Cameroun - Communication. Cameroun : guerre ouverte entre le Cnc et la chaîne de télévision Afrique Media

  • Agence Ecofin |
  • Publié : Lundi le 08 Juin 2015 18:52:26 |
  • 32157 hits |
  • Culture |

(Agence Ecofin) - Pas question d’exécuter la sanction prononcée par le Conseil national de la communication (Cnc). La chaîne de télévision Afrique Média continue d’émettre, et n’est pas prête de s’arrêter. Pourtant, elle vient d’être suspendue pour un mois par l’organe de régulation. Au Cameroun, le bras de fer est ainsi ouvert entre le Cnc et Afrique Média.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Imprimer | Envoyer cet article à

 

 

 

« Afrique Media n’est pas une entreprise de droit camerounais. Nous n’avons pas du temps à perdre avec le Cnc. Nous préparons plutôt le lancement de notre chaîne d’information panafricaine », affirme Justin Tagou, le directeur de ce média privé. Il met aussitôt un terme à l’échange téléphonique. Quant au directeur de l’information de la chaîne, Albert Patrick Eya’a, il considère que cette sanction n’existe pas. « Nous n’avons été notifié de rien du tout. Nous avons appris cette nouvelle de bouche à oreille », explique le journaliste.

 

Pourtant, c’est depuis jeudi dernier, 4 juin, que le Cnc a publié sur son site web une série de sanctions contre plusieurs supports médiatiques parmi lesquels la chaîne Afrique Media suspendue pour un mois. Le régulateur a par ailleurs infligé une suspension de 6 mois à deux journalistes de ce média, ainsi qu’aux deux émissions qu’ils présentaient respectivement. Il s’agit de Mohamed Bachir Ladan, présentateur de l’émission « Le débat panafricain », et Juliane Magne Tadda, qui anime « Le mérite panafricain ».

 

Albert Patrick Eya’a ne décolère pas : « Le Cnc n’est pas sérieux. Nous nous réservons le droit de le poursuivre en justice. Il y a abus de confiance. En avril dernier, j’y ai conduit une délégation pour une séance de travail pédagogique. Au cours de l’échange, le secrétaire général du Cnc a assuré qu’il n’y avait pas de sanction à prendre. C’est d’ailleurs pourquoi nos avocats n’ont rien dit. S’il s’agissait d’une audition, nous nous serions défendus. Aujourd’hui, nous sommes condamnés sans avoir été entendus. »

 

Par ailleurs, Albert Patrick Eya’a regrette l’inélégance du régulateur. « Le Cnc nous sanctionne et ne prend même pas la peine de nous informer avant de rendre public cette décision. Il y a violation de la procédure », explique-t-il.

 

Si le Cnc accuse Afrique Media d’attaquer des pays étrangers, le directeur de l’information répond qu’aucune plainte n’a jamais été déposée contre la chaîne. Il reproche au régulateur un excès de zèle. « Notre ligne éditoriale est claire : nous faisons du journalisme d’opinion c’est-à-dire un journalisme engagé. Nous avons choisi de défendre une cause : le panafricanisme. Nous combattons l’impérialisme occidental contre l’Afrique. Tout le monde sait que c’est Nicolas Sarkozy qui a fait tuer Mouammar Kadhafi », explique-il, avant de conclure : « Le régime camerounais n’a aucun problème avec nous, pareil pour le régime tchadien et le régime équato-guinéen ».

 

Extrait des propos tenus sur Afrique Media, recensés par le Cnc

 

Au cours de l’émission « Le débat panafricain » du 1er février 2015

 

« … Monsieur Hollande et les autres servent de couverture à des organisations ésotériques qui ont des projets criminels pour l’Afrique »

 

« … C’est Paris qui sous-traite avec les Etats-Unis afin d’équiper Boko Haram en armement »

 

« … Ce qui s’est passé à l’hôtel Ivoire n’est qu’un euphémisme par rapport à ce qui se passera au Cameroun »

 

« … Le calme que les Français sont en train de voir n’est que ce qui précède une violente tempête… Cette tempête ne sera pas contre nos gouvernants, mais plutôt contre l’ambassade de France à Yaoundé et le consulat de France à Douala. Toutes les dispositions sont déjà prises au niveau de la jeunesse… »

 

Au cours de l’émission « Le mérite panafricain » en février et mars 2015

 

« …C’est la CIA qui informe Boko Haram au Nigéria »

 

« … Monsieur Sarkozy est un vandale, un brigand, un voleur, un tueur… »

 

« … Paris finance et soutient Boko Haram »

 

Assongmo Necdem

 

 

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Communication

Cameroun - Communication : Justice et aviation au menu de la presse camerounaise (5667)
Cameroun - Communication : Carte de presse: un outil pour assainir la profession (8082)
Cameroun - Communication : Cyber presse: le plagiat tisse sa toile (10303)
Cameroun - Communication : Climat morose dans les colonnes des journaux camerounais (6239)
Cameroun - Communication : Les crises au sein du patronat et de la communauté anglophone préoccupent les journaux camerounais (3764)
Cameroun - Communication : Cameroun : regain de tension entre MESSAPRESSE et les éditeurs de presse (12002)
Cameroun - Communication : Vent de polémiques en couverture des journaux camerounais (4130)
Cameroun - Communication : Journaux: Messapresse ne distribue plus certains titres (8113)
Cameroun - Communication : Le torchon brûle toujours entre les éditeurs de journaux et le distributeur Messapresse (7004)
Cameroun - Communication : Mutations: Xavier Messè s’en va (12737)
Cameroun - Communication : La grève des enseignants et le coup de gueule du sélectionneur de football en couverture des journaux camerounais (6405)
Cameroun - Communication : Les journaux camerounais en mode diversité (6798)
Cameroun - Communication : Crise anglophone et voyage présidentiel en Italie en couverture des journaux camerounais (7157)
Cameroun - Communication : Aide publique à la communication privée: 250 millions de F pour 168 demandes (17251)
Cameroun - Communication : Média et paix: des Awards envisagés au Cameroun (16577)
Cameroun - Communication : La Poste camerounaise prête à distribuer les journaux locaux (15771)
Cameroun - Communication : Distribution des journaux: le Mincom cherche des solutions durables (13649)
Cameroun - Communication : Un vent de malaise dans les colonnes des journaux camerounais (8156)
Cameroun - Communication : Cameroun : la Sopecam veut distribuer elle-même ses livres et ses journaux (10085)
Cameroun - Communication : Vent de diversité en couverture des journaux camerounais (8766)

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Cameroun - Gouvernance : Réseaux sociaux: les administrations se connectent lentement (1014)
Cameroun - Education : Examens officiels : les épreuves pratiques démarrent ce jour (1021)
Cameroun - Musique : Ayissi Le Duc: 35 ans en dansant (3439)
Cameroun - Culture : Exposition: « Le feu », cet élément si parlant (4136)
Crise Anglophone : Les journaux camerounais préoccupés par la situation de grande tension à Bamenda (5027)
Cameroun - Culture : Festival: Les trésors de la culture Massa (6971)
Cameroun - Réligion : Religion: Pâques, c’est dimanche (10448)
Cameroun - Communication : Cyber presse: le plagiat tisse sa toile (10303)
Cameroun - Réligion : Télévision: l’évangélisation gagne le petit écran (10306)
Cameroun - Musique : Were Were Liking: une autre vision de l’art (11153)
Cameroun - Cinéma : CAMIFF2017: Buea To Host Cameroon Film Festival (11194)
Cameroun - Livre : Chaos libyen: Hugues François Onana dénonce l’Occident (10809)
Cameroun - Réligion : Commission nationale du Hadj: six membres déchus (11588)
Cameroun - Réligion : Cameroun : le ticket de participation au Hadj augmente de 282.000 FCFA (11505)
Cameroun - Musique : Droits d’auteur: deux semaines pour du concret (11589)
Cameroun - Musique : Kareyce Fotso: une polyglotte au micro (11658)
Cameroun - Réligion : Hadj 2017: les modalités du pèlerinage sont connues (12029)
Cameroun - Tourisme : Le WEF classe le Cameroun parmi les pays les moins compétitifs en Afrique au plan touristique (12228)
Cameroun - Faits divers : Cameroun : Pour une histoire d’argent, le journaliste Boris Bertolt et l’éditeur Haman Mana à couteaux tirés (13202)
Cameroun - Politique : 6 avril 1984 : Les mésaventures de Niat Njifenji et Meva’a m’Eboutou (13275)