Cameroun - Cinéma. Arthur Si Bita: l’homme derrière « Les coopérants »

  • Monica NKODO | Cameroon-tribune |
  • Publié : Mardi le 15 Novembre 2016 08:23:28 |
  • 17952 hits |
  • Culture |

Le réalisateur camerounais disparu le 12 novembre dernier à 68 ans était fou de cinéma et n’hésitait pas à partager son expérience avec la jeunesse et ses confrères.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Imprimer | Envoyer cet article à


Un long métrage et une réputation bâtie à vie. Arthur Si Bita aura marqué son époque dans le cinéma camerounais avec « Les coopérants » (1983), un long métrage avant-gardiste, si l’on en croit ses amis et confrères cinéastes. « Quand on fait un film, ce n'est pas pour une époque ; on ne le fait pas une fois pour toutes », confiait à CT en 2005, celui qui a quitté l’univers artistique le 12 novembre dernier à 68 ans, victime d’un malaise cardiaque. « Il souffrait à cause de son cœur depuis huit mois », révèle son fils Justin Arthur Si Bita s’en est allé en plein FENAC, alors qu’il se consacrait à sa passion, le 7e art. Son œuvre majeure, ce film, sorti dans les années 80. D’après Jean-Marie Mollo Olinga, critique de cinéma et fidèle ami d’Arthur Si Bita, « Les coopérants se situe en pleine idéologie de la révolution verte et présente sept jeunes qui sortent de leur quotidien. Le film vise deux choses : la corruption et le tribalisme et c’est pourquoi il reste très actuel. »


Pour Jean-Marie Mollo Olinga, le réalisateur de regrettée mémoire a eu une idée de génie pour faire accepter son film, à une époque où le régime « était assez fermé » : il prend comme acteurs des icônes comme Gérard Essomba, Daniel Ndo, et emprunte même au sport et à la musique des vedettes, à l’exemple de Ashanti Tokoto et Anne Marie Nzié. « Les coopérants » c’est le premier et dernier long métrage de Arthur Si Bita. « Quand la caméra numérique arrive, il s’érige en résistant. Finalement, il a mis de l’eau dans son vin, et tourné un long métrage qu’il a promis de me montrer, mais que je n’ai pas pu découvrir, car il est parti avant », se souvient Mollo Olinga.


Tous ceux qui l’ont connu sont unanimes, il était amoureux de cinéma. Avant d’être réalisateur, il était un parfait cinéphile, qui ne ratait jamais une occasion de voir un film, comme ce soir de janvier 2016, au restaurant « La Terrasse » à Yaoundé, pendant la projection de « Toussaint Louverture », incarné par son ami Gérard Essomba. Il s’inspirait de François Truffaut, réalisateur français, critique de cinéma à ses premières heures. Certes, il n’a fait qu’un long métrage, mais sa carrière de cinéaste ne s’arrête pas là. II est l’auteur de plusieurs courts métrages et son action dans le 7e art est à mettre au crédit de son statut de critique de cinéma. Il est d’ailleurs l’un des premiers critiques de cinéma au Cameroun.
Arthur Si Bita était aussi un conseiller plein d’empathie pour les jeunes cinéastes, qu’il a accompagnés jusqu’à la fin, au cours du FENAC.  Fait chevalier de l’Ordre de la valeur le 8 novembre dernier, Arthur Si Bita, cinéaste et père de deux enfants, s’en va avec la reconnaissance de son travail.    

Ils se souviennent

« Arthur était de ma famille »
Gérard Essomba Mani, acteur.


« Arthur Si Bita était presque de ma famille, parce que mon frère et lui étaient des hauts fonctionnaires à l’époque coloniale. C’est donc à Maroua que j’ai connu la famille d’Arthur Si Bita. Et pour tout dire, c’est en 78 qu’Arthur m’a dit qu’il avait envie de tourner des films. Je lui ai demandé s’il avait déjà des antécédents et il m’a dit qu’il faisait des films en super 8, des petits westerns. Il m’a proposé de tourner un film en long métrage en 1982 « Les coopérants ». C’est le seul film qu’il a pu tourner alors et qui avait été financé. Malheureusement, ce film n’a pas eu une grande carrière.   Nous étions sur un projet vieux de trois ans et nous devions lancer le tournage en janvier. »

« J’avais beaucoup de respect pour lui »
Blanche Bilongo, actrice.


« Je suis trop triste parce que nous étions ensemble avant-hier soir (Ndlr : vendredi 11 novembre). Il était bien portant et comme toujours il m’appelait ma grande. Il était pour moi un père, un frère, un ami. C’est comme ça dans le  cinéma. Nous sommes tous amis et nous avons pratiquement le même âge. On rigole tout le temps mais chacun connaît sa place. J’avais beaucoup de respect pour lui comme il en avait pour moi. C’était quelqu’un de simple, de jovial. Je l’ai difficilement vu dans des accès de colère depuis pratiquement 15 ans que je l’ai rencontré. Il avait plein de projets et les financements étaient malheureusement le problème ».  

« Un bon travailleur qui aimait le cinéma »
Alphonse Béni, réalisateur.


« Je suis très triste parce que pendant plus d’un mois, j’ai travaillé sur un projet avec Arthur Si Bia. Et il y a deux jours, j’étais avec lui au FENAC, et après nous sommes allés dîner ensemble dans la soirée. Hier matin (Ndlr : samedi 12 novembre), nous étions ensemble à une conférence, puis je l’ai laissé et quand je rappelle trois heures plus tard, on me dit qu’Arthur est mort. Jusqu’à présent je n’y crois pas. Arthur c’était un bon travailleur qui aimait le cinéma. C’est l’un des meilleurs souvenirs que je garde de lui. Nous avions pour projet d’écrire un scénario ensemble, car mon prochain film je devais le faire avec lui.  »


Propos recueillis par MN

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Cinéma

Cameroun - Cinéma : Festival: «Cahier africain» primé au Deutscher Filmpreis de Berlin (12173)
Cameroun - Cinéma : CAMIFF2017: Buea To Host Cameroon Film Festival (18343)
Cameroun - Cinéma : Martin Poulibe: l’expérience au service du 7e art (12634)
Cameroun - Cinéma : Le cauchemar de «Makeba » (9998)
Cameroun - Cinéma : Le phénomène Télénovelas (21815)
Cameroun - Cinéma : Gérard Essomba: A Major Attraction (19355)
Cameroun - Cinéma : Marché international du cinéma: Des affaires florissantes (18486)
Cameroun - Cinéma : Fespaco 2017: Les Camerounais sont bien là (15305)
Cameroun - Cinéma : Violences faites aux femmes: les tribulations d’un roi (13807)
Cameroun - Cinéma : Canal Olympia: Toujours pas de spectacle à Yaoundé (13067)
Cameroun - Cinéma : Le Cameroun présentera 10 films en compétition officielle au FESPACO (14623)
Cameroun - Cinéma : FESPACO 2017: le Cameroun en sélection officielle (13184)
Cameroun - Cinéma : Douala renoue avec le cinéma en salle (13034)
Cameroun - Cinéma : Cinéma: 200 recrues pour un film camerounais (13056)
Cameroun - Cinéma : Le groupe Vivendi annonce l’ouverture de la 2ème salle Canal Olympia du Cameroun, à Douala, le 18 janvier 2017 (12342)
Cameroun - Cinéma : Arthur Si Bita: l’homme derrière « Les coopérants » (17954)
Cameroun - Cinéma : Fenac : le cinéma en bonne place (14983)
Cameroun - Cinéma : Rencontre avec Jeanne Thérèse Mbenti alias Norma dans le film « Le Blanc d’Eyenga ». (12157)
Cameroun - Cinéma : Promotion du cinema: Yarha III est là (13081)
Cameroun - Cinéma : Yarha à sa troisième édition dès dimanche (15645)

DANS LA MEME RUBRIQUE : Culture

Cameroun - Réligion : Ramadan 2017: on se prépare (795)
Cameroun - Tourisme : SUD,Biodiversité : Quand les chefs traditionnels s’y intéressent. (2192)
Réligion : «Des revenus divins» pour l’Église d’Angleterre, le meilleur investisseur du Royaume-Uni (2228)
Cameroun - Jeunesse : La start-up africaine de la semaine : Noohkema, le lion des jeux vidéos (5746)
Cameroun - Sciences : Deux équipes camerounaises finalistes du concours Bots for Messenger organisé par Facebook (5008)
USA : Une star du porno US attaquée par un requin en plein tournage (5604)
Livre : Cameroun : l’incroyable histoire du médecin français qui, tel un roi, dirigea le Haut-Nyong dans les années 1940 (5030)
Cameroun - Communication : Aimée-Catherine Moukoury : une passionée à Canal 2 (5834)
Cameroun - Communication : Gare aux « fake news » (5646)
Cameroun - Politique : Communauté Bamendjou: Sa majesté Sokoudjou remercie Biya pour sa distinction (6508)
Cameroun - Education : Entrée en 6e, Common Entrance: près de 250 000 candidats ont composé (6229)
Cameroun - Communication : Messapresse, filiale du groupe français Presstalis au Cameroun, veut augmenter son capital de 40 à 490 millions de FCFA (6164)
Livre : « Les temps de la cruauté » de Gary Victor (5970)
Cameroun - Femmes : Harcèlement sexuel : Les parents interpellés (6592)
Cameroun - Musique : Z-Tra: la Go qui peut... (7539)
Cameroun - Musique : Sanzy Viany: la voix envoûtante (7067)
Cameroun - Réligion : Massi Gams pour une décolonisation de l’Evangile (7488)
Cameroun - Education : Orthoga'ffe: la leçon en humour (10105)
Cameroun - Culture : Etoile montante : entre peau et pinceau (10084)
CEEAC : La Ceeac ressuscite le Centre international des civilisations Bantus (9333)