Cameroun - Politique. 6 avril 1984 : Les mésaventures de Niat Njifenji et Meva’a m’Eboutou

  • Georges Alain Boyomo | Mutations |
  • Publié : Lundi le 10 Avril 2017 11:51:16 |
  • 16851 hits |
  • Culture |

Lors des évènements du 6 avril 1984, Michel Meva'a Meboutou, l’actuel secrétaire général du Sénat, est secrétaire général du ministère des Forces armées, aujourd’hui ministère de la Défense. D’après Clément Mboussi Onana (dans son livre à compte d’auteur, «6 avril 1984. Autopsie d’un échec»), Meva'a Meboutou a joué un rôle actif dans l’état-major de crise.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter | Imprimer | Envoyer cet article à



D’après le témoignage du colonel Sylvestre Mang (rapporté par l’auteur), Meva?a m?Eboutou avait précipitamment regagné son domicile, alors qu’on attendait de lui qu’il mette un véhicule à disposition pour sillonner la capitale et qu’il signe les messages à destination des unités extérieures, au plus fort de la mutinerie. «J’ai eu toutes les peines du monde à entrer dans sa maison dans laquelle il s’était barricadé. Je l’ai pratiquement sorti de dessous de table (…). Je l’ai amené presque comme on le ferait pour un enfant, là où tout le monde était réuni et nous avons commencé à envoyer des messages à Koutaba et ailleurs, avant qu’on aille chercher le ministre [des Forces armées] en personne », déclare le colonel Mang.

Le médecin-commandant, Jeannot Paul Baya, en rajoute une louche sur la trouille de Meva?a m?Eboutou. «On l’a retrouvé pratiquement en caleçon. Apeuré, il ne voulait pas nous suivre. Nous l’avons sorti de chez lui en babouches, lui avons présenté la situation et demandé ce qu’il y avait lieu de faire. Il n’a pas voulu prendre de décision, invoquant la primauté du ministre [Sadou Daoudou, ndlr] sur sa personne. Sous la pression, il a finalement consenti à signer les messages », se souvient-il.

Dans son récit sur le coup d’Etat manqué, le colonel à la retraite, chargé d’études au Bureau de renseignements militaires en avril 84, Mboussi Onana, parle également de l’actuel président du Sénat. «Un des exemples parmi les plus emblématiques [de règlements de compte post-putsch, ndlr] de ces moments fut celui de M. Marcel Niat Njifenji, directeur général de la Sonel (Société nationale d’électricité).

Il sera dénoncé, accusé d’avoir mis à la disposition des mutins en déroute, le plan d’électrification de la capitale. Pour sa défense, il évoqua une dénonciation calomnieuse. Il ne voyait pas pourquoi le fidèle commis du «Renouveau» qu’il était aurait éprouvé un quelconque intérêt à le trahir. Se retrouver dans la situation d’un serviteur de l’Etat injustement accusé, le poussa à se taillader les veines des avant-bras, dans une tentative désespérée de suicide, heureusement avortée. Innocenté, il a retrouvé son poste à la Sonel», relate Mboussi Onana.

Enquêteur et juge et au Tribunal militaire lors des évènements d’avril 1984, Mboussi Onana (l’un des premiers experts du renseignement militaire camerounais) s’intéresse aussi aux cas de certains hauts commis de l’Etat, encore en vie. «J’ai interrogé M.M. Issa Tchiroma Bakary, Issa Bakari, Dakolé Daissala, Marafa Hamidou Yaya, qui étaient détenus à la Sécurité militaire. Tous ces hauts responsables, à leurs dires, n’étaient en rien au  courant de quoi que ce soit.

Malheureusement pour eux, nous disposions d’éléments d’enquête permettant de relever leurs actions. Ceux dont les responsabilités étaient suffisamment étayées sont passés devant le Tribunal militaire». Du reste, dans ce livre, qui paraît après «Le soldat de l’ombre », Mboussi Onana s’inscrit en faux contre des déclarations des généraux Pierre Semengue et Benoit Asso’o Emane, relayées par la presse. Ces officiers supérieurs, d’après lui, sont des «super héros» qui n’aspirent qu’à se donner le beau rôle au sujet du 6 avril 1984. Ce colonel à la retraite rumine sa colère. Il estime que «l’incendie [le coup d’Etat] jugulé, on [le pouvoir] oublie les valeureux soldats du feu». Une posture qui n’enlève rien à la base de données historiques que l’auteur lègue à la postérité.

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Politique

Cameroun - Politique : La déstabilisation imminente du Cameroun marquera la fin des agresseurs imbéciles au pouvoir (2794)
Cameroun - Politique : Le jour où Paul Biya a renoncé à devenir prêtre (5203)
Cameroun - Politique : Préparation du budget 2018: les directives du chef de l’Etat (6444)
Cameroun - Politique : Partis politiques: l’effervescence (7501)
Cameroun - Politique : Paul Eric Kingue: «Nous sommes un parti républicain» (8292)
Cameroun - Politique : Les Camerounais pessimistes sur l’avenir du pays auront raison dans un an et demi (14440)
Cameroun - Politique : Le CPP exclut Ndebi Jean Roger Gérard de ses rangs (11535)
Cameroun - Politique : Y a-t-il trop de partis politiques au Cameroun ? (6162)
Cameroun - Politique : Paul Eric Kingué lance son parti politique (14108)
Cameroun - Politique : La police disperse une conférence de presse d’Amnesty à Yaoundé (17124)
Cameroun - Politique : Boycott de la fête nationale : foncièrement antipatriotique (7298)
Cameroun - Politique : A ETOUDI. La garden-party sous haute-surveillance (7147)
Cameroun - Politique : Une réception fusionnelle au palais (3609)
Cameroun - Politique : Fête de l'unité: faste et solennité (5800)
Cameroun - Politique : SUD,Fête de l’unité : la coopération transfrontalière en marche (5808)
Cameroun - Politique : Ne me souhaitez pas Bonne Fête de l'Unité, je ne participe pas au cirque pour oublier nos Martyrs (6771)
Cameroun - Politique : Le Cameroun célèbre samedi les 45 ans de l’Etat unitaire (11594)
Cameroun - Politique : Plan de circulation à Yaoundé (10713)
Cameroun - Politique : Programme officiel de la 45e édition de la fête nationale (10988)
Cameroun - Politique : Qui veut et peut vraiment déstabiliser le Cameroun ? (6046)

DANS LA MEME RUBRIQUE : Opinion

Cameroun - Musique : Musique camerounaise:les jeunes au pied du mur (4915)
Cameroun - Réligion : Pr. Jean Paul Messina: « Que le christianisme intègre les réalités africaines » (5987)
Cameroun - Livre : Inspiré de faits réels… (5926)
Cameroun - Nécrologie : Nécrologie: la chanteuse Lisa T est décédée (6798)
Cameroun - Communication : Cameroun : vers la recapitalisation de MESSAPRESSE (8740)
Cameroun - Musique : Communiqué de Olympic Gaming suite à l'agression de l'artiste camerounais Maahlox Levibeur (8774)
Cameroun - Réligion : Douala, la deuxième ville du Cameroun, au rythme du Ramadan (9394)
Cameroun - Communication : La Crtv reste leader de l’audiovisuel camerounais au 1er semestre 2017 (10819)
Cameroun - Réligion : SUD,Ramadan 2017: Dons offerts aux femmes musulmanes à Ebolowa (10203)
Cameroun - Education : Don d’ordinateurs du chef de l’Etat: l’enrôlement des étudiants est lancé (11682)
Cameroun - Musique : Salatiel: Serial lover (11686)
Cameroun - Livre : Mariage polygamique (13266)
Cameroun - Education : CEP 2017: 183 candidats bakas à l’Est (14404)
Cameroun - Education : Vers l’épilogue d’une année agitée (14444)
Cameroun - Culture : Histoire du Cameroun: les grandes lignes d’un héritage (14290)
Cameroun - Réligion : DÉCÈS DE MGR BALA. Des insectes au service des enquêtes (18534)
Cameroun - Economie : Jamais sans ma tontine (16693)
Cameroun - Musique : Rencontre à Miami Beach (Floride, États-Unis d’Amérique) avec l’artiste InorieFotso, à l’occasion de la sortie de son nouvel album. (21262)
Cameroun - Musique : Rap : Benash, dans les pas de Booba (16368)
Cameroun - Réligion : Ils sont morts dans leur soutane (20674)