Cameroun - Nécrologie. Au Cameroun le deuil se fête !

  • Dina BUHAKE | Kongotimes |
  • Publié : Lundi le 07 Mars 2016 10:01:55 |
  • 40118 hits |
  • Culture |

Le deuil au Cameroun est un grand événement qui se fête comme on célébrerait un mariage ou tout autre événement. La tradition camerounaise veut que la personne défunte soit enterrée au village, sauf si de son vivant, elle avait décidé autrement. En retour, la famille gagne en honneur. Car l'enterrer en ville, c'est un crime de lèse majesté. Des critiques fusent, " c'est une famille pauvre ", " on l'a jeté "… Pour éviter d'être la risée des gens, la famille éplorée se voit obligée de mettre des moyens pour faire face aux différentes dépenses liées à l'organisation du deuil. Afin que les gens disent " c'est un grand deuil ", ou " tout s'est bien passé ".

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Imprimer | Envoyer cet article à


Au nombre des mœurs qui frappent l'esprit du visiteur au Cameroun, ce pays d'Afrique centrale, il y a l'organisation du deuil. S'il est vrai que la mort est un événement toujours triste, le dernier hommage à un à un être cher est une occasion de fête grandiose au pays de Paul Biya. Compte tenu de la conjoncture et en prévision des funérailles d'une grande envergure, les Camerounais souscrivent à des assurances destinées aux obsèques.

A défaut d'une assurance, ils souscrivent à des tontines ou à des réunions des familles qui préparent les obsèques. Ce qui fait que ces réunions prospèrent parce qu'il y a la solidarité pour qu'en cas de décès, la personne ait droit à des funérailles tape-à-l'œil et qu'en retour, la famille gagne en honneur.


LA MORT A ATTEINT UNE CERTAINE " IMBECILITE "

De la manière dont on célèbre le deuil, l'on est tenté de dire que le commerce de la mort a atteint une certaine " imbécilité " au Cameroun. Malade, la personne peut manquer de quoi se faire soigner. Comme c'est un événementiel, les occasions de deuil, c'est pour venir manger et boire. Ce qui fait que la famille doit faire face à des dépenses telles que la location des chaises, des tentes, des véhicules, les services de croc mort, voiture de sécurité pour le cortège ainsi que faire appel à des pleureuses, l'achat du caveau, des porteurs du cercueil. Ce n'est pas tout. Il y a aussi la confection des T-shirt, des pagnes uniformes, des fleurs confectionnées avec un message et des badges à l'effigie du défunt. La moyenne de jours requis pour enterrer quelqu'un est de 2 semaines. Selon les possibilités de la famille, on peut faire le deuil durant un ou deux mois, voire plus. Pendant tout ce temps, des séances de prière et recueillement sont organisés au domicile du défunt. Après l'inhumation c'est un repas copieux qui est servi. Tout cela à charge de la famille éplorée, si bien que si elle n'a pas de moyens, elle se retrouve criblée de dettes parce qu'il y a même des banques qui s'en sont mêlées.


DES FEMMES DITES PLEUREUSES

La famille peut faire appel à une équipe des pleureuses, c'est-à-dire, des femmes qui n'ont aucun lien avec la famille. Après avoir ingurgité la bière, elles sont là, à jeter des cris, à pleurer sous toutes les formes africaines, de regretter le défunt ou la défunte par pleurs en sanglot, des roulades à même le sol. Cela pour prouver que le défunt ou la défunte a, de son vivant, été aimé (e). Avant de se présenter au lieu du deuil, elles s'informent sur le défunt (son nom, sa famille, son travail, etc).

L'activité a tellement prospérer que ces femmes se sont constituées en associations. Le montant varie selon le rang de la personne ou de la famille en fonctions des éléments recueillis.

Outre des pleureuses, il y a aussi des chorales qui y sont associées.

Selon les moyens financiers dont dispose la famille, on peut louer un protocole " digne de son nom " composé des jeunes gens, bien bâtis, en tenue solennelle de cérémonie chargés d'accompagner le cortège et de transporter le cercueil de la morgue aux différents lieux (église, domicile familial, village ou tombe).


ENTERREMENT

Généralement, l'inhumation se fait dans la stricte intimité familiale. Il n'y a que ceux qui choisissent d'assister parce qu'il y a des rites pour des initiés. Après l'enterrement, c'est la grande fête au cours de laquelle un repas copieux est servi. Les tentes sont dressées et réparties selon les classes sociales.
 

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Nécrologie

Cameroun - Nécrologie : Joseph Charles Doumba: la reconnaissance de la Nation (5482)
Cameroun - Nécrologie : Avis de Décès KONDE Marie Thérèse (5211)
Cameroun - Nécrologie : Vie et mort de Joseph Charles Doumba (9876)
Cameroun - Nécrologie : Cameroun : Joseph Charles DOUMBA est mort (12239)
Cameroun - Nécrologie : Avis de Décès (10742)
Cameroun - Nécrologie : Hommage à Rosette Mboutchouang (15041)
Cameroun - Nécrologie : Inoubliable Maman Rosette (12567)
Cameroun - Nécrologie : Cameroun: Funérailles de la mère de Chantal Biya : des cadres accusés d'arnaque (12825)
Cameroun - Nécrologie : Nécrologie: « L’homme de Khartoum » n’est plus (9768)
Cameroun - Nécrologie : L’hommage de Claude le Roy à Zacharie Noah (15617)
Cameroun - Nécrologie : Adieu, Zacharie Noah ! (15694)
Cameroun - Nécrologie : Cameroun : Yannick Noah enterre son père ce mercredi à Etoudi (15338)
Cameroun - Nécrologie : Yaoundé VI: Deux maires décèdent en deux ans (14734)
Cameroun - Nécrologie : Le président du Tgi de Nkongsamba est mort (11083)
Cameroun - Nécrologie : Nécrologie: Zacharie Noah s’en va (9433)
Cameroun - Nécrologie : Yaoundé : disparition du père de Yannick Noah (8622)
Cameroun - Nécrologie : Obsèques: Laurent Edoa enterré le week-end prochain (11962)
Cameroun - Nécrologie : Pierre Minlo Medjo: ultimes hommages de la police (17075)
Cameroun - Nécrologie : William Eteki Mboumoua: le dernier voyage (12089)
Cameroun - Nécrologie : Arthur Si Bita: fin du scénario (18233)

DANS LA MEME RUBRIQUE : Culture

Cameroun - Gouvernance : Réseaux sociaux: les administrations se connectent lentement (1008)
Cameroun - Education : Examens officiels : les épreuves pratiques démarrent ce jour (1018)
Cameroun - Musique : Ayissi Le Duc: 35 ans en dansant (3439)
Cameroun - Culture : Exposition: « Le feu », cet élément si parlant (4136)
Crise Anglophone : Les journaux camerounais préoccupés par la situation de grande tension à Bamenda (5027)
Cameroun - Culture : Festival: Les trésors de la culture Massa (6971)
Cameroun - Réligion : Religion: Pâques, c’est dimanche (10448)
Cameroun - Communication : Cyber presse: le plagiat tisse sa toile (10302)
Cameroun - Réligion : Télévision: l’évangélisation gagne le petit écran (10306)
Cameroun - Musique : Were Were Liking: une autre vision de l’art (11153)
Cameroun - Cinéma : CAMIFF2017: Buea To Host Cameroon Film Festival (11194)
Cameroun - Livre : Chaos libyen: Hugues François Onana dénonce l’Occident (10809)
Cameroun - Réligion : Commission nationale du Hadj: six membres déchus (11588)
Cameroun - Réligion : Cameroun : le ticket de participation au Hadj augmente de 282.000 FCFA (11505)
Cameroun - Musique : Droits d’auteur: deux semaines pour du concret (11589)
Cameroun - Musique : Kareyce Fotso: une polyglotte au micro (11658)
Cameroun - Réligion : Hadj 2017: les modalités du pèlerinage sont connues (12029)
Cameroun - Tourisme : Le WEF classe le Cameroun parmi les pays les moins compétitifs en Afrique au plan touristique (12228)
Cameroun - Faits divers : Cameroun : Pour une histoire d’argent, le journaliste Boris Bertolt et l’éditeur Haman Mana à couteaux tirés (13202)
Cameroun - Politique : 6 avril 1984 : Les mésaventures de Niat Njifenji et Meva’a m’Eboutou (13275)