les 13 sièges
Lire aussi : Elections partielles au NOSO : 9,5% de participation

 

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Législatives et Municipales 2020

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

CORONAVIRUS AU CAMEROUN
Confirmé : 5904
Décès 191
Guéri: 3568
Actif : 2145
Source MINSANTE
Mise à jour 30/05/2020 à 20:28:11

 

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Appel à un code électoral consensuel, les leaders s'exprime : Cabral LIBII

    Ces derniers jours plusieurs leaders se sont exprimés sur l'adoption au Cameroun d'un code électoral consensuel pour mettre un terme aux nombreuses crises qui frappe le pays. Cameroun24 publie quelques sorties.

  • Appel à un code électoral consensuel, les leaders s'exprime : Christian Penda Ekoka

    Ces derniers jours plusieurs leaders se sont exprimés sur l'adoption au Cameroun d'un code électoral consensuel pour mettre un terme aux nombreuses crises qui frappe le pays. Cameroun24 publie quelques sorties.

  • Tribalisme: Abdelaziz Moundé Njimbam recadre Patrice Nganang

    Le journaliste et défenseur des Droits de L'Homme a publié ce jour une tribune ou il appelle le professeur à cesser de diviser les camerounais.

  • Agression d'un proche de Cabral Libii à Douala

    Ce n'est pas la première fois que le coordonnateur du PCRN dans le Littoral est victime d'agression dans ces circonstances.

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé