Cameroun - Justice. A la prison de Yaoundé, les chanceux dorment assis, les autres debout

  • Le Monde |
  • Publié : Vendredi le 17 Février 2017 08:08:48 |
  • 6056 hits |
  • Opinion |

Plongée dans des prisons d’Afrique (7/7). Dans la prison centrale de la capitale du Cameroun, 4000 détenus s’entassent dans un lieu prévu pour en abriter quatre fois moins.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Imprimer | Envoyer cet article à


J. C, Camerounais de 33 ans, ancien pensionnaire de la prison Centrale d’Ebolowa, capitale régionale du Sud Cameroun, est libéré en juin 2016 après trois mois de détention. Il y purgeait sa seconde peine après un premier séjour d’un an à la prison centrale de Yaoundé, communément appelée Kondengui.


Plongée dans des prisons d’Afrique

Le Monde Afrique explore les prisons africaines. En partenariat avec la revue Afrique contemporaine (Agence française de développement, partenaire du Monde Afrique) et le projet de recherche Ecoppaf qui étudie « l’économie de la peine et de la prison » en Afrique, chercheurs et journalistes plongent dans l’univers carcéral pour nous en raconter les réalités sociales, économiques et politiques.

Groupe de recherche constitué en 2015, financé par l’Agence nationale de la recherche (2015-2019) et codirigé par Frédéric Le Marcis (ENS de Lyon, Triangle) et Marie Morelle (Prodig, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), Ecoppaf se place dans une double perspective : l’étude du quotidien carcéral et celle des sociétés africaines.

De Cotonou à Yaoundé, d’Abidjan à Douala en passant par les prisons rurales éthiopiennes, Bénin City au Nigeria et Ouagadougou, ces sept articles vous feront découvrir, au travers de témoignages inédits, des lieux d’enfermement, des parcours de vie de prisonniers et de gardiens singuliers. Un panorama de la privation de liberté qui permet d’engager la réflexion sur les droits humains, la réforme des Etats en Afrique et les enjeux de démocratisation qui vont de pair avec la lutte contre les inégalités.

Ses mots sur la prison centrale de Yaoundé soulignent autant son caractère « surpeuplé » que la violence qui y règne.

    « Une fois que tu descends à Kondengui (…) Tu entres d’abord en cellule de passage. Dans cette petite cellule, vous êtes 100 ou 150, même 200 parfois. Si vous êtes trop peu c’est 50 ou 80. On est trop trop trop serrés. Tu as des gens qui dorment debout, d’autres assis. On est serré-serré. L’air que tu respires n’est pas comme l’air du dehors. Il y a des gens partout. Tu n’as pas un endroit où poser le pied (tu n’as pas d’espace à toi). Dans les quartiers si tu veux avoir où dormir, tu payes 3 000 Francs CFA au maire et à son équipe. Tu as l’adjoint aussi, et le commissaire. Eux c’est des anciens qui sont là depuis 10 ou 20 ans. Sinon tu vas dormir debout parfois dans la cour… et tu vas faire la corvée. Tu vas laver les toilettes, les cacas, les pipis et tout et tout. »

J. C évoque en rafale la surpopulation et l’insécurité : « Si quelqu’un te bouscule, excuse-toi vite sinon ça peut mal finir… les gens se poignardent pour rien là-bas ». Sans omettre d’évoquer le dénuement et la désolation : « il y a des gens avec des habits sales, d’autres ont des habits déchirés ; on dirait des fous ».


A Kondengui, 4000 détenus pour 1000 places

Ces paroles rejoignent celles de différents acteurs extérieurs qui interviennent dans les prisons camerounaises (ONG, organisation de droits de l’homme, organisations de santé des détenus, organismes internationaux…). Ils disent l’indigence des détenus dans un lieu qui abrite à ce jour environ 4 000 personnes, dans des locaux prévus pour en abriter quatre fois moins.

Pour J.C, cette prison devrait être reconstruite. Il y a trop « de gens qui ont le sang à l’œil », une expression qui au Cameroun rend compte de la méchanceté, du cynisme voir d’une totale insensibilité. Ces gens doivent rester en prison, dit-il, car « si Kondengui était fermée », tout ce monde reviendrait persécuter le reste de la population. Jugement sévère de ses anciens codétenus, qui lève un pan de voile sur le regard et la perception qu’une partie de la société a des prisonniers, ainsi qu’une construction de la dangerosité de cet univers à laquelle participent des récits comme celui de J.C. Les détenus mériteraient d’être, pour reprendre une expression de l’anthropologue français Didier Fassin, « à l’ombre du monde ».

Pour autant, J.C évoque également son expérience carcérale à Ebolowa, capitale régionale du Sud, située à 150 kilomètres de Yaoundé. Quand il en parle, J.C devient moins acrimonieux sur son jugement de l’institution carcérale.

« Il y a Kondengui et il y a les autres prisons. Même parmi nous les anciens du ngata [expression signifiant prison], on sait que ce n’est pas la même chose. Quand tu as “work le ngata” [fais de la prison], ceux qui ont fait New-Bell [prison centrale de Douala], et Kondengui, et sont passés ailleurs vont te dire que les autres prisons du kuo [pays], ne sont rien à côté. D’abord, à Ebolowa, c’est une petite prison, vous êtes même 250 comme ça. C’est pas vide, mais vraiment c’est rien. Y’a pas beaucoup de gens. Tu respires un peu. Y’a pas beaucoup de quartiers, et si tu te comportes bien tu peux sortir faire ta corvée dehors. Vraiment ce n’est pas la même chose ».


« Goûter à l’air de dehors »

Pour l’ancien détenu, il y a au moins deux types de prisons au Cameroun. D’une part, Kondengui, assez proche de la prison centrale de Douala-New-Bell, deux espaces décrits comme des lieux d’inhumanité où règnent violence, trafics et misère ; d’autre part, les « petites prisons », en régions et en zones rurales, dont personne ne parle et où les prisonniers bénéficieraient de conditions plus humaines, moins dégradantes. Il importe de reconnaître que les petites prisons, si elles paraissent moins violentes, peuvent également être difficiles pour les détenus sans soutien extérieur ou ne sortant pas. L’économie informelle y est moins développée et les opportunités moins importantes.

Cette division est liée non seulement à la différence des effectifs, mais également à la diversité des registres d’enfermement. D’un côté les prisons des grandes villes, avec un mode d’emprisonnement « strict » (même s’il existe des cas de sorties pour corvée) ; de celui des « petites prisons », avec des modalités de gestion plus souples et plus ouvertes sur le dehors, certains détenus allant hors les murs pour effectuer des travaux d’intérêt publics, et ainsi « goûter à l’air de dehors ».

Une telle dichotomie des prisons camerounaises rejoint une observation générale en Afrique. L’image de prisons surpeuplées reflète uniquement la réalité des capitales politiques et économiques du continent. Ces prisons de grandes villes abritent en moyenne la moitié de la population carcérale nationale, comme par exemple à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Côte d’Ivoire). Au Cameroun, c’est le tiers, avec les prisons de Yaoundé, Kondengui, et celle de Douala, New-Bell.


En Afrique, un taux d’incarcération parmi les plus bas au monde

La prison centrale d’Ebolowa abrite en moyenne 350 détenus (prévenus et condamnés) répartis en trois quartiers légèrement séparés : les hommes, les femmes et les mineurs. Même si l’établissement est prévu pour accueillir environ 200 personnes, son taux de surpopulation est largement inférieur à celui de la prison centrale de Yaoundé ou celui de la prison de centrale de Douala (4 500 détenus environ à l’année pour 1 000 places).

L’image des prisons des grandes villes africaines laisse souvent penser qu’en Afrique on emprisonne plus que partout ailleurs dans le monde. Or, le continent compte a contrario, parmi les taux d’incarcération les plus bas au monde.

L’Afrique se situe à l’avant-dernière place avec 94 détenus pour 100 000 habitants, le dernier rang étant occupé par l’Asie, 92/100 000, quand les Amériques atteignent un taux moyen de 387/100 000, et l’Europe 192/100 000.

Le Cameroun se situe un peu au dessus de la moyenne africaine, à 115 détenus pour 100 000 habitants quand des pays comme le Burkina Faso comptent seulement 34 ou encore 16 pour la République Centrafricaine. A contrario, les îles Seychelles présente un des forts taux d’emprisonnement au monde, même devant les Etats-Unis, avec respectivement 799 et 698 détenus pour 100 000 habitants. L’Afrique du Sud et le Swaziland totalisent les plus forts taux en Afrique (hors Seychelles donc) comptent respectivement, 292/100 000 et 289/100 000.

Ces chiffres mériteraient certes une analyse plus approfondie, mais ils obligent à tordre le cou à plusieurs clichés et fausses idées sur les prisons africaines. Car, la surmédiatisation des prisons des capitales, en fait aussi des bénéficiaires prioritaires de réformes, d’interventions des ONG et des acteurs extérieurs, concourant à négliger les « petites prisons », qui ont aussi leur lot de problèmes.



Le Monde Afrique explore les prisons africaines en partenariat avec la revue Afrique contemporaine (Agence française de développement, partenaire du Monde Afrique) et le projet de recherche Ecoppaf qui étudie « l’économie de la peine et de la prison » en Afrique.

Groupe de recherche constitué en 2015, financé par l’Agence nationale de la recherche (2015-2019) et codirigé par Frédéric Le Marcis (ENS de Lyon, Triangle) et Marie Morelle (Prodig, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), Ecoppaf se place dans une double perspective : l’étude du quotidien carcéral et celle des sociétés africaines.

De Cotonou à Yaoundé, d’Abidjan à Douala en passant par les prisons rurales éthiopiennes, Bénin City au Nigeria et Ouagadougou, ces sept articles vous feront découvrir, au travers de témoignages inédits, des lieux d’enfermement, des parcours de vie de prisonniers et de gardiens singuliers. Un panorama de la privation de liberté qui permet d’engager la réflexion sur les droits humains, la réforme des Etats en Afrique et les enjeux de démocratisation qui vont de pair avec la lutte contre les inégalités.



Par Patrick Awondo, enseignant et chercheur à l’université de Yaoundé et à l’Ecole normale supérieure de Lyon.

 

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Justice

Cameroun - Justice : A la prison de Yaoundé, les chanceux dorment assis, les autres debout (6058)
Cameroun - Justice : Affaire des bons de caisse: La liste des témoins produite au TCS (8731)
Cameroun - Justice : Tribunal Criminel Spécial: Affaire Minfi/Eglise Apostolique (8150)
Cameroun - Justice : Affaire Ahmed Abba: le rapport d’expertise attendu (5513)
Cameroun - Justice : Au tribunal - Express Union/MTN : un procès en centaines de millions FCFA (11063)
Cameroun - Justice : Me Daniel Blaise Ngos: « Des idées fortes vont émerger de cette rencontre » (6470)
Cameroun - Justice : Le gouvernent publie la répartition du personnel judiciaire anglophone et francophone au Cameroun (7417)
Cameroun - Justice : Cameroun : la Crtv visée par une plainte pour atteinte à l’image d’une enfant (8129)
Cameroun - Justice : Détournements à la BICEC : la justice camerounaise s’intéresse au rôle des DG français de cette filiale du groupe BPCE (8145)
Cameroun - Justice : Yaounde Military Tribunal: Gendarme Jailed For Desertion (8686)
Cameroun - Justice : Grève dans les tribunaux au Cameroun (6067)
Cameroun - Justice : Bamenda: Common Law Lawyers Take To The Streets (7306)
Cameroun - Justice : France Télévisions poursuivi au Cameroun pour un reportage sur une société liée au groupe Bolloré (5979)
Cameroun - Justice : Cameroun : manifestation des avocats anglophones (6260)
Cameroun - Justice : SUD,Commune d’Efoulan : le maire convoqué récemment au Tcs (8324)
Cameroun - Justice : Female Soldiers Accused Of Receiving Undue Allowances (11592)
Cameroun - Justice : Traité OHADA en anglais: la réponse du gouvernement (8289)
Cameroun - Justice : Kribi: Un sénateur traine son village en justice (7198)
Cameroun - Justice : Affaire campost : le verdict attendu le 21 octobre (12019)
Cameroun - Justice : Poursuivi au TCS pour 150 millions (11947)

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Emeutes Bamenda : Crise anglophone au Cameroun : le message de Fabrice Ondoa rassemble les communautés (405)
Cameroun - Jeunesse : Nino Njopkou: « Ce sont les résultats de la combativité des jeunes » (1350)
Libye : L’ONU demande le transfert de Seïf al-Islam à la CPI (1351)
Afrique du Sud : Violences xénophobes à Pretoria (2181)
Cameroun - Agriculture : Cameroun : la transformation locale du café bondit à 3786 tonnes en 2015-2016, contre 448 tonnes un an auparavant (2172)
Cameroun - Agriculture : Plus de 190 millions de FCfa de financements pour les acteurs agricoles de la partie septentrionale du Cameroun (2156)
Cameroun - Communication : La diversité s’installe en couverture des journaux camerounais (2091)
Cameroun - Economie : Banane : Le Cameroun classé 5è producteur mondial (2562)
Cameroun - Economie : Douala abrite la première édition de la Foire internationale des affaires et du commerce (2323)
Cameroun - Diaspora : Belgique: L'ambassade du Cameroun à Bruxelles demande sans succès à la police belge d'annuler toutes les activités relatives à la semaine des martyrs (2423)
CEMAC : Malgré le retrait de l'Union européenne de l'APE, la Cemac insiste en désignant de nouveaux négociateurs (2939)
CEMAC : La BEAC devrait revoir à la hausse ses taux d'intervention en 2017, selon BMI Research (2906)
Femmes : 5 astuces pour perdre du poids sans s’en rendre compte (3398)
Sciences : La durée de la vie humaine aurait atteint ses limites (étude) (3521)
Cameroun - Economie : La promesse pour laquelle Paul Biya a trahi son peuple en signant les APE (3707)
CEMAC : Daniel Ona Ondo, nouveau président de la Commission de la Cemac, est chargé d’organiser la libre-circulation (3558)
Cameroun - Jeunesse : SUD,Entrepreneuriat jeune : Le réseau parlementaire espérance jeunesse de l’assemblée nationale sur le terrain de la sensibilisation (5994)
Femmes : 10 critères qui définissent un sommeil de qualité (6646)
Sciences : Découverte d'un septième continent (6693)
CEMAC : La Cemac va inclure la RD Congo dans le Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (6684)